Magazine Culture

2009 - The Gentle Lurch - The Beat of the Heart is the Beat of the Boss - Reviews - Chronique d'un album crépusculaire

Publié le 28 septembre 2009 par Saab190780
2009 - The Gentle Lurch - The Beat of the Heart is the Beat of the Boss - Reviews - Chronique d'un album crépusculaire

Les américains n'ont définitivement plus le monopole de produire de la bonne musique americana et de country alternative n'en déplaise à des géants comme Neko Case, Bonnie Prince Billy ou encore Giant Sand pour ne pas les nommer tous. En effet, pendant l'été, j'ai découvert un trio allemand The Gentle Lurch formé par Lars Hiller, Cornelia Mothes et Frank Heim qui se répartissent les vocalises, les instruments, la composition et l'écriture de façon équitable. J'ai été de suite soufflée par l'authenticité et l'atmosphère bluesy de leur musique. Lars et Cornelia qui assurent principalement le chant forment un duo de toute beauté : lui fait songer à Stuart Staples ou encore Bill Callahan de part son grain de voix un peu rocailleux et la profondeur de sa voix, il s'impose rapidement comme un leader charismatique, elle, fait place à la douceur, sa voix est magnifique, d'une douceur nordique très caractéristique.
Après la sortie d'un premier album From Around a Fire (2007) qui faisait la part belle au folk, c'est bien sur les terres américaines, que le trio a décidé de nous emmener sur leur deuxième double galette The Beat of the Heart is the Beat of the Boss sorti en juin 2009. Ce double album est assez audacieux et dense, il faut pour pouvoir vraiment apprécier cette musique prendre son temps, c'est le seul mot d'ordre aussi non, ce style musical pourrait vous laisser de marbre car relativement hermétique. Il a fallu m'armer de patience mais le jeu vaut largement la chandelle au final. Les compositions sont sublimes souvent crépusculaires et sombres : Owl 3 sur lequel Cornelia brille, Tonight, I, le jazzy Pigeons et le country The Disappearence qui réunit les deux chanteurs sont les incontournables de la première galette tandis que le minimaliste et brillant Folksinger, l'ombrageux What Are We, le divin Kept Woman et le fantomatique Let's Roll en sont les highlights de la seconde.
Une découverte aussi étonnante d'inattendue sous la forme de ce groupe allemand qui fait de la musique américaine aussi bien que ces derniers. Des beaux textes avec une pointe de philosophie, des compositions d'une qualité d'orfèvre et des chanteurs charismatiques. A suivre.

Note Finale : A+
Site Officiel

MySpace
Ou Acheter ?
Schinderwies Productions
Emusic

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saab190780 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines