Magazine Beauté

Secrets de beauté du temps jadis

Par Noon

Il y a quelques temps, dans notre cher hexagone, et dans toute l'Europe, eurent lieu les journées du patrimoine. A cette occasion, je me suis rendue au Château de la Madeleine dans la Vallée de Chevreuse, à 30 km de Paris. Un évènement très spécial avait lieu au coeur de ce château médiéval : une reconstitution d'un village du Moyen-Age.


Beauté à travers le temps ( + concours)

A vrai dire, j'étais là-bas pour le cours "cuisine du Moyen-Age" (mon côté gourmand me perdra un jour, je vous le dis...) mais, j'y ai découvert bien autre chose qui reste bien plus intéressant pour vous : des stands "beauté au Moyen-Age" étaient installés dans la cour. C'est ainsi que j'ai appris les secrets de beauté du temps jadis. Difficile alors de passer son chemin sans tendre une oreille attentive.


Il faut savoir, dans un premier temps, qu'au Moyen-Âge les femmes (et les hommes aussi...) étaient bien plus propres que ce que l'on pourrait croire au premier abord : ils prenaient de nombreux bains et, déjà pour l'époque, des pommes de douche existaient aux fins de se rincer. Mais ce n'est pas tout...


Alors qu'aujourd'hui nous nous penchons de plus en plus souvent sur les secrets de beauté bio, des recettes dites "maison" existaient déjà alors comme le lait de melon, soin pour le visage souvent utilisé comme nettoyant visage (lait + eau + jus de melon). Mais d'autres recettes étaient à l'honneur, comme des crèmes anti-âge, désincrustantes, des parfums... Autant de choses qu'aujourd'hui encore, on ignore. Tous ces produits ont été reconstitués sur le fondement de certains textes. Difficile de savoir alors quelles étaient les proportions exactes et s'ils étaient utilisés quotidiennement. 


Beauté à travers le temps ( + concours)

En revanche, ce que l'on sait, c'est que, contrairement à la période de la Renaissance (voir l'exposition le Bain et le Miroir déjà présentée sur Lipstick Quotes), les femmes du Moyen-Âge ne se maquillaient pas car c'était considéré comme contraire à l'Église : elles devaient respecter le visage que Dieu leur avait donné sans le déformer.
Ce que l'on retrouve entre ces deux époques (Moyen-Âge et Renaissance) est l'utilisation de la céruse qui est composée principalement de plomb. Cependant, comme le produit était trop cher pour la moitié de la population française à cette époque, les femmes délayaient de la poudre blanche avec des blancs d'œufs, ce qui était trois fois plus bio. Et, non seulement ça a un côté bio mais cette recette leur a quasiment sauvé la vie lorsque l'on sait que l'utilisation de la céruse au Japon par les Geisha a provoqué chez certaines d'entre elles des maladies au niveau de l'épiderme (creux, rides, teint jaune, cancer, ...).


La découverte de ces produits m'a fait énormément réfléchir, notamment sur le fait que, finalement, on n'a rien inventé et qu'il nous reste tout à apprendre. Pour le coup, j'ai voulu m'informer sur le monde de la beauté que je côtoie peu contrairement à celui de la mode... le cheminement s'est fait et je me suis dit que cette découverte devait vous être transmise. C'est comme ça que la connaissance survit dans notre monde.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Noon 705 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog