Magazine Société

Dominique de Villepin s'exprime: c'est un Homme seul

Publié le 26 septembre 2009 par Oldchaps

Le président, après avoir pris une collation à 400.000 euros au consulat de France à New-York devant 4000 invités, a commis deux crimes de lèse-majesté. Le premier a été lâché vraisemblablement sans le faire exprès - Un lapsus donc, un vrai, un freudien, de celui-qui vous donne accès illico-presto à l'inconscient du personnage qui est en face de vous. Et celui-ci concernait, au hasard le procès de Dominique de Villepin. Ce même hasard fait cependant bien les choses, la preuve:

  • "Au bout de deux ans d'enquête, deux juges indépendants ont estimé que les 'coupables' devaient être traduits devant un tribunal correctionnel"

Et puis le deuxième crime, le plus humiliant, réalisé en public à la sortie du plateau de télévision duquel il venait juste de donner un interview. C'est donc sans connaitre la bévue qu'il venait de faire au sujet de ce procès-ci qu'il a eu une violente altercation avec son ministre des affaires étrangères accompagné d'Arlette Chabot de france2 et de Catherine Nayl de TF1. Arlette Chabot lui a alors lancé la boutade suivante : « Ça ferait un beau débat sur France 2. ». Sarkozy au lieu de saisir la porte de sortie lui a alors passé un savon durant un quart d'heure avec les arguments suivants:

  • il n'y a pas de « vraies émissions politiques » à la télévision, il a ensuite  regretté « L'heure de vérité » des années 80 (!!!!)

  • Il a ensuite souligné « un manque de représentation de l'UMP » sur France2.

Bref, travailler sur France2 ressemble parfois à un acte de bravoure.

La réaction d'un constitutionnaliste à la bévue de Sarkozy:

Dominique Rousseau, professeur de droit à l'université de Montpellier-I, vient de donner un interview au Monde. Plusieurs points sont a souligner dans cet entretien:

  • Nicolas Sarkozy a manqué de manière manifeste à ses devoirs de président de la République, notamment à celui de faire respecter les principes du procès équitable : l'impartialité du tribunal, l'égalité des armes et, maintenant, la présomption d'innocence.

  • déclarer un prévenu coupable avant qu'il ne soit jugé est certainement, pour un président de la République, le manquement constitutionnel le plus grave, car c'est toute l'idée de justice, patiemment gagnée contre le lynchage, qui est mise en cause

  • Nicolas Sarkozy ne peut pas jouer sur les deux tableaux : comme citoyen ordinaire, il demande à se constituer partie civile, mais comme président de la République, il demande à bénéficier de l'immunité de l'article 67

  • L'actuel chef de l'Etat considère les institutions de la République comme des obstacles, des handicaps à l'exercice et la manifestation de sa volonté. Ce qui pose un problème constitutionnel et démocratique. Il voudrait qu'à l'instant où elle est dite sa parole fasse droit.

La réaction de Dominique de Villepin

Celui-ci vient de sortir du bois sur son site ClubVillepin. j'ai été très touché par l'émotion que manifeste de Villepin durant toute la vidéo. Cet Homme a été atteint, et il se défend avec la dignité que l'on attend d'un Homme politique, et j'apprécie énormément. Un passage a cependant retenu mon attention:

  • La présence du chef de l'Etat "pèse parce qu'il y a des témoins qui n'osent pas dire tout ce qu'ils savent, il y a des témoins qui disent un peu plus que ce qu'ils savent, il y a même des témoins qui n'osent pas se présenter au tribunal"

Enfin un peu de dignité dans notre paysage audiovisuel saturé des bassesses quotidiennes.

la vidéo :



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine