Magazine Cinéma

Pas de pitié pour les salopards

Par Tepepa
Pas de pitié pour les salopards
1968
Giorgio Stegani

Avec: Lee Van Cleef, Antonio Sabato, Lionel Stander, Bud Spencer, Gordon Mitchell
Comme Joel McCrea dans Buffalo Bill, comme Steve McQueen dans Tom Horn, Lee Van Cleef a du mal avec les us de la société civilisée. Là il doit prendre le thé et démontrer par la même occasion un talent certain pour la comédie, que nous n’avions pas eu l’occasion de voir lors de sa carrière américaine tant il mourrait vite, ni lors de sa carrière italienne où il était plutôt ténébreux. Bud Spencer également nous surprend en apparaissant sans barbe, dans un registre sérieux, sans baffe et sans bougonnement, alors qu’il avait déjà connu partiellement le succès dans ce registre avec les premiers Colizzi. Antonio Sabato est plutôt fade et se contente, comme dans Aujourd’hui ma peau, demain la tienne, de découvrir ses grandes dents blanches à tout propos. Lionel Stander chique crache et sermonne faussement à tout va dans un numéro qui n’a plus rien de provocateur aujourd’hui. Film étrange autant que vaguement décevant, Pas de pitié pour les salopards commence comme une sorte de comédie anarchique plaisante, où trois pieds nickelés volent les pauvres (la paie des mineurs) dans une sorte de vision édénique du moindre effort associé à un mignon pacifisme béat (voler, oui, tuer, non). Puis, le propos se fait moralisateur, à l’américaine (y compris au niveau de la musique de Riz Ortolani), avec cette figure du bandit individualiste qui se range petit à petit au coté de ceux qui bâtissent la civilisation en marche. Gordon Mitchell apparaît tel l’Ankou, drapé de noir et presque famélique, et se charge de remettre l’affaire sur les rails du western spaghetti avec un vice affirmé (les otages dans l’église) et un bodycount direct et indirect impressionnant (en particulier lorsqu’il est acculé en haut d’un mirador). Et il n'est pas le seul flingueur, puisque le film est au moins largement aussi meurtrier que Robocop 2.

A la fin, il ne reste plus personne, un plan large montre le nombre – absurde – de cadavres, ce qui fait dire à Stander sa seule réplique vraiment drôle, quasi auto-parodique : « laissons les morts s’enterrer entre eux !».
Où le voir : je ne vous apprends rien : DVD Seven 7 au format et en version intégrale


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Hôtel Woodstock, d'Ang Lee: fascinant...

    Hôtel Woodstock, d'Ang Lee: fascinant...

    Ces morceaux d’(H)histoire(s) qui ont fait Woodstock Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • [images] Hesher, de Spencer Susser

    [images] Hesher, Spencer Susser

    Sortie prévue en 2010, Hesher est un drame qui raconte l'histoire de cet adolescent de 13 ans, TJ, qui se lie d'amitié avec Hesher, 30 ans (Joseph... Lire la suite

    Par  Missacacia
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • Bruce Lee

    Bruce

    Bruce Lee, né dans le quartier de Chinatown à San Francisco aux États-Unis le 27 novembre 1940 et décédé d'un œdème cérébral à Hong Kong en Chine le 20 juillet... Lire la suite

    Par  Mega
    AVENTURE/ACTION, CINÉMA, CULTURE, INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Bruce Lee, la légende

    Bruce Lee, légende

    Bruce Lee est né dans le quartier chinois de Chinatown à San Francisco le 27 novembre 1940. Il est mort d'un oedème cérébral le 20 juillet 1973 à Hong Kong . Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • “Precious” de Lee Daniels

    “Precious” Daniels

    Vous vous souvenez de ce sketch de Coluche où l’humoriste parlait de la création de l’humanité ? : « Dieu a dit : il y aura des hommes blancs, il y aura des... Lire la suite

    Par  Boustoune
    CINÉMA, CULTURE
  • Van Morrison

    Morrison

    Astral Weeks (1968)  Top 101 Albums T.B. Sheets (1967)   It's Too Late... Lire la suite

    Par  Skydog Fillmore
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • See : Miranda Lee Richards

    On en a pas mal parlé sur la blogosphère (enfin la spécialisée) et je n'ai jamais pris le temps de le faire. Je profite donc de ce beau clip pour dire deux ou... Lire la suite

    Par  Listenseefeel
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Tepepa 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines