Magazine Beaux Arts

DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

Publié le 26 septembre 2009 par Rl1948

   
     Que voilà un titre bien bizarre ! Sibyllin, de surcroît. Et qui le devient d'avantage encore quand il est complété par une parenthèse aux apocopes et allitérations pour le moins remarquées.
     Soyons pragmatique, procédons par ordre.
     Bouchard ... Bouchard ... Serait-ce un peintre, peut-être ? Pas vraiment sûr ... Je pense être abusé par la proximité onomastique avec un Boucher, ou un Bonnard, par exemple, artistes de grand talent, s'il en est ! 
     Kosuth ? Il me semble avoir dernièrement rencontré ce patronyme : ne s'agirait-il pas de cet artiste américain, pionnier de l'art conceptuel, auquel le Musée du Louvre offre, à partir d'octobre prochain, ses murs ancestraux afin qu'il y exhibe ses propres textes en lettres blanches ou lumineuses ? 
     Il me faudra probablement patienter jusqu'à la publication d'un éventuel prochain article sur l'excellent blog de Louvre-passion, lui qui nous entretient régulièrement des expositions qui se déroulent en ce musée, pour en être vraiment certain ...
     Et Pat l'expat ? Là, je sais ! J'ai remarqué ce nom depuis quelques jours dans les "Essentiels" répertoriés dans la colonne de droite du blog "EgyptoMusée" de Richard Lejeune.
     Lumière ! Et si les deux autres noms figuraient eux aussi quelque part dans ce blog ?
     Mais oui, mais c'est bien sûr : pas besoin d'attendre les cinq dernières minutes pour trouver la solution de cette petite énigme ! Dans un article où, déjà, il évoquait ses "amours estivales", ses coups de coeur en somme, mais de 2008 ceux-là, Richard avait, dans un premier temps, livré ses impressions de visite de la ville de Figeac, ainsi que du Musée Champollion. Les écritures du Monde; puis, y faisant suite, un autre billet dans lequel, je me rappelle maintenant, il avait abondamment évoqué la Pierre de Rosette, les conditions de sa découverte et les avancées gigantesques qu'entre autres monuments elle permit dans le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique égyptienne.
     Et c'est là, précisément, qu'il mentionnait et Bouchard, et Kosuth.
Rappelez-vous, c'était le 9 septembre 2008 :
     Indépendamment des reproductions de la Pierre de Rosette en miniature que l'on peut trouver dans certains magasins de la ville, voire même dans le hall du musée proprement dit qui en propose notamment une destinée à devenir tapis pour la souris de mon ordinateur, Figeac peut s'enorgueillir de posséder deux exemplaires, totalement différents quant à leur format, de ce célèbre monument.
     Le plus conforme à la réalité figure bien évidemment en bonne place dans la première salle du musée, appelée bizarrement
 " Salle 0 ",
 : il s'agit d'un moulage de la stèle de 762 kgs se trouvant au British Museum de Londres. Elle mesure 114 cm de haut, 72 cm de large et 28 cm d'épaisseur.

 

DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

     Le plus spectaculaire se situe derrière l'espace muséal, en un endroit rebaptisé "Place des Ecritures" : il s'agit d'une immense dalle de granite noir, reproduction géante, oeuvre de l'artiste américain Joseph Kosuth, commandée par la mairie de la ville pour commémorer le bicentenaire de la naissance de Jean-François Champollion.
DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

   
     Comme sur la pièce originale, les trois écritures ont été représentées par l'artiste :
Les hiéroglyphes, écriture des textes religieux et officiels, dans la partie supérieure,
  
DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

l'écriture cursive démotique, écriture des communications courantes, au centre,

DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

    
et l'écriture grecque, en lettres uniquement majuscules, dans la partie inférieure.
 
DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

     C'est donc là que, pour la première fois, était évoqué le travail de Kosuth. 
     Quant à la Pierre de Rosette, Richard poursuivait, dans le même article : 
 

     Il s'agit d'une stèle de basalte noir, initialement cintrée, initialement d'une hauteur se situant entre 150 et 183 cm., retrouvée à Rachîd, petit village du Delta occidental, mieux connu sous le nom francisé de Rosette, à quelques kilomètres de la Méditerranée : si certaines sources ont parfois fait mention d'un cheval qui serait venu buter contre la pierre se trouvant à même le sol, d'autres, bien plus crédibles, affirment qu'elle était insérée dans un vieux mur qui devait être démoli par les soldats français afin d'établir de nouvelles fondations pour agrandir le fort Julien.
    C'est au lieutenant du Génie Pierre François Xavier Bouchard, à cheval ou pas, que l'on doit cette précieuse découverte à la mi-juillet 1799.
 
     Et voilà pour Bouchard. On avance, on avance ...
     Il reste à comprendre Pat l'expat; et saisir la raison pour laquelle Richard a choisi d'interrompre la relation de ses amours estivales 2009 commencée, à Bruges le 12 septembre dernier, et d'à nouveau nous entretenir de cette célèbre Pierre de Rosette.
     Seul, à mon sens, un élément nouveau, et d'importance, pouvait évidemment motiver semblable choix. Et je pense comprendre : il doit s'agir de la découverte qu'il a faite du blog de ce Parisien qui, hasard de ses mutations professionnelles, s'est retrouvé en mission au Caire voici un lustre et qui avait décidé à l'époque de tenir son journal ici sur le Net (http://patrickfromparis.blogspirit.com/). 
     Outre qu'à sa lecture, on découvre un quotidien cairote et les réflexions qu'il suscite, l'intéressant de son blog réside aussi,  - voire même surtout -, dans l'excellence de la documentation iconographique qu'il recèle; et notamment, pour ce qui intéresse plus particulièrement EgyptoMusée, les clichés pris sur les sites archéologiques égyptiens et soudanais qu'il a visités. 
     Car parmi ses déambulations à travers le pays, Patrick, c'est son prénom, s'est rendu à Rachîd, dans le Delta occidental où, souvenez-vous, Richard nous précisait que fut découvert le monolithe de basalte noir qui nous occupe aujourd'hui.
Et c'est donc là qu'il y a photographié l'endroit exact où il fut mis au jour.

DE BOUCHARD A KOSUTH (en passant par Pat l'expat ...)

     Comme c'était la toute première fois qu'il le voyait, Richard a cru opportun de bousculer son plan d'articles des samedis de cette rentrée pour, aujourd'hui, partager ce cliché avec nous.
   Inutile d'ajouter qu'il a grandement remercié Patrick, l'expatrié au Caire, pour l'avoir autorisé à puiser, quand bon lui semblerait, dans ses albums photographiques aux fins d'agrémenter l'un quelconque futur article d'EgyptoMusée; et celui-ci en tout premier.
     Quant à la suite de l'histoire de la Pierre de Rosette, et ce qu'elle représente en tant que pas essentiel dans le parcours de Champollion, si ce sujet vous intéresse, faites tout simplement comme moi : fouillez dans les archives d'EgyptoMusée et à la date du 9 septembre 2008, vous trouverez réponse à tout ce que vous avez toujours voulu savoir à son propos :
(http://egyptomusee.over-blog.com/article-22539834.html).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte