Magazine

Pourquoi je quitte le PS pour les Verts

Publié le 28 septembre 2009 par Jfa

Une tribune libre de Fabrice Decoupigny.

On entend dire que le monde, entraîné par la globalisation, change et parce qu’il change il est nécessaire, pour le citoyen de l’accepter et par conséquent de s’adapter. Ce qui il y a de déroutant avec cette affirmation, c’est qu’à force d’être criée sur tous les toits, elle est devenue une vérité qui n’est plus discutée. Or, tout le problème réside dans le naturalisme que cette proposition suppose : les forces du marché régentent le monde, il faut par conséquent les accompagner à défaut de s’y soumettre. Or, ce qui fait le ciment de la pensée de gauche est la conviction indéfectible que les sociétés se construisent autour du citoyen et d’un projet qui s’appuie sur des fondements idéologiques de redistribution, de solidarité et de partage. Et force est de constater que le Parti Socialiste a failli en acceptant le rôle de celui qui attend sagement son tour par la sainte alternance.

Je ne m’étendrais sur les fraudes aux congrès que pour dire que les plus grosses ont eu lieu lors du vote sur les motions du 6 novembre 2008. Sans le score de certaines fédérations nous aurions eu Bertrand Delanoé premier secrétaire. Vu d’en bas, nos leaders n’y croient plus, les barons locaux ont spolié le parti de ses militants et nous assistons incrédules à la valse des pantins. Le monde brûle, souffre, peine à la tâche et que font-ils ? Rien, ils ont tous la tête en 2012, et personne pour sauver l’école, la santé, réclamer les milliards d’euros volés par les banquiers et les spéculateurs…

Que vaut une stratégie sans priorité et objectif. Si je résume brièvement le PS n’a pas de ligne politique, des barons locaux ont faussé toutes les élections en interne depuis des années, nous n’avons pas de projets de société à offrir aux Français et nos dirigeants (nationaux et locaux) sont plus préoccupés par leur carrière politique que par le projet politique.

Le tableau est noir et je ne crois pas que le Parti puisse à court, moyen et long terme redresser la barre. C’est pour ces raisons que je décide de partir chez les Verts.

Le monde ne change pas, la terre est toujours la même, c’est la société qui change. Nous vivons en ce début de XXIème siècle l’émergence de la pensée de l’écologie politique en réactions aux problèmes environnementaux comme le socialisme au XIXème lorsque la société industrielle naissante avait contraint des populations entières aux enfers manufacturiers.

Les premiers républicains ont construit leur discours sur l’insécurité civile pour imposer la démocratie, le socialisme sur l’insécurité sociale pour imposer sa politique de redistribution, les verts construisent leur discours sur l’insécurité environnementale pour asseoir un monde équitable, viable et vivable. Le projet politique écologiste est d’offrir au citoyen un cadre de vie qui lui permette de réaliser ses projets, ce qu’Amartya Sen, dans son ouvrage “L’économie est une science morale” (éd. La découverte), définit comme étant la liberté de choisir sa vie. A quoi ça sert de nourrir des populations avec des aliments nocifs ? A quoi ça sert de construire des logements toxiques ? Replacer l’individu au cœur du projet de société est la ligne politique des Verts. Comme toute pensée progressiste, elle ne se substitue pas aux précédentes mais les complète afin de s’ajuster aux défis sociétaux.

C’est pour toutes ces raisons que je vais chez les «Verts».

- “… au-delà d’un certain niveau de rémunération, au-delà par exemple de un million d’euros annuel, on rémunère non pas la compétence ou le dynamisme, on rémunère simplement la rapacité, l’appât du gain et la prise de risque insensée. Toutes ces choses ne sont pas bonnes pour la croissance et la reprise économique”. Thomas Piketty dans Le Monde. Une très bonne analyse des (très) pauvres résultats concrets du G 20.

- Déchets toxiques, avoirs toxiques… ContreInfo.

- Sur les indemnités journalières des accidents du travail. Le Monde.

- “Le gouvernement face au mur du déficit”. Le Monde. …“Globalement, les entreprises sortiront gagnantes du projet de budget 2010….Les ménages seront nettement moins bien lotis”.

- L’excellente tribune de Stéphane Guillon. Le Post.

- EDF, avec son nouveau PDG (ex de Véolia, encore un proche de N. Sarkozy) devrait amplifier son développement à l’international et réduire une dette de 36,8 milliards (en juin). Le Monde. Attendons-nous donc à payer ces acquisitions pour que, lors de l’ouverture prochaine du capital au privé, ceux-ci puissent toucher de juteux dividendes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • PS : I love you

    Après Si tu me voyais maintenant et La Vie est un Arc-en-ciel, PS : I love you est le troisième roman de Cecelia Ahern que je lis cette année. Quand j'aime, je... Lire la suite

    Par  Morrighan
    A CLASSER
  • Pourquoi...

    Pourquoi...

    Pourquoi te retournes tu toujours pour voir derrière toi, ce passé tu dois l'éffacer Pourquoi ne prend tu pas le temps de vivre cette vie que tu aimes tant... Lire la suite

    Par  Janet
    A CLASSER
  • Pourquoi ?

    Pourquoi

    Le Parlement européen rate une occasion historique de protéger les animaux utilisés par les laboratoires Le vote du 31 mars de la Commission Agriculture du... Lire la suite

    Par  Gala
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Agneau aux légumes verts printaniers

    Un plat complet, très printanier et plein de vitamines. Une version allégée du navarin d'agneau, tout en vert. De la viande de gigot et de haut de côtes mijoté ... Lire la suite

    Par  Lydia55
    CUISINE, RECETTES, RECETTES SALÉES
  • Cure de légumes verts

    Cure légumes verts

    Comme Bretzel Junior est un aventurier, il poursuit sa diversification alimentaire à l’étranger…Cure de légumes verts au menu cette semaine avec les épinards... Lire la suite

    Par  Flo Bretzel
    CUISINE, RECETTES
  • Gnocchis aux haricots verts

    Pour 6 personnes: 500 g de gnocchis, 350 g de haricots verts, 2 oignons blancs, 6 tomates pelées, 4 cuillères d'huile d'olive, 3 petites pommes de terre... Lire la suite

    Par  Nolly Shuor
    CUISINE, RECETTES
  • Proche du PS, moi ?

    Proche

    Ce machin (signalé par Romain) est indispensable. Il m'informe que je suis proche du PS. S'il m'avait dit que j'étais proche du Mouvement pour la France, il... Lire la suite

    Par  Nicolas J
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte