Magazine Info Locale

Il y a d’autres rues dégueulasses

Publié le 03 octobre 2009 par Politicoblogue
Montreal

Montreal

La rue Amherst conservera son nom. Elle ne s’appellera ni la rue Falardeau ni la rue Claude Ryan. Le principal reproche que j’adresse aux valeureux censeurs qui veulent améliorer les temps présents en épurant les temps anciens, c’est d’en rester au stade larvaire d’un projet par ailleurs salutaire. Montréal est sillonnée de long en large et de haut en bas de rues aux noms douteux, pourquoi diable nous indigner des seuls méfaits du misérable Jeffrey Amherst, qui n’a même pas su mettre à exécution ses criminelles intentions— ce que les anges gardiens mentionnés plus haut ignorent, les grandes vertus faisant souvent bon ménage avec l’ignorance. «Plus le mensonge est énorme, plus il sera cru», disait Joseph Goebbels, je dis que plus la mission est impossible, plus elle anoblit ses héros. Nos redresseurs de torts commettent l’erreur de ne pas voir assez grand.

Voici donc, pour le bénéfice de qui voudrait reprendre le combat, les noms de voies urbaines qui autant sinon plus que la rue Amherst doivent être débaptisées, tant les personnages qu’elles évoquent eurent de mauvaises pensées et commirent de mauvaises actions.
En 1764, Amherst planifia un crime contre l’humanité, qu’il n’eut pas l’heur de mettre à exécution. En 1696, Pierre Lemoyne d’Iberville commit à Terre-Neuve des crimes de guerre. En plus d’incendier St. John’s, il détruisit trente-six villages de la péninsule d’Avalon habités par d’innocents pêcheurs anglais. «Méthodiquement, écrit Guy Frégault, Iberville parcourut le littoral de l’île, laissant un désert derrière lui. » Bilan de l’opération, écrit toujours Frégault, « 1838 hommes capturés et 200 tués, 371 chaloupes brûlées ou remises à des pêcheurs français, 193 300 morues enlevées dans les divers entrepôts, sans compter le bétail razzié ». La rue d’Iberville doit changer de nom… ou disparaître !

Buade de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France (et célèbre propriétaire d’esclaves), projetait d’envahir New-York et d’en déporter les habitants. Simple projet, direz-vous ? Ce qui ne peut servir d’excuse à Amherst ne peut servir d’excuse à Frontenac. Boycottons la rue Frontenac !

Jean-Baptiste de la Croix de Chevrières de Saint-Vallier, deuxième évêque de Québec, pratiquait l’esclavage. À bas la rue Saint-Vallier! Beau Dommage modifiera volontiers une adresse mentionnée dans une vieille chanson, qui y gagnera ainsi en dignité.
En 1867 l’avocat et journaliste, Gustave-Adolphe Drolet (1848-1904), s’engagea dans les zouaves pontificaux. Esprit belliqueux saturé de testostérone mis au service du pape le plus réactionnaire qui fut jamais. Allons manifester sur la rue Drolet!

Et parlons-en, de Mastai Ferretti, alias Pie IX. André Pratte nous le rappelait dernièrement : l’auteur du Syllabus (autre ignominie), soutenait que l’esclavage était «conforme au droit naturel et au droit divin». Abolissons le Boulevard Pie IX !

Jules-Paul Tardivel (1851-1905) fonda et dirigea une feuille de chou vouée à la désinformation, La vérité. Calomniateur professionnel, ultramontain déchaîné, cet abject personnage— américain par la naissance — ne mérite pas que la moindre venelle, si obscure soit-elle, vienne nous rappeler qu’il foula notre sol et pollua l’esprit de nos aïeux. Que Tardivel ait été le premier promoteur de l’indépendance du Québec ne devrait pas nous intimider. Nous avons aussi à notre époque nos nationalistes grotesques. Qui serait assez stupide pour donner à un cul-de-sac le nom de Patrick Bourgeois ?

Alexis Carrel (1873-1944), Prix Nobel de médecine 1912, publia L’homme cet inconnu en 1935. Le célèbre médecin s’y faisait le promoteur d’un eugénisme que n’aurait pas renié l’un de ses plus illustres contemporains : Adolf Hitler. En France, la faculté de médecine de Lyon de même que plusieurs rues portant son nom ont été débaptisées. Nous devons suivre le bon exemple et nous débarrasser de la rue Alexis-Carrel.

Combien de crimes les États-Unis n’ont-ils pas commis pendant le mandat écourté de John Kennedy? La liste est interminable. 1961: au Congo, assassinat de Patrice Lumumba le 13 février ; débarquement anticastriste dans LA BAIE DES COCHONS le 17 avril ; reprise des essais nucléaires souterrains le 15 septembre ; mise hors la loi du parti communiste américain le 9 octobre. 1962 : exclusion de Cuba de l’Organisation des États américains le 22 janvier ; à partir du 4 février, boycottage des produits cubains ; à une date indéterminée missions de combat au Vietnam par des pilotes américains ; le 28 mai, la plus forte baisse à la bourse de New York depuis le krach de 1929 ; le 21 juin, Kennedy se déclare hostile au développement de l’armement nucléaire français; le 5 août, suicide de Marilyn Monroe, qui entretenait avec les frères Kennedy des relations pour le moins suspectes ; le 4 septembre, le Président se montre agacé (comme si ça le regardait !) par les livraisons d’armes de l’URSS à Cuba, qu’il a l’outrecuidance de mettre en garde ; le 22 octobre, il décrète un blocus partiel de Cuba, déclenchant ainsi ce qu’on a appelé la « Crise des missiles », qui mènera la planète au bord d’une guerre nucléaire; le 20 novembre, autre manoeuvre sournoise, la levée du blocus contre Cuba, dont plusieurs, 47 ans plus tard, n’ont pas encore été informés (je songe ici à Jacques Lanctôt); le 1er novembre, les États-Unis annoncent qu’ils vont livrer des armes à l’Inde ; en visite à Berlin le 26 juin, Kennedy déclare : « Ich bin ein Berliner», mensonge éhonté qui n’a pour but que d’embêter les Soviétiques ; en Iran, toujours en juin, arrestation de l’ayatollah, Khomeiny par la police du Shah — inféodé, comme on sait, aux intérêts yankees ; le 2 août, les USA décident de retarder jusqu’à 1964 l’arrêt des livraisons d’armes à l’Afrique du Sud… La longue série de méfaits de Kennedy ne cessera qu’avec son assassinat par Louis Harvey Oswald le 22 novembre 1963. Que dire, sinon que l’avenue Président Kennedy doit également être rayée de la carte.

Je lance aux ennemis de Amherst, un appel pressant: reprenez le flambeau! Mais reprenez-le vraiment ! Portez-le plus haut que le bout de votre nez. « Amherst et d’Iberville, soit! Frontenac et Saint-Vallier, absolument ! Pie IX, Drolet, Tardivel, ça urge ! Carrel et Kennedy, au plus sacrant ! Mais, je vous en conjure, débarrassez-nous d’abord du boulevard Maurice-Duplessis ! »

___________________________________ Politicoblogue.com \ Parce que la politique est partout!

Il y a d’autres rues dégueulasses


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Politicoblogue 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte