Magazine Beaux Arts

Amours estivales - 3. ginger

Publié le 03 octobre 2009 par Rl1948


   Elle s'appelle Ginger.
  
   Ah, j'oubliais presque un détail géographique non négligeable : après les quelques amours dans le Nord que je vous ai confiées ces dernières semaines, ainsi que le petit détour par Figeac et Rachîd samedi dernier, je voudrais à partir d'aujourd'hui en évoquer d'autres, bien plus à l'Est.
   Ginger, donc. Ou plutôt, pour être tout à fait précis, Ginger et Fred, car elle aussi comme Marie, à Bruges, est accompagnée. Ginger et Fred, c'est le nom que les habitués préfèrent lui donner, en hommage évident au mythique couple de danseurs de Brodway. 
   La première fois que je la vis, elle chaloupait, manifestement fière de son élégante prestance, haut perchée au bout d'interminables jambes que cachait à peine une robe courte, très courte, que n'aurait certes pas reniée Paco Rabanne en personne : et déjà, d'un premier coup d'oeil, je remarquai que tout son corps paraissait harmonieusement se mouvoir au son d'une musique qu'indubitablement elle seule entendait.
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
   A l'angle de la rue Resslova et du quai Rasinovo longeant la Vltava, cette rivière qui traverse la ville avant de se perdre quelque quarante kilomètres plus loin, dans l'Elbe, et que les Allemands appellent "Moldau" - vous m'accorderez, ami lecteur, que ce dernier patronyme se révèle bien plus aisé à prononcer que le nom tchèque -, Ginger avait admirablement réussi, après toutefois quelques réticences de grincheux toujours prêts à stigmatiser l'inconnu, à définitivement imposer la sveltesse de sa présence aux Pragois médusés par tant d'élégance.
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
   Si, en plein jour, l'ondulation sensuelle de son corps me ravissait déjà, je dois à la vérité de vous confier que la nuit, quand d'aventure je la croisais avant de rentrer à l'hôtel de la rue Naplavni, juste à côté, la flamboyance de Ginger, ou plutôt celle des vagues imprimées à sa silhouette que poursuivaient des projecteurs avidement focalisés vers elle,  et qui semblaient en narguer d'autres en silence : celles qui venaient discrètement gifler en contre-bas les massifs pilastres de pierre du pont Jirasek, cette flamboyance, donc, me transportait immanquablement sur les scènes des comédies musicales américaines des années trente immortalisées par quelques vieux films d'époque.
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
  
  ***
   Prague, je ne le soulignerai jamais assez, ami lecteur, constitue à mes yeux un fabuleux et presque incroyable musée à ciel ouvert dans lequel je vous invite à m'accompagner dès ce matin ...
   Incontestable joyau architectural magnifiquement serti de part et d'autre des méandres de la Vltava, cette ensorcelante capitale d'Europe centrale au richissime passé historique, dans chacun de ses cinq quartiers, à chaque coin de ses rues s'entre-coupant les unes les autres, propose à l'envi, aux nombreux touristes qui, subjugués, la découvrent pour la première fois, façades et monuments dont le style puise goulûment et avec bonheur dans tous les grands courants artistiques du dernier millénaire : de l'Art roman au contemporain le plus expressif, en passant par le Gothique, le Baroque, l'Art nouveau et l'architecture cubiste, tout attire sans cesse le regard : même certains bâtiments que je juge pourtant lourds et franchement inesthétiques, datant manifestement des années communistes, méritent que l'on s'y arrête, avec une visée critique certes, mais néanmoins intéressante sur le plan de la réflexion idéologique. 
   Nonobstant, le centre historique de Prague, - les cinq quartiers, donc - figure maintenant, tout comme Bruges d'ailleurs, au Patrimoine culturel et naturel mondial de l'Unesco. 
   C'est à la découverte de tout cet éclectisme architectural que je vous emmènerai très bientôt. Mais aujourd'hui, bousculant délibérément la chronologie historique, je voudrais qu'un instant encore nous retrouvions Ginger. Ginger et Fred.
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
   Oeuvre de l'architecte américano-canadien Frank Owen Gehry   à qui l'on doit également, entre autres, le Musée Guggenheim, à Bilbao et la Cinémathèque française, à Paris, ainsi que de son  associé tchèque, d'origine croate, Vlado Milunic, cette bien nommée "Dancing House" construite en 1995-96, est censée conceptuellement évoquer un dialogue chorégraphique entre un homme, Fred Astaire (c'est le bâtiment blanc plus "conventionnel" à l'arrière) et une jeune femme qu'il enlace véritablement, Ginger Rogers (la partie en verre, tout en courbes harmonieuses et sensualité trouble) qui donne l'extraordinaire impression de prendre du plaisir à danser dans ses bras.
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
   Plus prosaïquement toutefois, Ginger et Fred, ce sont des bureaux à pratiquement tous les étages.
   Une exception, d'envergure, au septième : Le Céleste,  luxueux restaurant gastronomique français ouvert depuis peu et qui, apparemment, a très vite acquis ses lettres de noblesse, offre une époustouflante vue sur la Vltava et le château qui domine la ville.  
  
  
AMOURS ESTIVALES - 3. GINGER
   (Je dois à la stricte vérité déontologique de préciser ici que la (superbe) et dernière photo, manifestement prise de la terrasse du restaurant dominant la Dancing House, n'est (malheureusement) pas de mon cru, mais se trouve à disposition sur un site publicitaire traitant d'immobilier, et bizarrement non-assortie de la mention de son auteur.)
   De ce château, mais aussi de bien d'autres richesses de Prague, n'en doutez point ami lecteur, vous me permettrez de rester aujourd'hui discret, préférant vous donner rendez-vous samedi prochain 10 octobre, aux fins de vous inviter à partager les émotions que cette ville ne peut manquer de susciter.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte