Magazine Cinéma

Woodstock en famille

Par Tred @limpossibleblog
Depuis les débuts de cet "Impossible Blog Ciné", plus de la moitié des films que j’ai vus en salle sont restés absents de ces pages. Il est temps que cela change, que certaines demandes amicales soient entendues, et que je rende vraiment compte de la fréquence à laquelle j'explore les salles obscures... Au diable l'intermittence !
Jeudi soir, je me suis retrouvé à 19h30 devant mon antre préféré des Halles en compagnie d’une amie, à hésiter entre Fish Tank, Démineurs et Hôtel Woodstock qui commençaient tous trois dans le quart d’heure suivant. C’est le nombre de places restantes qui nous a finalement dirigés vers Hôtel Woodstock, le onzième long-métrage du cinéaste taïwanais Ang Lee.
Woodstock en familleDeux ans après avoir remporté un Lion d’Or à Venise pour le fascinant Lust, Caution, le réalisateur s’offre avec ce nouveau film une parenthèse enchantée incroyablement légère et totalement séduisante. Chroniquant avec humour et finesse les coulisses du fameux concert de Woodstock qui enflamma l’Amérique empêtrée au Vietnam, Hôtel Woodstock ne s’attache pas le moins du monde au concert, mais à une flopée d’hommes et de femmes œuvrant à le mettre sur pied, en particulier Elliot, fils d’un vieux couple tenant un motel minable dans la région.
La richesse du film d’Ang Lee, c’est justement de rester à distance de l’évènement qui était au centre du monde en ces jours de juillet 1969. De rester en marge et de tisser cette chronique familiale joyeuse et entraînante, parcourue d’une énergie communicative, existant à travers des personnages attachants. A commencer par le jeune héros porté à bout de bras par Demetri Martin, inconnu au bataillon de ce côté-ci de l’Atlantique, qui apporte candeur et sincérité à l’homme grâce à qui Woodstock a eu lieu.
L’hystérie maternelle d’Imelda Staunton, la folie douce d’Emile Hirsch, ou la force tranquille de Liev Schreiber finissent de donner une consistance à cette ballade trippante dans l’Amérique hippie, capturant sous forme d’instantané vivant une effervescence palpable. Beaucoup se sont demandés ce qu’un tel film faisait en compétition à Cannes en mai dernier. On imagine pourtant facilement la bouffée d’air qu’a pu apporter Hôtel Woodstock sur la Croisette.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tred 1543 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines