Magazine Politique

Pierre Lemieux sur la crise, les crises; Débat le 28 septembre 2009 – Paris

Publié le 27 septembre 2009 par Aldebx

L’illusion keynésienne

Source La tribune J/2009

La rhétorique par laquelle on rationalise les politiques pour contrer la crise actuelle relève d’un keynésianisme primaire. Il est illusoire de croire que l’Etat peut relancer la demande ex nihilo comme de penser que l’interventionnisme étatique est efficace sur le long terme. Mais surtout, les solutions keynésiennes ignorent l’institution même qui est censée les mettre en œuvre, estime Pierre Lemieux, professeur associé à l’université du Québec.

http://mises.org/images/people/pierre_lemieux.jpgcliquez l’image (Von Mises)

Les idées reçues étaient keynésiennes même avant John Maynard Keynes. “Le Meilleur des mondes”, d’Aldous Huxley, publié en 1932, soit quatre ans avant “la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie”, en témoigne : “mais les vieux habits sont affreux, répétait-on aux bébés pour les conditionner. Nous jetons toujours les vieux habits. Mieux vaut finir qu’entretenir… ” Il importe de stimuler la consommation. On en est resté à ce keynésianisme primaire. La rhétorique par laquelle on rationalise les politiques adoptées pour contrer la crise actuelle est, en effet, bien keynésienne.

Le premier problème des politiques keynésiennes concerne le court terme, où Keynes aimait tant se cantonner. Si la demande globale fait vraiment défaut, il est illusoire de croire que l’Etat peut la relancer ex nihilo et sans égard aux anticipations. Ce que l’Etat “injecte” dans l’économie devra un jour ou l’autre être financé par quelqu’un. Sachant cela, les futures victimes du fisc ou de l’inflation prendront des mesures pour se protéger — épargne, exportation des capitaux, etc. — qui annuleront au moins partiellement les efforts de l’Etat. Le concept de demande globale est suspect.

Les tenants de l’école dite “autrichienne” d’économie proposent une autre explication, selon laquelle les cycles économiques sont créés par le monopole de l’Etat sur la masse monétaire. Le crédit facile créerait des bulles dont l’éclatement se traduit en récession. Friedrich Hayek (1899-1992), un des fondateurs de cette école et prix Nobel d’économie en 1974, avait été, à l’époque, un des principaux adversaires intellectuels de Keynes.

Le deuxième défaut des politiques keynésiennes se rapporte au long terme et aux aspects structurels plutôt que conjoncturels de l’économie. Car il y a peut-être deux Keynes, un dieu en deux personnes en quelque sorte. Le second Keynes admettait que la régulation économique à court terme entraîne des conséquences à long terme. Dans la “Théorie générale”, l’économiste de Cambridge écrit : “aussi pensons-nous qu’une assez large socialisation de l’investissement s’avérera le seul moyen d’assurer approximativement le plein-emploi.”

Les politiques actuelles sont keynésiennes au sens du second Keynes : elles reposent sur cette idéologie keynésienne que l’interventionnisme étatique est nécessaire et efficace. Plusieurs des mesures adoptées au cours des derniers mois ressemblent davantage à des éléments de stratégie industrielle qu’à des politiques conjoncturelles. Or, et c’est un autre point sur lequel Hayek s’opposait à Keynes, l’Etat ne possède pas et ne peut obtenir les informations nécessaires pour planifier efficacement l’économie.

La crise actuelle illustre dramatiquement cette impossibilité. Elle découle de l’appesantissement presque continu de la réglementation qui l’a précédée. Les budgets des organismes américains — fédéraux seulement — de réglementation des institutions financières et bancaires ont augmenté, en dollars constants, de 44% depuis 1990 et de 17% depuis 2000, sans compter les nouveaux contrôles depuis le déclenchement de la crise. Dans le marché où la crise a éclaté, le marché des hypothèques résidentielles, la moitié de celles-ci était détenue ou garantie par l’Etat fédéral. La crise actuelle, une crise de l’étatisme, manifeste la victoire d’Hayek sur Keynes.

Le troisième défaut, rédhibitoire, des solutions keynésiennes est qu’elles ignorent l’institution même qui est censée les mettre en œuvre. L’Etat est habité par des politiciens et des bureaucrates qui sont des raphins et des chérubins. A partir de cette hypothèse s’est développée, sous l’instigation de James Buchanan (lauréat du Nobel d’économie en 1986), toute une école de pensée qui propose une analyse économique de la politique (voir les chapitres XVIII et XIX de “Comprendre l’économie”). Les politiques publiques sont le produit de l’intérêt des politiciens et des bureaucrates de l’Etat. Les premiers adopteront devant la crise les mesures qui favorisent leur maintien au pouvoir ; les seconds chercheront à préserver leur statut et l’empire de leurs bureaux. Même si l’Etat keynésien était en mesure d’aplanir le cycle économique, son fonctionnement nécessaire l’amènera plutôt à aggraver et à prolonger les crises.

Gmac, la filiale du géant de l’automobile qui finance clients et concessionnaires de celui-ci, vient d’obtenir du gouvernement américain le statut de banque et, grâce à cela, quelques milliards de financement additionnel. Qui eût cru que la réglementation des banques aurait un jour cette conséquence ? Qui eût cru qu’une théorie keynésienne proposant la relance de la consommation produirait, dans le plus grand désordre, une assistance tous azimuts des producteurs les moins efficaces ? Mais, pardi, le praticien de l’économie des choix publics ! Le pouvoir de l’Etat finit toujours par servir des intérêts particuliers plutôt qu’un indéfinissable intérêt général. Peut-être, en définitive, la crise donnera-t-elle tout autant raison à l’économie des choix publics qu’à la théorie autrichienne, à James Buchanan qu’à Friedrich Hayek.

Pierre Lemieux, professeur associé à l’université du Québec

http://www.forces.org/static_page/hc/images/lemieux_thumb.jpgvoir ses livres

Notre ami Pierre Lemieux  défenseur en particulier de la liberté de porter des armes et s’oppose aux réglementations anti-tabac. De passage à Paris, il débat des crises, comme de l’actuelle crise.

Source Liberté-Chérie avec Jean-Marc Sérigny, voir source et groupe sur facebook

Le débat du lundi 28 septembre organisé par le café liberté à 20h30 au café Le Luxembourg 58 bd St Michel 75006 Paris aura pour thème :

Les crises économiques et la crise actuelle.

Nous aurons l’honneur de recevoir Pierre LEMIEUX, à l’occasion de son passage exceptionnel en France.

Pierre Lemieux est économiste et professeur associé au Département des Sciences administratives de l’Université du Québec en Outaouais. Il a enseigné l’économie dans plusieurs universités canadiennes et a agi comme consultant pour plusieurs grandes sociétés au Canada et en Europe. Il a fondé, et dirigé durant quelques années, la collection « Iconoclastes » aux Belles Lettres (Paris). Il a publié de nombreux articles dans la presse financière canadienne et internationale, ainsi que dans des magazines spécialisés et des revues scientifiques. Il a également publié plusieurs ouvrages sur l’économie, la souveraineté de l’individu et l’anarcho-capitalisme.

Pierre Lemieux explique que la crise actuelle montre davantage la défaillance des puissances publiques que celle des marchés, les premières biaisant l’action des secondes. Il explique également que les recettes keynésiennes sont vouées à l’échec.

Le Café Liberté avait annoncé publiquement en 2006 que nous étions en présence d’une bulle financière et monétaire d’une intensité comparable à celle de 1929. Entre les deux dates, et avant 1929, d’autres crises financières et monétaires, moins graves, ont secoué la planète économique. Quels sont les points communs et les différences entre ces crises ? Quelles leçons ont été apprises et quelles leçons restent à (re)faire passer dans les esprits ? Quelles sont les crises les plus similaires à celle que nous connaissons et quels pronostics pouvons nous en tirer ? C’est autour de ces questions que nous vous proposons de débattre lors du Café Liberté du lundi 28 septembre 2009 à 20h30 au café Le Luxembourg, 58 bd St Michel à Paris !

Pour plus d’info au sujet du Café Liberté, rejoignez le groupe facebook
http://www.facebook.com/search/?q=cafe+liberte&init=quick#/grou…

et le site http://affinitiz.com/space/cafeliberte

Librement,

Posted in Aide à la décision, Culture, Démocratie, economie, Education, Globalisation, Libéralisme, Libéraux, Liberté, LIVRES, Philosophie, politique, Politique -sociale économique, Social Tagged: Buchanan, Crise économ., Crise hypothécaire, Crise sociètale, Croissance, Développement, Dette, Etat, Etat-providence, Etatisme, Etats-Unis, Hayek, Histoire, Individu, Keynasianisme, Libertariens, Liberté Chérie, P. Lemieux, Socialisme, Von Mises

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Merci Pierre!

    Merci Pierre!

    Pierre Falardeau L’organisation du Québécois pleure le départ d’un grand ami et d’un mentor. Pierre Falardeau, ce Québécois profondément en amour avec la... Lire la suite

    Par  Politicoblogue
    INFO LOCALE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Gérard Collomb s'invite dans le débat du Grand Paris

    Le Maire de Lyon demande à l'Etat des clarifications urgentes sur le contournement de Lyon au moment où toutes les attentions sont mobilisées sur le "Grand... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pierre Moscovici

    M.Moscovici a écrit un livre, il en parlait ce matin à France Culture. N.Sarkozy n’est pas invincible. La France ne l’aime pas. D’ailleurs N.Sarkozy est un... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Yémen, un débat

    Yémen, débat

    La guerre des communiqués et la guerre se poursuit toujours au Yémen. La bataille continue, alternant frappes aériennes et combats au sol. Le principal... Lire la suite

    Par  Sd (blog Pour Convaincre)
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • un débat sans moi.

    débat sans moi.

    Considérant qu’il y a des choses bien plus graves qui portent atteinte à notre sentiment de faire partie d’un peuple français autrefois plus fier de l’être,... Lire la suite

    Par  Gédécé
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Retraites : le vrai débat ?

    Retraites vrai débat

    Sarkozy l'a annoncé: la réforme des retraites est le seul vrai chantier d'importance qu'il s'est fixé de lancer cette année. Dimanche, Xavier Darcos, ministre d... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Intervention du député Jean Pierre BRARD lors du débat sur la loi "Création et...

    __A la majorité des députés présents...__ Best-Of Mr Brard 30-31 Mars HADOPI (1 sur 5)envoyé par hadopire Le scandale allait bien plus loin que la « double pein... Lire la suite

    Par  Michelmi
    SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Aldebx 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines