Magazine Société

Plan Borloo sur la voiture « propre » : pas si vite !

Publié le 01 octobre 2009 par Ressol

Jean Louis Borloo présente demain un Plan Voitures électriques et hybrides. Des pręts de plusieurs millions d’euros aux constructeurs pour développer l’électrique, l’annonce par le Président de la République d’un « Super Bonus » de 5000 euros pour l’achat de « voitures propres » et maintenant ce plan. FNE dit Stop.

Le progrčs technique n’est pas toujours un progrčs écologique !

L’Etat devrait annoncer l’achat de 40 000 véhicules électriques. Le Président de Renault espčre équiper 10% du marché mondial en véhicules électriques. Un simple progrčs technologique devient une véritable entreprise de verdissement publicitaire. Est-ce un progrčs pour la plančte ?

Arnaud Gossement, porte-parole de FNE s’inquičte : « Ne confondons pas vitesse et précipitation ! L’emballement publicitaire autour du véhicule électrique est totalement démesuré. Une voiture qui roule avec de l’électricité, produite grâce au charbon ou au fioul, émet donc du CO2. L’ADEME nous parle d’un bilan en émissions de CO2 équivalent ŕ un véhicule classique, environ 126g de CO2. Il faut arręter de nous parler de voiture propre ! La voiture « propre » crée autant d’embouteillages, de déchets et de route qu’une voiture classique ».

La reconversion écologique de l’automobile passe par du « moins de voitures » !

Les finances publiques sont dans le rouge. Et pourtant, le secteur automobile est toujours autant choyé par les finances de l’Etat alors que la « voiture propre » n’est pas l’avenir de l’industrie automobile. Elle n’est qu’un placebo ŕ une crise bien plus profonde.

Michel DUBROMEL, Responsable Transports de FNE explique : « Marchés de renouvellement en Europe et marchés émergents en expansion ont le męme objectif : construire toujours plus de voitures. Que l’on évalue l’efficacité en matičre d’emploi et d’environnement de toutes ces aides publiques et que l’on pose enfin la douloureuse question de la reconversion du secteur automobile. Rappelons que Renault réalise prčs de trois quart de son chiffre d’affaires hors de France ! »

FNE dénonce le refus de concertation sur le véhicule électrique

Afin de diffuser ŕ grande échelle le véhicule électrique, il faut des infrastructures de recharge. Le Gouvernement a inséré récemment dans le projet de Loi Grenelle 2 une disposition spécifique ŕ ce sujet.

Céline Mesquida, chargée de mission Transports de FNE explique : « Si la voiture électrique peut ętre pertinente sur des usages bien précis, comme la livraison en ville par exemple, les infrastructures de recharge vont ętre nécessaires. Nous aurions souhaité débattre de tous ces enjeux au sein du Groupe de travail gouvernemental. Mais l’on nous a gentiment fait comprendre que nous n’y avions pas notre place… Comment dans cette situation ne pas ętre inquiets ? »

A la veille de l’annonce du Plan Voitures de Jean-Louis Borloo et en pleine crise des finances publiques, France Nature Environnement souhaite que l’Etat cesse de mettre sous perfusion un secteur automobile qui souffre d’une grave crise de reconversion. Les voitures électriques ou hybrides sont des progrčs technologiques. Elles ne doivent pas ętre présentées comme un progrčs écologique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ressol 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte