Magazine

The Illusionist - Nothing is what it seems

Publié le 29 septembre 2009 par Ashtraygirl

L'Illusionniste Boudé par moi-même (et sûrement par d'autres) à l'époque de sa sortie en salles, en raison d'une overdose d'illusionnistes sur grand écran - Le Prestige de Nolan venait déjà de nous ébouriffer - j'avais décrété que je verrais néanmoins L'Illusionniste, en son temps, lorsque la folie abracadabra serait quelque peu retombée.
Jugeant que c'est désormais chose faite, j'ai donc accordé sa chance à Eisenheim samedi soir pour une représentation exclusive.
Alors, m'a-t-il envoûtée, ou non?
"I present you the man who has unlocked these mysteries: Eisenheim."

L'Illusionniste, c'est avant tout l'histoire d'un homme: Eisenheim (Edward Norton). Un homme issu de la classe ouvrière d'une province autrichienne, tombé éperdument amoureux de Sophie, issue de l'aristocratie, alors qu'il n'était encore qu'un adolescent. Séparé de sa dulcinée par les codes sociaux en vigueur au XIXème siècle (pas de mélanges des genres), Eisenheim disparait pendant près de 15 ans, dans le plus complet mystère, avant de ressurgir à Vienne, alors en plein chaos politique, en tant qu'illusionniste. Très vite, ses tours époustouflants lui valent une renommée phénoménale, et l'on commence à croire qu'il est doué de pouvoirs paranormaux. Adulé du peuple, qui voit en lui un véritable messager doublé d'un visionnaire, Eisenheim en vient très vite à faire de l'ombre à Leopold (Rufus Sewell), prince héritier aspirant à prendre au plus vite la tête de l'Empire chancelant. Dés lors, c'est une véritable bataille de l'esprit qui s'engage entre les deux hommes, qui ne luttent pas seulement pour leur réputation, mais aussi pour une femme: la fameuse Sophie (Jessica Biel).
Le premier regret vient sans L'Illusionniste - Edward Norton nul doute du fait que, si le film se concentre indéniablement sur le personnage d'Eisenheim, on en sait finalement assez peu sur lui. En réalité, on n'en saura à peine plus que le spectateur assis dans la salle de spectacle, subjugué par le bonhomme, par son charisme, par ses tours stupéfiants théâtralisés avec goût. Si le focus est fait sur lui, seul l'objectif effleure le personnage, quand toute sa psychologie est appelée à se deviner au fil de ses prestations scéniques et de ses amours contrariés. A la différence des deux héros du Prestige chez Nolan, tous deux fortement creusés et découverts au fur et à mesure de l'intrigue, Eisenheim gardera, lui, cette part de mystère indispensable - et frustrante - inhérante à tout grand illusionniste, enveloppé dans une aura à la fois captivante et floue, perdu dans des silences qui sont supposés en dire long, mais dont on ne devine qu'assez peu de choses, finalement. Le personnage, construit, étoffé, et très bien campé par Edward Norton, séduit, attise la curiosité, envoûte et stupéfait tout à la fois, se parant au fil du récit d'un pouvoir de fascination conséquent, pareil à celui que l'on ressent dés que l'on frôle du bout des doigts une vérité venue de l'au-delà...
"Perhaps there is truth underneath illusion"

Le très gros point fort du film, c'est son ésthétique irréprochable. Dés les premiers plans d'un générique élégant à la saveur surranée, la magie opère. La photographie est de toute beauté, à l'image des séquences de flash-back L'Illusionniste - Paul Giamatti qui s'ouvrent comme l'objectif d'un antique appareil photo, et dont les contours oscillent comme une flamme. La reconstitution des décors, l'ambiance raffinée et subtile, contribuent à renforcer le pouvoir d'illusion du film, en donnant à voir tout autant qu'à élucider. Les scènes les plus remarquablement réalisées sont celle des représentations de magie, véritables spectacles dans le spectacle. La mise en scène, sobre, sans fioritures, ne souffre que de quelques soubresauts rythmiques intriguants, et de quelques coupes désordonnées, sans préjudice sur l'ensemble du fil narratif. Elle a pour elle d'être en totale harmonie avec son sujet, participant autant que son interprète principal à l'envoûtement du spectateur, un peu comme si la caméra était complice de tous ces tours.
L'autre point fort, qui pourrait néanmoins passer pour une maladresse, est d'avoir insérer le récit dans un autre, plus historique, plus politique. L'illusion, ici, est déclinée sous bien des formes: illusion visuelle, mentale, artistique, politique, diplomatique... Ainsi, l'émergence de complots visant à renverser l'empereur apporte une toute autre dimension aux desseins de l'illusionniste, qui en devient alors le révélateur, le porte-parole, l'accusateur. C'est alors que la confusion émerge: qui, parmi tous ces protagonistes, manipule qui? Qui parvient réellement à tirer le vrai du faux? Qui maîtrise réellement l'illusion, et qui en pâti? Peu à peu, les fils de l'intrigue se tissent plus finement, plus subtilement, créant une toute autre illusion...
"There's no trick they haven't seen"

Non, le coup de l'oranger, je ne le connaissais pas. Pour le reste, j'avoue m'être fait dupée par défaut. L'Illusionniste n'invente rien de follement novateur, ni n'évite les écueils malgré ses atours irréprochables. Le film se plaît à nous embrouiller, à l'instar de l'inspecteur Uhl (Paul Giamatti), pour nous révéler finalement un truc vieux comme le monde, qui, pour le coup, laisse franchement perplexe, tant il oublie de briller. A dire vrai, on reste sur sa faim. Alors que la mise en scène soignée et participative amorçait un tout autre dénouement, plus spectaculaire, plus glorieux, à mesure que le drame se teintait de thriller paranormal, on se retrouve avec une conclusion convenue et balbutiante, faible point final au reste de l'oeuvre. Pourtant, l'illusion est magistrale, indéniablement. Oui, mais...
L'Illusionniste - Jessica Biel & Edward Norton
De même, la romance principale peine à prendre son essor. La faute à un duo qui ne fonctionne que très modérément: l'association Jessica Biel/Edward Norton, à mon sens, ne colle pas, décrédibilisant ainsi une histoire qui aurait mérité un surplus de passion. Dés lors, l'illusion atteint ses limites - internes - et se saborde elle-même, par de menus détails qui, rétrospectivement, gâte l'ensemble, un peu comme un mangeur intempestif de pop-corn pendant un tour de magie durant lequel tout le monde retient son souffle.
Nothing is what it seems

En résumé, L'Illusionniste tient son ticket pour le panthéon des magiciens du 7ème art les plus convaincants, mais n'obtiendra hélas pas celui des illusions les plus prestigieuses. Il manque un truc, un je ne sais quoi de plus, ou de moins, qui aurait permis à l'ensemble de se sublimer. De l'illusion au prestige, il n'y a qu'un pas... mais il est là.



EN BREF:
*Indice de satisfaction:

The Illusionist - Nothing is what it seems

*1h50 - Tchèque, américain - by Neil Burger - 2007
*Cast: Edward Norton, Jessica Biel, Paul Giamatti, Rufus Sewell
*Genre: Faux semblants
*Les + : Une mise en scène de toute beauté, une ambiance propice et prodigue, de belles trouvailles visuelles...
*Les - : Un manque de panache, tant dans le déroulement que le final.
*Liens: Fiche film Allociné
*Crédits photos: © Metropolitan FilmExport


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Sweet Nothing

    Sweet Nothing

    <p><p>Document sans nom</p></p> Le poste de douane de Ranong flotte sur les eaux boueuses de l'estuaire de Kowthoung, sous... Lire la suite

    Par  Gaspard_w
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Air New Zealand – Have nothing to hide

    Zealand Have nothing hide

    Je sais, je sais… depuis deux semaines, j’y ai peut-être été fort avec les pubs de nue mais que voulez vous, c’est celles qui attire le plus l’attention! Air Ne... Lire la suite

    Par  Mickaelleg
    EBUSINESS, EMARKETING, ENTREPRISE, FINANCES, INTERNET, WEB2.0
  • la vidéo trash de Beyond Here lies Nothing de Bob Dylan

    Nous avions déjà fait état ici-même de l'extrême violence du clip de Depeche Mode, Wrong. C'est autour de ce vieux briscard de Dylan investir le terrain du... Lire la suite

    Par  Dareallife
    CULTURE, SOCIÉTÉ
  • Hype means nothing ?

    Hype means nothing

    Ce week-end, je me suis acheté un tshirt super hype... mais pas n'importe lequel, LE tshirt hype du moment !Celui que l'on voit dans tous les magasines de... Lire la suite

    Par  Littlestylebox
    CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME
  • Jusqu’au 22 Juillet : Without you I am nothing

    Jusqu’au Juillet Without nothing

    Vous le savez nous adorons la Galerie Jerôme De Noirmont car ils ont toujours le chic pour nous faire découvrir et redécouvrir des artistes surprenants. Lire la suite

    Par  Brulezn
    DÉCORATION
  • A tribute to nothing

    tribute nothing

    Au début, je voulais vous parler des soldes. Mais je me suis dit que finalement, développer sur 4 paragraphes le fait que cette année je n'allais pas faire les... Lire la suite

    Par  Angie21
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Carnaval De Nothing Hill 2009 du 28 aout au 1 septembre 2009

    Carnaval Nothing Hill 2009 aout septembre

    Deuxième plus grand carnaval de la planète après Rio. Le Carnaval de Notting Hill à Londres est devenu une véritable institution. Lire la suite

    Par  Charlotte@areabox.fr
    SORTIR

A propos de l’auteur


Ashtraygirl 101 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte