Magazine Internet

Web et TV - Partie I

Publié le 28 septembre 2009 par Veroniquer

Web_TV Web et TV, plutôt que Web TV. Au fil de mes découvertes j'ai compris que le terme était finalement assez peu adapté, tant il est large, tant l'offre est diversifiée.

Alors, je partage ici mes réflexions, en commençant par celles-ci: Quelles sont les interactions qui existent? De quoi parle-t-on - ou peut-on parler - aujourd'hui en matière de Web TV?

Un billet en deux parties, pour explorer plusieurs facettes du sujet, réfléchir, partager des découvertes, recueillir vos avis et opinions. Car beaucoup - du simple curieux aux entreprises - parmi ceux qui moins familiers d'Internet, se demandent comment s'y retrouver dans les offres en streaming (auxquelles je me tiendrai ici), et, finalement, ce qui existe.

Que croise-t-on aujourd'hui? De quoi est-il question?

- Des chaînes de télévision qui diffusent sur le Web? Séances de rattrapage, "replay", extraits pour attirer l'attention d'un public.

- De programmes spécifiquement conçus (ils sont encore rares). Certains ont cependant l'intelligence de proposer sur un même site des formats différents (durées et qualité).

- De diffusion de plateaux enregistrés ou d'interviews. Le premier rappelle les débuts de la télévision - mais la formule a fait recette. Le second convient parfaitement car il peut être réalisé à coût réduits et découpé par chapitrage. Les nouveautés sont collaboratives ou associatives (au sens premier).

- De retransmissions d'évènements en direct sur le Web, du plus modeste au plus élaboré.

- De diffusion de vidéos par thématiques entourées/accompagnées d'autre contenus pour approfondir tel ou tel sujet: liens, e-books associés, forums, blogs, etc.

- D'intervention filmées à différentes occasions (conférences, etc) ou des cours délivrés par les plus prestigieuses institutions, universités ou écoles.

- De votre propre canal de diffusion ou vous pouvez aussi bien vous filmer que marquer vos préférences vers d'autres sources (de YouTube à Viméo, sans parler des nouveaux venus comme Stupeflix.TV, qui entend jouer sur le temps réel - merci à @eogez pour la source).

- Des reportages courts, qui permettent de rendre compte d'une actualité ou de mettre en valeur des acteurs locaux.

Bref, et je laisse ici volontairement de côté tout le secteur lié à la téléphonie mobile et aux interactions téléphonie/Internet. Un chapitre à part entière, même si, à l'évidence, il y a des recoupements.

Ce qui est certain, c'est qu'il y a autant de variantes que d'initiatives, dont certaines très réussies. La plupart sont accessibles gratuitement - parfois sur inscription - incluant, ou non, de la publicité. La question du financement est évidemment centrale, mais je ne l'aborderais pas ici dans un premier temps.

Je laisse volontairement l'appellation Web et TV même si certaines formes relèvent tout simplement de l'utilisation de l'outil vidéo via l'outil Internet. A partir du moment où ces formes sont regroupées à un "endroit" unique et dédié (site), c'est - me semble-t-il - ce qui peut recouvrir Web et TV.

Il est intéressant de regarder comment se composent et évoluent les choses au royaume de la flexibilité et de l'adaptation (ie le Web).

Là où sélection, choix et échanges sont prédominants. Pour réfléchir également à des spécificités et des allers-retours entre lieux de diffusion (qui ne sont plus justement un canal à sens unique).

Nous sommes dans un moment de mix et de mélange, versatile et malléable. Les choses s'y construisent de plus en plus par "morceaux" (pas fragments), petites actions qui s'agrègent. C'est peut-être par là qu'il faut également regarder pour développer ces usages.

Ce sont des questions que se posent aussi les professionnels (voir par exemple le programme du prochain Mipcom, salon professionnel international): mais comment faire pour s'adapter? "Rethink your business" disent-ils. Et c'est en effet urgent.

Autre caractéristique, qui est tout de suite visible (et audible) ce sont les différences de qualité. Je ne parle pas du fond ou de la forme, mais tout simplement de l'utilisation de la technique et du matériel. Tous ces moyens étant accessibles à des coûts raisonnables pour le grand public chacun a pu se les approprier. Y compris, côté montage (virtuel). On y retrouve de grands écarts entre professionnels (ou presque) et amateurs, ce qui est inévitable.

caméra_stable

Une - petite - préconisation au passage quand même: tout dépend ce que vous comptez faire de ces utilisations. Si votre message est professionnel, mieux vaut qu'il mette toutes les chances de son côté: image, cadrage et son.

Si lorsqu'un interlocuteur intervient la caméra traîne dans un autre coin de la salle pendant trop longtemps, l'attention dérape vite. Si plusieurs interlocuteurs interviennent et que c'est inaudible, personne ne suivra. Si le montage n'a ni queue ni tête, si les raccords sont mauvais, le rythme décalé, le résultat s'en ressentira. Ce sont peut-être des banalités en la matière, mais je les ai croisées ici ou là. Ceci étant dit, sans même rentrer dans les subtilités qui font - aussi - la différence.

Bien-sûr, je prêche pour ma chapelle! Mais, ce que j'ai souligné ne sont que des rappels de "bon sens" et d'attention: mettez-vous à la place de vos spectateurs, tout simplement.

Je suis en train de préparer un second billet qui sera une sélection de différentes Web.TV, canaux de diffusion et/ou d'échanges sous différentes formes (francophones et anglophones).

N'hésitez pas à me faire part de vos intérêts ou coups de cœur si vous en avez en la matière. Je relaierai.

Photo 1 Simon Bradley - copyright photoXpress - Photo 2


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veroniquer 247 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines