Magazine

Le CDD devient de plus en plus dangereux

Publié le 30 septembre 2009 par Hyform

De récents arrêts de la Cour de Cassation cernent d'encore plus près le Contrat à Durée Déterminée, qui devient un outil de gestion du personnel à deux tranchants très affutés.

Rappelons que le recours au CDD ne se justifie qu'en cas de remplacement d'un salarié absent, ou en cas de surcharge temporaire d'activité (de plus en plus difficile à démontrer devant un Conseil de Prud'hommes).

Il y a quelques temps déjà la Cour de cassation avait arrêté qu'il convenait d'indiquer les noms de tous les salariés remplacés dans le cas d'un CDD de remplacements multiples (cas d'un agent de service à temps plein qui remplace trois ou quatre agents à temps partiels en congés).

Maintenant il faut indiquer aussi le nom du ou des salariés remplacés, et leurs qualifications !

Le contrat (obligatoirement écrit) doit mentionner une date de début et une de fin. Or, si le terme du contrat est incertain en raison de la nature de l'absence du salarié remplacé (maladie, maternité...), il était d'usage d'indiquer « le contrat pendra fin au retour de M. X dans l'entreprise », mais c'est désormais insuffisant.

Maintenant, il faut aussi indiquer la durée minimale du CDD.

A défaut de ces éléments, un CDD sera requalifié en CDI par les prud'hommes.

Au bout du compte, entre la prime de précarité à verser et les contraintes règlementaires du CDD, un bon CDI et une rupture conventionnelle au bout, c'est assez avisé.

Et en plus c'est tendance...

Pierre Falgayrac

Réf : Cour de Cassation / Chambre sociale / 06-46055 et 08-41543


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hyform 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte