Magazine Politique

Tout va bien ! (TAG #155)

Publié le 30 septembre 2009 par Variae

Morne début de semaine pour la gauche. L’effondrement électoral de la SPD vient confirmer le « paradoxe » que tout le monde pointe depuis un an : alors que la crise financière et économique semble donner raison à la sociale-démocratie, elle profite à la droite, dans ses versions conservatrice ou – plus étonnant encore – franchement libérale. La montée en puissance des libéraux allemands du FDP au scrutin de dimanche vient encore renforcer ce pied de nez à ce que devrait être la logique politique.

Si la sociale-démocratie a été battue au niveau européen en juin, et aujourd’hui en Allemagne, c’est bien qu’elle ne répond plus, tant par ses idées que par les structures qui les portent, à la situation politique, et aux femmes et aux hommes qui devraient se reconnaître en elle.

Tout va bien ! (TAG #155)

De deux choses l’une. Soit la sociale-démocratie est victime d’un terrible malentendu : faute d’un bon « leadership », d’un système d’alliance opérationnel et/ou d’appareil politique en plein état de fonctionnement et de communication, elle serait incapable de se faire entendre des électeurs, mais aurait malgré tout raison. C’est grosso modo la thèse que suppose l’actuel processus de rénovation du parti socialiste. Soit elle a véritablement épuisé son programme, qu’il ait été repris et intégré par l’ensemble du spectre politique, ou qu’il soit inadapté aux défis de l’époque.

La seconde hypothèse a raison sur un point : le compromis social-démocrate traditionnel entre État, salariés et entreprises n’existe plus. Mais pour autant, on ne voit pas en quoi les valeurs fondamentales du socialisme, à commencer par celle-là même de compromis, sont dépassées. Des forces comme le Parti de Gauche en France, ou Die Linke en Allemagne, peuvent bien faire de la critique de la sociale-démocratie leur fonds de commerce électoral, on peine toujours à voir quel modèle alternatif positif elles défendent, et en quoi leurs – relatifs – succès électoraux relèvent plus d’une adhésion sincère des électeurs que de la matérialisation de la colère de ceux-ci envers les partis socialistes. Quant à l’écologie politique qui a, depuis quelques mois, le vent en poupe, son récent soutien sans nuance à la taxation écologique du gouvernement Fillon, qui accable un peu plus encore les classes moyennes, montre bien qu’elle ne saurait prétendre incarner à elle seule le rôle et les idéaux de la gauche.

Reste la première hypothèse, celle de la simple nécessité d’une « rénovation » : une stratégie de replâtrages successifs, partant du principe que la somme des petites retouches finit par changer l’ensemble du bâtiment. Un coup, une opération de communication avec les intellectuels, le coup suivant, un referendum sur le fonctionnement du parti ; un autre coup encore, une convention sur l’économie. Cette ligne n’est pas absurde en soi, et aurait eu du sens en 2002 ou en 2005. Mais elle est complètement inadaptée à l’urgence et à la gravité du contexte actuel.

A cause de la somme des ratés des derniers mois. Mais également, et peut-être surtout, à cause de la parution du livre sur le congrès de Reims, et de la gestion de cette parution par les responsables socialistes. Sans doute n’apprend-il pas grand chose aux habitués et aux experts de la machine solférinesque. Mais l’étalement sur la place publique de méfaits jadis limités aux conversations entre cadres et militants, et – surtout – l’absence de réaction exceptionnelle de la direction du PS – voire, pire encore, la reconnaissance tacite des faits par certains, et même par le questionnaire soumis au vote le 1er octobre ! – ont produit dans l’opinion des femmes et des hommes de gauche des dégâts dont on mesure encore sans doute mal l’étendue et les conséquences. Le parti socialiste a désormais l’image d’une formation tolérant la fraude électorale en son sein. Seul un électrochoc radical pourrait effacer ce stigmate. Or il ne nous semble pas que le référendum interne du premier octobre, et sa logique de rénovation par petits pas, se situe à cette hauteur.

Il est insuffisant parce qu’il procède d’une double réduction : d’abord réduction de la refondation politique à une rénovation organisationnelle, en renvoyant aux calendes grecques tout ce qui a trait à l’identité idéologique du socialisme français, au moment même où les Français attendent des prises de position fortes sur les services publics, la violence des normes managériales ou encore l’équilibrage entre exigences sociales et « urgence environnementale ». Réduction ensuite de la rénovation interne à des questions tactiques – les alliances – ou ne concernant que les postes d’élus – non-cumul, diversité – alors que tout ce qui concerne la démocratie interne et l’augmentation du pouvoir des militants est laissé de côté. Ou même d’une certaine manière foulé aux pieds, avec ce questionnaire fermé sans véritables possibilités d’amendement, renvoyant le temps du débat à une lointaine convention thématique dédiée.

Le compte n’y est décidément pas. On a, pour tout dire, le sentiment d’un artifice mis en place dans l’urgence pour laisser passer l’orage, et appliquer quelques rustines en trompe-l’oeil sur un appareil dont l’obsolescence ne trompe pourtant plus personne. Faut-il préciser qu’un tel aveuglement, conjugué à la recherche désordonnée de nouvelles alliances n’importe comment, et à n’importe quel prix, risque fort de signer la fin d’un parti que ses « partenaires » guettent déjà d’un œil gourmand ?

Dans la grande reconfiguration du champ politique de la gauche qui s’amorce, si le socialisme a encore une identité propre et utile au monde actuel, alors il doit prendre lui-même l’initiative de la reconstruction de son camp. En commençant par sa révolution interne : à savoir, un congrès extraordinaire de refondation, qui remettrait à plat l’ensemble de son fonctionnement et de son idéologie, qui permettrait à tous les Français qui le souhaitent d’adhérer immédiatement pour y participer, et qui associerait, si elles le souhaitent, les formations qui nous sont proches – radicaux, citoyens, communistes unitaires. Un tel processus pourrait avoir lieu en deux temps. D’abord, une grande convention préparatoire à l’automne, qui permettrait parallèlement de créer une dynamique populaire en vue des régionales, en donnant un signe fort que le PS a compris la déception du peuple de gauche, et son désir d’un grand parti radicalement réformiste. Ensuite, le congrès proprement dit au sortir des régionales, pour préparer au mieux les prochaines échéances, et travailler à construire des alliances qui se fassent sur une identité politique claire, et non pas dans une logique de combinaisons ou d’arithmétique électorale à la Prévert, où l’on additionne tout et n’importe quoi, pourvu que l’on atteigne une hypothétique majorité.

Longtemps annoncée, systématiquement retardée, aujourd’hui instrumentalisée, la « rénovation » est désormais un concept caduc et dépassé. Pire, elle risque de servir de leurre pour retarder la refondation radicale que militants comme électeurs appellent instamment de leurs vœux. Trop de temps a déjà été perdu pour tenter, à nouveau, d’en gagner. Nous devons avoir le courage d’une refondation en bonne et due forme : c’est une question de vie ou de mort pour le parti socialiste. Il y a une urgence absolue à ce que celles et ceux qui dirigent le Parti socialiste aujourd’hui le comprennent vite … et à défaut, il faut les y aider.

Julien Dray et Romain Pigenel

Également publié sur le blog de Julien Dray



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Variae 35066 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine