Magazine

Jusqu'en enfer

Publié le 04 octobre 2009 par Camillefantasme
Jusqu'en enferJusqu'en enfer - Drag me to Hell
de Sam Raimi
avec Alison Lohman - Justin Long - Lorna Raver
1h39 - 2009

Sélection officielle Festival de Cannes 2009
Le pire : Sam Raimi se serait inspiré d'une histoire similaire survenue en Oregon en 1996...
(au secours !!!)

Christine, spécialiste en crédit dans une banque, refuse de prolonger le crédit immobilier d'une vieille dame pour de très mauvaises raisons... honte sur elle de l'avoir ainsi humiliée...
Où comment résumer en 1h39 : "Si tu n'es pas gentille avec ton prochain, tu iras droit en enfer" ou encore "décide de faire ta maline pour impressionner ton boss et tu risques fort de tomber sur un os"...

Jusqu'en enfer

Je suis une grande convaincue de l'inefficacité totale du : "je pose mes mains sur les yeux, pour regarder quand même entre mes doigts, en espérant naïvement éviter la vue des monstres (ou peut-être pour qu'eux ne m'aperçoivent pas ?...)" et pourtant, j'avoue...j'ai du y avoir recours pour "Jusqu'en enfer" (ma pauvre, tu es d'un pathétique...).
Il faut savoir que j'ai hurlé (mieux qu'une pom-pom girl prise par surprise dans un garage souterrain par 12 loups-garous privés de nourriture depuis 6 mois) dans toutes les maisons hantées des fêtes foraines, que j'ai longé les murs et grimpé les escaliers en courant pour aller me coucher après avoir vu "L'exorciste", que mon copain de l'époque avait du me tenir les mains dans le dos pour que je ne rate rien d' "Evil Dead".  Pour tout avouer, je suis insomniaque et accro au café depuis "Freddy - Les Griffes de la nuit".

Jusqu'en enfer

J'ai insisté, malgré tout, en participant à des séances de "OuiJa", en visitant des cimetières éclairés seulement par la lune (en rêvant d'y croiser Angel) et je me suis laissée bercer durant des nuits entières par ces douces peurs que je m'infligeais, volontairement, en visionnant aussi tous les films d'horreur imaginables.
Du coup maintenant... même plus peur... de rien !
La nouvelle génération de slashers et autres ne laisse guère de place à l'imagination, ça gicle dans tous les sens, ça hurle en courant dans les bois poursuivis pas des dégénérés en tous genres, on y ajoute des caméras portées à l'épaule (très à la mode en ce moment) ce qui donne plus la nausée qu'autre chose...
Bref...soit on nous en montre trop et ça devient tellement lourd qu'on finit par s'habituer à tout (même au pire), soit on ne voit rien et on nous le vend comme un film d'auteur inspiré... ouais ...
Si, comme moi, vous êtes nostalgiques des films d'horreur des années '80 (ils en avaient dans le pantalon les réalisateurs de l'époque, dont Sam Raimi) "Jusqu'en enfer" vous mènera tout droit où il faut... accroché à votre fauteuil comme  un perdu, avec des palpitations à en expulser le coeur de la cage thoracique...

Jusqu'en enfer


"Jusqu'en enfer" renoue, habillement, avec les codes du genre, c'est un vrai retour aux sources...
  • Epoustouflant et hilarant, bourré d'un humour noir excessivement jouissif.
  • L'effrayante brutalité physique de certaines scènes est accompagnée d'une sonorité hallucinante qui est capable, à elle seule, de vous mettre les boules.
  • Visuellement implacable malgré une grande place laissée à notre imagination.

C'est rassurant de voir qu'il y a des gens qui connaissent encore leur métier et qui arrivent à saisir ceux qui pensaient ne plus pouvoir l'être...


Ma note : 9/10

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Camillefantasme 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte