Magazine Conso

Quels financements pour les films écolos ?

Publié le 27 septembre 2009 par Doukyo

Etre financé par de puissantes multinationales au risque de devoir édulcorer son message ou tourner des films indépendants, plus percutants mais à l'audience moins large: tel semble être le dilemme des cinéaste qui ont décidés d'alerter l'opinion sur l'état de la planète.

Affiche du film
Ainsi, avant même sa sortie le 7 octobre, le documentaire "Le Syndrome du Titanic" qui ambitionne de "changer notre regard sur le monde" en pointant les défis écologiques à l'échelle de la planète suscite une polémique.

Selon Pop Com, une émission "d'analyse du grand cirque médiatique" sur Canal+, le réalisateur-narrateur du film, l'écologiste Nicolas Hulot aurait modifié son commentaire en voix off car l'un de ses sponsors, la SNCF, le jugeait trop pessimiste.

"Je n'ai fait aucune modification suite à des commentaires de partenaires", répond Nicolas Hulot à l'AFP.

Mais la question se pose désormais à chaque sortie d'un film "écolo".

"La fin", sensibiliser largement aux enjeux écologiques, justifie-t-elle "les moyens", accepter l'argent d'industriels désireux de faire oublier le caractère polluant de leurs activités ?

Sorti en juin dans 124 pays et accompagné d'une massive campagne de promotion, le film "Home" a été sous le feu des critiques pour avoir été payé, à hauteur de 12 millions d'euros, par le groupe PPR dont les activités (luxe, distribution) ont une empreinte écologique non négligeable.

Le réseau Sortir du nucléaire a aussi accusé son auteur, le photographe Yann Arthus-Bertrand, d'y avoir "occulté la question du nucléaire", estimant que cela ne pouvait "que renforcer les soupçons de collusion avec l'un de ses principaux sponsors, EDF".

Attendu le 27 janvier après un tournage de quatre ans tout autour du globe, l'ambitieux et coûteux "Océans" de Jacques Perrin ("Le peuple migrateur") compte un nombre record de sponsors parmi lesquels Total, EDF ou Veolia, comme l'indique son site officiel.

D'autres, comme l'Autrichien Erwin Wagenhofer qui a dénoncé les ravages écologiques causés par la pêche et l'agriculture intensives dans "We feed the world" (2007) et un capitalisme irresponsable dans "Let's make money" (2009), ont choisi l'indépendance.

"Pourquoi une grande entreprise dépense-t-elle de l'argent pour un film ? Que veut-elle, à quoi doit-on s'engager ?", dit-il dans un entretien à l'AFP.

"Les chaînes de TV gagnent beaucoup d'argent en diffusant des publicités pour les multinationales, alors si elles vous financent, les problèmes commencent ! C'est pour cela que je ne fais jamais appel à elles, sauf Arte".

Mais ces films sont surtout vus, en salles et dans les festivals, par un public déjà sensible aux enjeux écologiques.

PARIS, 26 sept 2009 (AFP)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doukyo 701 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine