Magazine Côté Femmes

L’échinacée : évitez les antibiotiques !

Publié le 30 septembre 2009 par Aromatic1953

EchinaceaL’échinacée fait partie des compléments alimentaires à privilégier pour aborder l’hiver en toute sérénité et limiter les infections, notamment respiratoires. Cette plante est très utilisée par tout ceux qui souhaitent éviter la prise d’antibiotiques. Faites-en une cure à l’approche de l’hiver, lorsque rhumes, bronchites, angines et grippe sont de retour !

Une plante originaire d’Amérique du Nord

L’échinacée est une plante d’une cinquantaine de centimètres de haut, donnant des fleurs blanches, roses ou pourpres selon les variétés. C’est surtout la racine de la plante qui renferme les substances actives, mais celles-ci sont également présentes dans les parties aériennes (fleurs, feuilles et tiges). Elle est originaire d’Amérique du Nord, et plus particulièrement de l’Ohio, mais il est tout à fait possible de la cultiver en Europe, au jardin.


Des propriétés anti-infectieuses exceptionnelles

Les propriétés de Echinacea angustifolia, E. pallida, E. purpurea et des autres plantes de la grande famille des échinacées étaient déjà connues par les Indiens des grandes plaines d’Amérique pour combattre les maladies infectieuses. L’échinacée stimule le système immunitaire, notamment les macrophages et les cellules NK (Natural Killer), qui sont chargés de détruire les micro-organismes indésirables. Cette plante  soutient donc l’organisme dans la lutte contre certaines infections d’origine bactérienne (infections urinaires), fongique (notamment dans le cadre d’infections vaginales) et virale (herpès, grippe).

Il est également possible que l’échinacée permette de réduire les effets secondaires des chimiothérapies et des radiothérapies, et des recherches sont actuellement en cours pour étudier l’action de l’échinacée sur les cellules cancéreuses.

L’échinacée s’achète sous forme de gélules, de comprimés, d’infusion ou encore de teinture mère. On peut aussi la rencontrer dans certains complexes phytothérapiques, comme par exemple dans le complexe Nez-Sinus de Biosystem.


Contre-indications, précautions d’emploi

  • On connaît mal les effets à long terme de l’échinacée sur le système immunitaire: dans le doute, il est donc déconseillé de prolonger la prise au-delà de 3 semaines.
  • Un excès peut provoquer des nausées: respectez bien les doses indiquées par le fabricant.
  • L’échinacée est contre-indiquée en cas de sclérose en plaques et autres maladies auto-immunes ou encore pour les patients greffés recevant un traitement immunodépresseur, et elle est déconseillée aux personnes fragiles telles que femmes enceintes et enfants de moins de 12 ans.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aromatic1953 1755 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte