Magazine

Ah, la barbe!

Publié le 02 octobre 2009 par Le Détracteur

Bon, ce n'est pas tout à fait d'intérêt national, mais quand même.

Je me sens tout à fait comme le personnage de La Moustache. Vous ne connaissez pas La Moustache? C'est d'abord un livre, et ensuite un film. En voici le synopsis.

Un jour, Marc décide de raser sa moustache. Ce geste en apparence banal lui apportera toutefois plusieurs soucis. Ni sa femme Agnès, ni ses amis ou encore ses collèges de travail ne s'aperçoivent de quoi que ce soit.

Au début, il pense que c'est une plaisanterie, que son entourage cherche à le faire rire. Mais au fil des jours, il se questionne sérieusement sur son équilibre mental. Avait-il déjà eu une moustache? Pourquoi est-ce que des éléments stables et intrinsèques semblent subitement fragiles et troubles?

Plus il cherche des repères et plus des incohérences se succèdent. Pour se sortir de toute cette galère, Marc opte pour la fuite...

Source : LeCinema.ca

Car voyez-vous, Noisette m'a demandé de me raser, la semaine dernière. Moi moi je déteste me raser. C'est la chose que je déteste plus faire dans la vie, sauf la vaisselle. Ah oui, vraiment, je préfère être constipé, ou encore noyer des bébés ratons laveurs dans mon bain que de me raser. Sais pas pourquoi.

Alors, ce que j'ai fait plutôt, j'ai pris mon taille-barbe, et je me suis taillé une jolie barbe propre. D'abord, ça fait changement de ma barbe touffue de wannabe-viking, mais en plus ça me donne une allure un peu plus fière et coquette. Et comme le disait Yves P. Pelletier, en personnalisant l'extra-terrestre qui rencontre le tout puissant *tousse tousse* Raël : " Ben, t'as une barbe, c'est sérieux ça, une barbe. "

Si Noisette était sceptique au début, elle a fini par admettre que " lorsque tout ça sera uniforme, ce sera très joli ". Je me suis donc pointé au boulot avec ma petite barbe de semi-bourgeois semi-intello, qui s'adapte fièrement à mes petites lunettes rondes.

Aucun espèce de réaction.

C'est comme si les gens n'en avaient complètement rien à foutre que je sois passé du style " pillons le village voisin sans oublier de violer les femmes " au style " parlons du fait que le manque d'éducation est une cause commune dans la plupart des problèmes sociaux sur la planète. "

Mon propre père ne m'a pas passé la moindre remarque!

J'imagine alors que c'est le moment rêvé pour me faire percer un fer à cheval dans une oreille. Les gens, maintenant, ne regardent plus l'apparence. Non, je crois qu'ils regardent tous la beauté intérieure. Mais j'étais où moi, le jour où ils ont distribué l'antidote aux matérialisme corporel? J'ai du passer tout droit, cette fois-là.

Sur ce, je me suis rendu compte que, comme je ne me suis pas touché le poil de visage depuis ce temps, le néo-poil a presque déjà rattrapé. Hé merde, j'ai une repousse...

PS : Je n'ai pas vraiment aimé le film La Moustache. Mais je l'ai regardé. C'est à devenir dingue.

PPS : Je vous l'avais dit que ce n'était pas vraiment d'intérêt national.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Détracteur 269 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte