Magazine

Festiblog 2009 : ben c'était bien.

Publié le 27 septembre 2009 par Francisbf

C'est marrant comme un bon week-end peut tenir à peu de choses. Celui-ci, c'était dû en bonne partie à ce sale belge d'Unpied, sans qui je ne sais pas si je serais venu au festiblog. Après y être allé deux fois, on sait à quoi s'en tenir, on a déjà rencontré les gens, et on se dit bon ben voilà quoi. Ca va être encore une fois la même chose.

Et c'était le cas.

Sauf que là, c'est curieux, mais il s'est rajouté un côté familier. Et c'était bien.

Partout où je tournais la tête, il y avait des gens que je reconnaissais. Des auteurs, surtout, bien sûr, vu les stars internationales du blog français qui attirent leurs hordes de fans, des Boulet, des Laurel, des Pénélope, mais j'ai pu aussi reconnaître quelques fans parmi les hordes (bon, ceux-là, c'est plutôt inquiétant, je ne leur ai pas adressé trop la parole).

Puis il y avait même des gens qui me reconnaissaient : des cubik qui venaient distribuer des smoothies gratos, des Wandrille qui claquaient la bise, des Turalo sans moustache qui disaient bonjour en passant, des Peb & Fox qui se souvenaient du temps qu'il faisait lors de notre première rencontre, tout ça. Bon, bien sûr, des fois, il fallait les forcer à se souvenir (tu sais bien, on a mangé une raclette chez Nelly avec cubik, j'avais un bonnet de l'Armée Rouge et tu m'a montré tes seins, tout ça aussi).

Puis des nouvelles personnes, des amis d'amis, qui m'ont permis de passer le temps dans les très nombrables (4) files d'attente que j'ai faites cette année. Parce que bon, j'avais décidé de ne faire dédicacer que des BD que j'avais déjà (certaines depuis un bail). J'ai pu faire la course à la dédicace entre Frédéric Peynet et Obion contre une soeur de la copine d'un ami à cubik (si j'ai bien compris). On a fait match nul.

Puis bien sûr, il y avait les amis : Lelf et son Jésus en premier lieu pour le samedi, Donio et Oneiros pour le dimanche et puis les exploiteurs du peuple en la personne de Phiip, qui m'a forcé à distribuer je ne sais combien de centaines de tracts pour le passage de Gad à la librairie Goscinny jeudi prochain. Mais avec un bon argumentaire (protège de la grippe A ! Le flyer de l'amour ! Il y en aura pour tout le monde, pas de déçus ! Faites acte de charité, prenez-moi un flyer, dieu vous le rendra, on ne regarde pas les auteurs dédicacer si on n'a pas son flyer, s'il vous plaît, un flyer mademoiselle, un flyer monsieur, il fait marque-page si vous voulez), et un passage dans la queue de Boulet et celle de Pénélope, c'était vite réglé et je me suis fait offrir un coca en échange. Il est gentil, Phiip, je l'aime bien. Même s'il ne fait pas les calepins de Lapin. Puis il m'aura permis d'offrir un flyer à Mathieu Chedid en faisant genre je l'avais pas reconnu (han, le gars, il savait même pas ce que c'était le festiblog !)

En fait, c'était ça, le truc : c'était bien parce qu'il y avait plein de gens que j'aimais bien. Que je leur aie parlé une fois en dédicace, ou croisés à plusieurs reprises, ou connus depuis des années ou rencontrés sur place, je me suis senti chez moi, et c'était bien agréable.

Décidément, le festiblog, c'est plein de gens gentils. C'est pas le pays des bisounours, mais y'a quelque chose.Quelque chose qui m'a permis de ne pas réviser mon chinois sans culpabiliser. Enfin, de ne pas culpabiliser de ne pas réviser mon chinois quoi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francisbf 367 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog