Magazine Politique

Au lendemain des élections législatives en Allemagne...

Publié le 28 septembre 2009 par Max087

bundestagswahl240_v-banner3x1.jpg

Les Allemands ont voté hier pour reconduire Angela Merkel à la chancellerie et lui apporter une majorité stable avec les libéraux du FDP pour les 4 années à venir. L'Allemagne s'ancre encore un peu plus à droite avec cette nouvelle coalition "Schwarz-Gelb" (noire-jaune).

bundestagswahl238_v-banner3x1.jpg

Angela Merkel et Guido Westerwelle, le leader du parti libéral FDP, sont les deux grands vainqueurs de ces élections législatives allemandes. Merkel puisqu'elle réussit son double pari de rester en poste à la chancellerie et de se forger une majorité stable avec les libéraux. Westerwelle en faisant gagner presque 5 points à son parti par rapport aux dernières élections législatives, ce qui permet au FDP de revenir aux responsabilités à la tête de l'Allemagne.

Les deux grands perdants de cette journée électorale en Allemagne sont sans conteste le SPD, qui fait un score misérable, et le CDU, qui, malgré la victoire de Merkel, est en recul par rapport aux dernières élections.

a-home-merkel-2200__13532666-1254082021.jpg
a-schwarz-gelb__13532036-1254078942.jpg

"Je veux être la chancellière de tous les Allemands !" Cela rappelle un certain Président français qui le jour de son élection affirmait vouloir être "Le Président de tous les français !"... On en voit aujourd'hui le résultat. Merkel reste bien la femme politique la plus puissante du monde et impose encore plus son autorité sur la scène politique européenne et mondiale. Les Allemands lui font de nouveau confiance pour 4 années. Depuis son élection en 2005, elle a su redonner confiance à l'Allemagne et imposer le pays sur le devant de la scène. Elle a gouverné pendant 4 ans les sociaux démocrates de Steinmeier, ce qui n'a pas toujours été simple, mais dans l'ensemble on peut dire que la coalition "Schwarz-Rot" a fait du bon boulot. Elle va désormais composer avec les libéraux, ce qui ne sera pas non plus de tout repos pour elle.

a-spd__13528901-1254069338-2.jpg

Le SPD de Steinmeier et Münteffering a subi un véritable revers, son plus faible score depuis la création de l'Allemagne fédérale il y a 60 ans. Comment expliquer cela? De toute évidence, la sociale démocratie est en crise dans toute l'Europe, même si dans ceratins pays les socialistes arrivent à remporter des élections nationales, comme hier au Portugal. En comparaison avec les élections de 2005, le SPD perd plus de 11 points, soit quelques 1,2 millions d'électeurs qui se sont reportés essentiellement sur Die Linke ou Die Grünen. L'abstension a également joué en défaveur du SPD. Pas moins de 17 millions d'allemands (sur 62,2 millions de votants potentiels) ne sont pas aller voter. Un déficit de voix cruel pour le parti social démocrate allemand. Jugé trop à droite par certains, moins proche des ouvriers et des quartiers populaires, le SPD est un parti boudé depuis 2005 et l'échec de l'ancien chancellier allemand Gerhard Schröder. Le SPD en crise depuis cette date faisait quand même face en étant dans le gouvernement de coalition d'Angela Merkel. Il sera désormais dans l'opposition. Selon un jeune allemand, le fait que le SPD soit désormais dans l'opposition est peut-être la meilleure solution pour le parti, qui va pouvoir se refaire une santé et entamer sa rénovation. Le SPD a promis de combattre la politique de Merkel et des libéraux qui n'irait pas dans le sens des Allemandes et des Allemands.

a-fdp__13528868-1254069297-9.jpg

Guido Westerwelle et son parti le FDP a réussi un véritable exploit hier soir. 14,6 % est un score historique pour les libéraux allemands qui reviennent gouverner dans la majorité aux côtés des chrétiens démocrates de Merkel. Le leader du FDP, qui pourrait bien se voir confier le poste qui était occupé hier encore par le leader du SPD Franz-Walter Steinmeier. Westerwelle pourrait devenir le nouveau Ministre des Affaires Etrangères de l'Allemagne, un poste important, mais risqué puisque Westerwelle est réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche. Avec le FDP, Merkel aura une coalition et une majorité stable pour les 4 ans à venir. Cependant il ne s'agira pas pour elle d'une promenade de santé puisque le FDP mène une politique très libérale et très à droite. Les sujets de discorde pourraient être plus nombreux que l'on ne croit entre Merkel et le FDP.

a-linke-neu__13530678-1254074201.jpg

Die Linke, la gauche radicale allemande, réalise également un bel exploit en faisant un score à deux chiffres et en dépassant Die Grünen (Les Verts). Son leader emblématique Oscar Lafontaine a réussi à faire de ce parti un véritable parti d'opposition qui devient le 5e parti au Bundestag. Die Linke qui n'est pas pour rien dans la défaite du SPD puisque Lafontaine est un ancien du SPD et Die Linke reprend des thèmes et des idées "délaissées" par le SPD et la sociale démocratie. Les Verts atteignent un score résonnable.

Au final, on remarquera que les Allemands ont préféré voter pour les "petits" partis et on boudé les gros partis. Le SPD et le CDU sont les deux seuls parti en recul par rapport aux dernières élections législatives de 2005. Notons également une abstension très forte puisque 17 millions d'Allemands ne se sont pas rendus aux urnes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Max087 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines