Magazine Banque

NFC in China : Lionel Brahami interview Famoco

Publié le 28 septembre 2009 par Denisvacher
NFC in China : Lionel Brahami interview Famoco
China Unicom a annoncé son intention de s’équiper de mobiles adaptés au paiement sans contact pour l’Exposition Universelle de 2010 à Shanghaï, c’est l’occasion de faire un panorama sur la situation en Chine.
Je vous propose l’interview d’un français ex-patrié, Lionel Brahami, qui est au coeur du NFC chinois avec la société FAMOCO dont il est le fondateur.
Lionel, la Chine c’est loin de l’hexagone, comment pourrait-on décrire l’activité sans contact au sens large en direction du grand public chinois ?

Le sens contact est une réalité via la carte de transport yikatong qui est désormais très répandue, elle étend son rayon d’action à celui de porte monnaie électronique dans les magasins limitrophes des transports publics pour des achats de faibles montants (inferieurs à l’équivalent de 5€). Pour donner un ordre de grandeur le ticket de metro est équivalent à 20 centimes €.
Cette carte s’obtient auprès des points de vente de tickets en quelques instants moyennant une caution de 2€ , et est ANONYME.
On la recharge par cash soit au guichet soit sur un automate. Le montant max stocké est de l’ordre de 50€.
Même si techniquement la carte (technologie mifare) est diffusée sur le territoire chinois, chaque carte ne fonctionne que dans une agglomération donnée.
Elles sont généralement émises par des sociétés semi-privées.
En règle générale, les Autorités poussent vers 3 types de cartes : la carte ID type sécurité sociale, la carte de transport porte monaie electronique de type mifare et la carte de paiement, generalement base sur l’application PBOC (Public.Bank Of China une version Chinoise de EMV).
Au niveau NFC mobile quelles sont les avancées chinoises ?

En attendant les mobiles NFC (au protocole SWP), plusieurs technologies cohabitent, les opérateurs mobiles multipliant les pilotes et tests dans différentes villes : cela va du sticker mifare au dispositif SIM NFC avec nappe de type Watchdata.
Notamment un grand opérateur mobile travaille sur les SIM 2.4 Gigahertz qui permettent d’anticiper : cette solution nécessite un changement de SIM et des mobiles compatibles, mais pas besoin de mobiles NFC au protocole SWP. Un point à souligner est que traditionnellement en Chine, les acteurs sont doubles : locaux et étrangers, c’est notamment le cas pour la fourniture des SIM.
Une autre caractéristique du marché chinois à prendre désormais en compte est le lancement de mobiles propriétaires par les opérateurs, avec notamment l’arrivée de l’OPhone (sous une version customisée d’Android) qui va permettre de développer des clients software NFC . Ces mobiles propriétaires sont généralement subventionnés pour le client final.
Et FAMOCO ?
Famoco a développé une technologie originale qui permet de customiser dynamiquement l’interface graphique des services NFC d’un mobile en fonction des données présentes dans la SIM .
Le produit s’appelle NFCme.
Nous l’avons élaboré et développé grace aux pilotes en Asie auxquels nous participons depuis 4 ans. Parmi les success stories que l’on peut retrouver sur le site web, nous sommes particulièrement fiers d’avoir participé à l’implémentation du mobile wallet NFC de China Mobile sur différents mobiles et différentes configurations SIM.Nous travaillons aussi, toujours avec China Mobile, sur les solutions NFC qui seront mises en œuvre pour l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010. NFC in China : Lionel Brahami interview Famoco

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Denisvacher 71 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte