Magazine Culture

Gone

Par Theoma
Gone

Gone

Michael Grant

« Les gens différent finissent toujours par devenir des victimes, c'est comme ça »

Comment pouvais-je résister au pitch de ce livre : « Qui n'a jamais rêvé d'un monde sans adultes ? » En voilà une idée excellente ! En plein cours d'histoire, les élèves voient leur prof disparaître en une seconde. « Pouf ! Comme ça ». Très vite, ils se rendent compte que ce n'est pas d'une farce dont ils sont victimes mais bel et bien d'un phénomène qui s'est abattu dans toute leur ville voire au-delà. Toutes les personnes de plus de 15 ans se sont envolées.

C'est ainsi que les protagonistes et le lecteur, s'il n'en n'était pas jusqu'ici convaincu, réalise combien un adulte, c'est utile. Plus d'électricité, plus de téléphone, d'internet, de police, sans compter les matières premières qui s'épuisent peu à peu. Il faut survivre, s'organiser et lutter contre ceux qui souhaite s'attribuer le pouvoir. Seuls et dans le noir.

Tout ceci tient bien la route. C'est très bien écrit, suffisamment pour être publié par la maison d'édition Harper Collins, le suspense est présent sans oublier la fameuse morale écologique que l'on commence à retrouver dans la majeure partie de la littérature jeunesse.

Plusieurs choses m'ont cependant gênée. La première est que Michael Grant n'a pas réussi à s'extraire des clichés du genre. Deux ennemis que tout opposent ne peuvent-ils pas se détester et se faire la guerre sans apprendre qu'ils sont finalement frères ?

Ensuite, la première action positive qu'un ado entreprend est celle de garder ouvert coûte que coûte le McDo (cité bon nombre de fois). Les menus, les boissons, la cuisson et même le congélateur du McDo n'a plus de secret pour moi. Chaque fois que les enfants et ados se nourrissent, c'est du McDo. Je ne suis pas en train de dire qu'à l'heure où l'obésité est en train de faire des ravages mortels, il faille censurer les fast-food mais de là à faire passer cet acte pour patriotique, il ne faut quand même pas pousser.

Rapidement, les ados s'organisent et la répartition des tâches est dans certains cas imposée, dans d'autres naturelle. C'est ainsi que les garçons se retrouvent pompiers ou policiers et les filles assistantes maternelles ou infirmières. Quelle audace !

Et pour finir, un détail d'importance : j'ai eu la mauvaise surprise de constater l'absence d'un point final. Encore une suite (en réalité 5 volumes à venir) ! Ces auteurs ne pensent-ils pas que nous avons une pile à lire qui atteint bientôt, pour ma part, le Cervin ? 

En résumé : une lecture qui séduira certainement les ados et leurs parents. Pour ma part, je leur conseillerais davantage de meilleurs crus comme La voix du couteau, Le chagrin du roi mort, L'assassin royal ou l'excellente trilogie Entre Chiens et Loups.

Gone
Pocket, 585 pages, 2009

Une promo agressive à l'américaine

(ne me demandez pas pourquoi les acteurs ne sont pas ceux de la couverture)

Elles ont su l'apprécier (elles !)

SBM : « malgré des archétypes le livres est très plaisant à lire »

Malou : « excellent, ... des stéréotypes qui ne nuisent pas au livre...un vrai suspense qui nous tient en haleine ».

Fashion : « très bon roman de SF jeunesse... Les personnages sont assez archétypaux mais la primauté est donnée à l'action menée tambour battant... A lire! ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theoma 1522 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines