Magazine Cinéma

LE PIANISTE de ROMAN POLANSKI

Par Abarguillet

                     LE PIANISTE de ROMAN POLANSKI           
                                                                          BANDE ANNONCE

Le beau film de Roman Polanski , consacré à la Shoah, Le Pianiste ( 2001 ), qui raconte le destin d'un musicien juif dans la ghetto de Varsovie, est tiré d'un récit autobiographique de Szpilman.  Revu par un metteur en scène imprégné de son sujet ( Polanski a grandi dans ce ghetto et sait de quoi il parle ), il retrace avec précision les épisodes tragiques qui ont plongé la ville dans la terreur.  Bien que ces faits aient déjà été relatés à maintes reprises au cinéma et à la télévision, le mérite de Polanski a été de centrer le scénario sur le retentissement qu'ils ont eus sur les individus eux-mêmes et, particulièrement, sur ce pianiste qui sera sauvé, au tout dernier moment de la mort, par son art. La force du film ne réside pas dans la reconstitution historique des lieux et des événements, aussi bien faite soit-elle, mais procède à des allusions plus intimes, plus personnelles et profondes.

                      

Adrien Brody. Bac Films


Beaucoup ont reproché au film son académisme par rapport à des oeuvres comme Rosemary's baby ou Le Locataire,  mais il semble que Polanski ait préféré s'en tenir à la retenue et à la sobriété sur un sujet qui le touchait sans doute trop intimement. En effet, il a souhaité, d'une part, nous mettre en présence de héros discrets, simples artisans qui surent sauver et épargner des vies et faire en sorte que le cours de l'existence se maintienne au coeur de l'enfer - ainsi cet imprimeur clandestin qui souhaite animer un réseau de résistance au sein du ghetto et ces Polonais qui hébergent des juifs évadés au risque de leur vie, enfin les combattants qui moururent les armes à la main plutôt que de se rendre  - et, d'autre part, le personnage central, magistralement interprété par Adrien Brody, n'est nullement un héros ; il ne s'efforce que de survivre dans l'abomination, avec la seule certitude qu'il y a toujours dans l'être quelque chose qui demeure.

                     

Adrien Brody. Bac Films

Ainsi Polanski est-il clair, presque didactique dans son propos, en nous dépeignant un personnage central qui, bien qu'entouré de héros, ne l'ait pas lui-même et c'est en cela que le cinéaste atteint à l'universel et que la fin de son film nous touche à ce point. Car, en définitive, où se trouve la frontière au-delà de laquelle l'être cesse... d'être ? Bouleversant.

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Abarguillet 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines