Magazine Politique

Quelques informations au débotté

Publié le 27 septembre 2009 par Gezale
La communauté d'agglomération de Rouen va devenir une grande agglomération, la plus grande de France même puisque les adhésions de trois communautés d'agglomération et de communes alentour souhaitent adhérer à leur grande sœur rouennaise présidée par Laurent Fabius. 493 000 habitants ! La nouvelle communauté comptera (à 7 000 habitants près) le nombre d'habitants nécessaire pour créer une communauté urbaine. L'agglomération Seine-Eure (ou plutôt ses responsables actuels) refuse d'adhérer à la communauté rouennaise qui, d'ailleurs, ne lui a pas posé la question eu égard à des réticences locales et euroises. Seine-Eure va donc se retrouver dans la peau de la commune d'Andé qui n'est pas montée dans le premier wagon de l'intercommunalité et a dû prendre le train en marche. Je prédis qu'on verra Seine-Eure frapper à la porte de Rouen, dans quelques années, et mendier une responsabilité. Les agglos sont comme les galaxies. Les plus grosses absorbent les plus petites. Seine-Bord ne frappe-t-elle pas à la porte de Seine-Eure et réciproquement ?
J'ai rencontré, sur le périmètre de la Foire Saint-Michel, un chef d'entreprise dépité. Il a pignon sur rue depuis plusieurs décennies à Louviers, emploie près de dix salariés et considère qu'il n'en a pas pour ses impôts de plus en plus lourds surtout s'agissant du foncier et de la taxe d'ordures ménagères.
Qu'il mette en cause la Villa Calderon, le jardin de Bigards et la toiture de l'école de musique, c'est son droit mais qu'il considère la Maison de l'emploi (18 millions d'euros) comme une erreur et une catastrophe pour les finances lovériennes, je ne suis pas loin d'être d'accord avec lui. Pôle emploi et ses deux antennes sont très bien là où ils sont. Seule la Mission locale mériterait d'être plus visible. Quant au déménagement de la CASE de Val-de-Reuil à Louviers sur la place Thorel, c'est un luxe que le contexte de crise devrait interdire. Maintenant que le président de la CASE a plombé (la chasse est ouverte) le projet commercial Immochan, il a beau jeu de créer une commission de réflexion sur l'avenir du commerce rolivalois…et lovérien. Le chef d'entreprise avait compris : Immochan devait freiner les départs de clientèle vers Tourville et favoriser le bassin local. Il avait donc bien compris. Quant aux délégués des communes qui avaient promis à Franck Martin de voter les déménagement de la CASE si le projet Immochan passait, ils sont déliés de leur engagement.
Le maire de Louviers propose la fusion de Louviers, Incarville et Val-de-Reuil. Au-delà de la facétie d'une telle proposition, il faut réfléchir car Franck Martin n'est pas idiot. S'il a avancé cette idée sous forme de plaisanterie, c'est qu'il y pense comme un moyen de sortir Louviers de l'impasse dans laquelle il a conduit la ville. Paupérisation, vieillissement, marges de manœuvres financières nulles, tout le contraire de ce que vit Val-de-Reuil. Marc-Antoine Jamet a répondu cette semaine dans La Dépêche à son homologue lovérien : « Je suis d'accord pour devenir maire de la nouvelle commune issue de la fusion. » Chiche !
Le 3 octobre prochain, votation citoyenne contre l'ouverture du capital de la Poste. Devant les mairies, les agences postales, les bureaux de Poste, vous allez rencontrer des militants qui vont vous demander de signer la pétition nationale contre la privatisation rampante de notre grand service public. La Suède a privatisé en 1994. Résultats : disparition de milliers de bureaux de poste et donc d'emplois, allongement des délais de distribution du courrier, prix du timbre augmenté…est-ce ce que nous voulons pour notre grand service public ? Près de 70 % des Français sont contre cette ouverture de capital mais il faut que cela se sache concrètement.
Les tribunaux de grand instance somment l'Etat de remettre en liberté nombre de sans papiers interpellés à Calais. Eric Besson avait pourtant convoqué photographes et caméramen. La jungle a été vidée de ses habitants il y a quelques jours mais ils sont déjà de retour. Calais est la ville française la plus proche de l'Angleterre et dans ce pays, il n'existe pas de carte d'identité. Sans compter que les clandestins parlent mieux l'Anglais que le Français et qu'ils font les sales boulots que les salariés britanniques ne veulent pas faire. Comme le dit Michel Rocard, la France va devoir prendre sa part de la misère du monde.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 6433 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines