Magazine Football

Actu club | Les adducteurs ?

Publié le 01 octobre 2009 par Dredge

Sans vouloir faire un cours d'anatomie j'ai cherché à en savoir plus sur ce mal du footballeur, les douleurs aux adducteurs. La jambe comporte trois muscles adducteurs, tendus entre le pubis et le bas du fémur qui servent, avec le pectiné, à ramener la cuisse vers le plan médian du corps. Ce sont des muscles puissants qui permettent en fin de compte l'ouverture de l'entrejambe. Les lésions des adducteurs sont redoutées en raison de leur possible passage à la chronicité et de leurs accidents aigus.

Ces muscles sont très sollicités lors des appuis unipodaux, les tirs notamment de l'intérieur du pied, les démarrages, la conduite de balle, les contre-pieds. Lors de la frappe ces muscles sont en contraction du coté de la jambe d'appui et en extension brutale sur la jambe de frappe, c'est ce qui explique que les lésions sous doublement invalidantes. Mais il ne faut pas réduire les problèmes de la région pubienne aux seuls adducteurs, les abdominaux, le quadriceps, le psoas iliaque et les ischio-jambiers ont un rôle tout aussi capital.

Ce qu'il faut retenir c'est que ces muscles doivent travailler en synergie et en bonne entente, si l'un des maillons est défaillant toutes les contraintes vont se concentrer sur une zone réduite du bassin et c'est le traumatisme assuré. Par exemple, un manque de souplesse et un raccourcissement des ischio va entrainer un étirement des adducteurs qui travaillerons plus avec comme conséquences contractures et douleurs. En toute rigueur, le traitement des maladies aux adducteurs passe par un travail d'assouplissement des ischio-jambiers avec comme objectif de soulager le travail des adducteurs.

D'autres facteurs peuvent accentuer ces problèmes musculaires. Les entrainements sous la pluie et le froid. Les efforts violents à froid. Les surfaces trop dures ou trop souples. Les nouvelles chaussures à lamelles pourraient aussi avoir un rôle néfaste. L'alimentation et la réhydratation avant, pendant et après l'effort ne doivent pas être négligées, Claude Puel avait pointé du doigt ce facteur alimentaire pour les blessures de César Delgado en fin de saison dernière, il semble que le problème perdure encore.

On notera aussi que certains médicaments peuvent entrainer des effets secondaires, par exemple les fluoroquinolones. Les causes infectieuses sont aussi à rechercher, d'où le dépistage de problèmes dentaires, on se rappelle que le Milan AC a prétexté ce problème pour annuler le pré-contrat d'Aly Cissosko, tant mieux pour l'OL mais attention l'apparition de tendinites est souvent liée à une infection dentaire. En général le traitement consiste dans un premier temps par du repos, deux à trois semaines, le glaçage, les anti-inflammatoires, les infiltrations, les massages et la physiothéraphie.

Dans les cas extrêmes, si la douleur persiste et en cas d'échec des traitements classiques l'opération sera envisagée elle consiste à allonger le moyen adducteur, c'est ce qu'a fait l'an dernier Mathieu Bodmer avec des risques de récidives possibles surtout quand la charge de travail et la répétition des matches est importante. J'espère n'avoir pas dis trop de bétises dans ce résumé d'articles trouvés sur le net, je ne suis pas médecin, juste un supporter curieux...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dredge 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines