Magazine Info Locale

La cote de crédit en danger?

Publié le 01 octobre 2009 par Politicoblogue
Gilles Taillon - Photo: © Cyberpresse.ca

Gilles Taillon - Photo: © Cyberpresse.ca

Le premier ministre Charest a fait campagne, il y a 8 mois, en assurant les Québécois qu’avec les mains sur le volant, il aurait une totale maîtrise de la situation économique. Pourtant il semble bien énervé ces jours-ci.

Le gouvernement libéral chauffe le poêle et ses militants pour obtenir un mandat de hausser taxes et tarifs et prépare la population à l’idée de se serrer la ceinture. La classe moyenne du Québec, étranglée par des impôts et des tarifs déjà en hausse, n’en revient pas d’un tel virage à 180 degrés de leur premier ministre.

Pourquoi à plusieurs mois de l’exercice budgétaire normal et des consultations prévisibles sur toute la question des finances publiques une telle urgence d’agir? Définitivement les nouvelles sont mauvaises : dette en hausse vertigineuse, revenus du gouvernement plus faibles qu’estimés et dépenses budgétaires hors contrôle. Mais rien de bien neuf là-dedans puisque toute la stratégie gouvernementale des dernières années reposait sur une semblable gestion : surestimation des revenus; prévisions des dépenses jovialistes et gonflements de la dette par les dépenses d’opérations.

Comme critique de l’opposition officielle en matière de finances, je n’ai eu cesse de démasquer cette stratégie à courte vue extrêmement préjudiciable à la santé de nos finances publiques. Ce qui fait littéralement paniquer M. Charest et son ministre des Finances, c’est assurément qu’ils ont été avisés d’une probable décote du Québec par les agences de crédit. Voilà, la véritable raison de tout ce cirque des derniers jours. Le même genre d’avertissement qui avait amené M. Bouchard en 1997 à conduire l’opération déficit zéro avec toutes les conséquences que l’on connaît. Si cela s’avère, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

À l’ADQ, nous croyons toujours qu’un sérieux ménage dans les finances publiques s’impose et que la voie de la facilité, c’est-à-dire étrangler davantage la classe moyenne et les familles n’a pas sa place, de conclure Gilles Taillon.

___________________________________ Politicoblogue.com \ Parce que la politique est partout!

La cote de crédit en danger?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Politicoblogue 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog