Magazine

Cloud computing: Quezako...

Publié le 02 octobre 2009 par Lionelschwartz

cloud.jpg Tout le monde en parle mais c'est un sujet plutôt complexe. Finesses, obstacles et enjeux associés sont à prendre en compte. Je veille ce sujet depuis quelques mois et vous propose donc, en toute modestie, mes réflexions sur ce sujet.
Gartner définit le Cloud Computing comme « Une forme d'informatique au sein de laquelle des capacités massivement évolutives liées aux technologies de l'information sont fournies en tant que service, à l'aide des technologies Internet, à de multiples clients externes »....

Le cloud est plutôt une nouvelle philosophie de travail qu'une technologie. Il s'agit en effet de permettre aux clients de disposer de ressources à n'importe quel moment, puis de pouvoir ensuite les abandonner, dès lors que l'usage n'est plus avéré. C'est donc d'une série de services en ligne, destinés à l'entreprise
Technologiquement, le cloud exploite d'une part la puissance des serveurs et d'autre part leur virtualisation. On différencie ensuite le cloud public auquel tout le monde peut accéder à l'aide d'une connexion internet et d'une carte de paiement et le cloud privé qui limite ses services aux utilisateurs d'une entreprise définie grâce à un filtrage Firewall, notamment.
Les services de Cloud public se divisent en trois grandes catégories:
- le Software-as-a-service (SAAS) permet d'accéder à une application logicielle depuis le Web
- l'Infrastructure-as-a-service (IAAS) permet d'accéder à des serveurs ou des unités de stockage depuis le Web
- le Platform-as-a-service (PAAS) permet aux développeurs de concevoir et déployer des applications Web sur une infrastructure hébergée.

Que peut apporter le Cloud Computing ?

La rapidité de mise en place: notamment lors d'une création d'activité, inutile d'acquérir des infrastructures techniques lourdes, une connexion Internet suffit pour pouvoir bénéficier des services et commencer à travailler.
La souplesse d'utilisation et d'investissement: cette solution permet de ne pas prendre d'engagement à long terme tout en y accédant très rapidement. Également, suivant l'activité de l'entreprise qui n'est pas forcément régulière, cela permet l'affectation de ressources supplémentaires dans les pics de charge et à l'inverse une monopolisation moindre durant les creux d'activité. Également, le cloud computing permet de ne pas engager de capital financier, contrairement à l'acquisition de matériels et applications.

Quels sont les point d'attention, avant de s'engager dans le Cloud Computing ?

La bande passante de l'accès Internet doit être suffisamment dimensionnée pour permettre une qualité de service au moins identique à celle offerte dans le cas d'une infrastructure locale. En cas d'"explosion" de cette dernière, cela se traduira forcément par une contrainte budgétaire forte. Il est donc primordial de bien analyser les besoins et de procéder à une étude financière serrée: stockage, transfert de gros fichiers, temps de réponse nécessaire, etc..
La performance des applications distantes risque également d'être dégradée avec une solution en cloud computing: cette dégradation est-elle supportable et n'obère-t-elle pas les performances de l'entreprise ?
Les niveaux de service sont primordiaux dès lors que l'on externalise son architecture technique et ses données. les vendeurs de Cloud garantissent au moins 99 % de disponibilité, mais n'ont pas tous la même manière de calculer: certains calculent la disponibilité annuellement, d'autres assortissent le SLA de conditions draconiennes.
Il est également important de connaître où se trouvent les données" et quels sont les mécanismes de sécurité mis en place''. Le fait de connaître l'emplacement géographique de stockage de ses données peut être rassurant. Certains fournisseurs de Cloud donnent même le choix à leurs clients et détaillent précisément les procédures en place pour le chiffrement des données pendant leur déplacement et au repos, les contrôles d'accès des fournisseurs, les redémarrages après pannes, etc...Ces prestataires sont bien sûr à privilégier

Toutes ces notions devront être prévues par des engagements contractuels assurant un maximum de latitude au client. Les points complémentaires suivants devront faire partie intégrante du contrat:
Garantie de récupération des données en cas de dénonciation du contrat : quelles sont les garanties ? Quelles sont les sauvegardes réalisées par l'opérateur de Cloud ?
Sécurité des données : la loi informatique et liberté doit être respectée, (CNIL). Qu'est-il prévu en cas de destruction de données ? des données personnelles seront-elles transférées hors UE ?
Traçabilité des accès aux données: qui fait qou sur les données, ceci étant mesuré et stocké grâce à des outils évolués.

Finalement, ce n'est pas si complexe si l'on sait où l'on va ...Alors, bon Cloud...

Voir Aussi:
Colt mise sur la sécurité pour convaincre
Le Cloud Computing selon Amazon


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lionelschwartz 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog