Magazine Sport

MLB Semaine 26 : fin de la saison régulière.

Publié le 05 octobre 2009 par Vinz

La saison régulière est terminée. Place aux séries. Les derniers billets ont été attribués. Mais avant, faisons un dernier point sur ce qui s’est passé cette semaine.

MLB Semaine 26 : fin de la saison régulière.

Les classements de la saison régulière

American League

EAST W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

*-New York Yankees 103 59 .636 - 57-24 46-35 915 753 +162

y-Boston Red Sox 95 67 .586 8 56-25 39-42 872 736 +136

Tampa Bay Rays 84 78 .519 19 52-29 32-49 803 754 +49

Toronto Blue Jays 75 87 .463 28 44-37 31-50 798 771 +27

Baltimore Orioles 64 98 .395 39 39-42 25-56 741 876 -135

CENTRAL W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

Detroit Tigers 86 76 .531 - 51-30 35-46 738 739 -1

Minnesota Twins 86 76 .531 - 48-33 38-43 811 760 +51

Chicago White Sox 79 83 .488 7 43-38 36-45 724 732 -8

Kansas City Royals 65 97 .401 21 33-48 32-49 686 842 -156

Cleveland Indians 65 97 .401 21 35-46 30-51 773 865 -92

WEST W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

x-Los Angeles Angels 97 65 .599 - 49-32 48-33 883 761 +122

Texas Rangers 87 75 .537 10 48-33 39-42 784 740 +44

Seattle Mariners 85 77 .525 12 48-33 37-44 640 692 -52

Oakland Ahtletics 75 87 .463 22 40-41 35-46 759 761 -2

National League

EAST W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

x-Philadelphia Phillies 93 69 .574 - 45-36 48-33 820 709 +111

Florida Marlins 87 75 .537 6 43-38 44-37 772 766 +6

Atlanta Braves 86 76 .531 7 40-41 46-35 735 641 +94

New York Mets 70 92 .432 23 41-40 29-52 671 757 -86

Washington Nationals 59 103 .364 34 33-48 26-55 710 874 -164

CENTRAL W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

x-St. Louis Cardinals 91 71 .562 - 46-35 45-36 730 640 +90

Chicago Cubs 83 78 .516 7.5 46-34 37-44 707 672 +35

Milwaukee Brewers 80 82 .494 11 40-41 40-41 785 818 -33

Cincinnati Reds 78 84 .481 13 40-41 38-43 673 723 -50

Houston Astros 74 88 .457 17 44-37 30-51 643 770 -127

Pittsburgh Pirates 62 99 .385 28.5 40-41 22-58 636 768 -132

WEST W L PCT GB HOME ROAD RS RA DIFF

*-Los Angeles Dodgers 95 67 .586 - 50-31 45-36 780 611 +169

y-Colorado Rockies 92 70 .568 3 51-30 41-40 804 715 +89

San Francisco Giants 88 74 .543 7 52-29 36-45 657 611 +46

San Diego Padres 75 87 .463 20 42-39 33-48 638 769 -131

Arizona Diamondbacks 70 92 .432 25 36-45 34-47 720 782 -62

Vous pouvez noter que toutes les équipes n’ont pas joué 162 matches. En effet, les parties qui avaient été reportées mais qui n’ont plus d’intérêt pour le classement sont en général annulées. Une bonne affaire pour les Pirates de Pittsburgh qui évitent ainsi d’avoir perdu 100 matches.

Bilan de la Ligue Américaine

On peut observer le retour des Yankees aux affaires. Au vu des changements, ce n’était pas forcément gagné mais les recrues ont été à la hauteur. Les Rays de Tampa Bay confirment que c’est une force dans la MLB mais leur bilan est inférieur à l’an passé. Les blessures, le moindre rendement des lanceurs ont joué, mais cela reste la deuxième meilleure saison de l’histoire de la franchise.

Les Rangers du Texas ont surpris cette année, au point d’avoir été en course pour les séries jusqu’à la fin. L’amélioration des lanceurs est la principale explication. On soulignera également le retour des Mariners de Seattle, dont le lanceur numéro un Felix Hernandez est un candidat sérieux au Cy Young.

Au rang des déceptions, hormis les Indians, on pourra citer les White Sox dans la Ligue Américaine et dans une moindre mesure Toronto qui a flanché en milieu de saison.

Bilan de la Ligue Nationale

Mal partis en début de saison, les Rockies du Colorado ont fini par accrocher les playoffs. Ils ont usé une très bonne équipe des Giants de San Francisco qui va devoir renforcer son offensive pour retrouver les séries. La performance des lanceurs de Denver (malgré l’absence du meilleur Jeff Francis) explique comme il y a deux ans ce succès. Saint-Louis est revenu aux affaires mais la déception vient de Pujols qui se heurte encore au mur des 50 circuits. Les Phillies ont confirmé leur suprématie mais Marlins et Braves ont réussi une bonne saison. Les premiers terminent même deuxième de la division Est.

Les déceptions sont nombreuses : les Mets ont coulé malgré une masse salariale énorme. Les blessures des joueurs vedettes sont la principale mais pas la seule cause de cette déroute. Les Cubs ont pêché en attaque : une grosse claque pour l’équipe qui avait le meilleur bilan de la Ligue en 2008. L’Arizona n’a pas supporté l’absence de son lanceur étoile Brandon Webb et à part Mark Reynolds (44 HR), il n’y a pas eu grand-monde pour relever le niveau. Milwaukee a déçu mais les blessures ont handicapé l’équipe qui n’a pas une grande profondeur. Quant aux Nationals, ils pourront se dire qu’ils ont sauvé de justesse Stephen Strasburg.

Présentation des séries.

Ligue Américaine.

New York Yankees contre le vainqueur du match Minnesota Twins contre Detroit Tigers. Les Yankees sont largement favoris mais attention quand même aux lanceurs des Tigers qui ont une moyenne de points mérités proche des New Yorkais. Je mise les Yankees en 3 matches. Mais c’est une série beaucoup plus piégeuse qu’on peut le penser. Le vainqueur du match de barrage aura le momentum mais sans doute aussi la fatigue nerveuse, pour peu que la partie dure.

Los Angeles Angels contre Boston Red Sox. Les Angels ont une rotation plus stable mais les Red Sox sont particulièrement tenaces en séries. Les Angels ont pu le constater l’an passé dans une situation similaire. Je dirai les Red Sox en 4 parties.

Ligue Nationale

Los Angeles Dodgers contre Cardinals de Saint-Louis. La série est particulièrement indécise. Les Cardinals ont une meilleure rotation que les Dodgers mais de peu et Albert Pujols a ralenti en fin de saison ; pour les Cardinals, il faudrait qu’il se relance. Les Cards en 4 parties mais sans une conviction très affirmée.

Philadelphie Phillies contre Colorado Rockies. Il y a deux ans, les Rockies n’ont fait qu’une bouchée des Phillies (3-0). Ce ne sera pas le cas mais les vainqueurs de la Série Mondiale n’auront pas la tâche facile. 3-1 pour eux.

Les nouvelles de la semaine

La première saison au New Yankee Stadium a été curieuse pour les locaux : elle a commencé par une défaite 10-1 contre les Indians de Cleveland (souvenez-vous aussi du 22-4) et se termine par une défaite 4-3 contre les Royals de Kansas City. Entretemps, la franchise new yorkaise a gagné 57 matches pour 22 défaites.

Tout peut arriver. Après avoir perdu 87 parties en situation d’être menés en 8ème manche, les Nationals ont arraché une première victoire dans cette position contre les Mets. Un grand chelem leur a permis de battre les New Yorkais par 7 à 4. Les Nationals ont perdu 16 autres rencontres dans une situation différente (devant ou à égalité après 8 manches).

Dernier match de la saison à Tampa Bay et M. Steinbrenner vient voir ses Yankees. Alex Rodriguez en profite pour claquer 2 circuits et produire 7 points dans la même manche, un record de l’AL établi. Les Yankees ont marqué leurs 10 points dans cette seule 6ème manche contre les Rays et gagné 10-2.

La saison se termine et le ménage se fait. Les managers généraux des Padres de San Diego (Kevin Towers) et des Blue Jays de Toronto (J.P. Ricciardi) ont été remerciés. A Cleveland ça bouge aussi.

A Toronto, les choses n’allaient pas bien entre le manager Clito Gaston et les joueurs, ce qui a expliqué partiellement la chute des Blue Jays.

La MLB a annoncé une baisse globale de 6,9% des affluences en 2009 par rapport à 2008. Les causes sont multiples et connues : la crise qui rend le prix des billets trop élevés pour certains (bien que beaucoup d’équipes aient baissé les prix, y compris pour la saison prochaine) et les mauvais résultats précoces de beaucoup d’équipes qui ont fait déserter le stade. Ainsi, Nationals, Padres, Tigers et Blue Jays ont constaté une baisse de 20% ; dans trois des quatre cas, les résultats décevants expliquent la baisse, alors qu’à Detroit la ville est fortement marquée par la crise de l’automobile notamment. Le constat du président des Nationals est évident : « on a l’affluence qu’on mérite » dit Stan Kasten et il sait de quoi il parle. Cinq ans après son départ de Montréal, les ex-Expos devenus Nationals ont un nouveau stade mais une équipe pitoyable.

A propos de déceptions, en voici une pour Adam Dunn des Nationals. Les quatre saisons précédentes, il avait réussi l’exploit de frapper exactement 40 circuits à chaque fois. Là il en est resté à 38 alors qu’il a eu la meilleure moyenne au bâton de ces dernières années.

Mes prévisions pour les récompenses.

MVP. Albert Pujols dans la NL va conserver son bien, alors que la lutte entre Mark Teixeira (Yankees) et Joe Mauer (Minnesota) le meilleur frappeur du baseball majeur sera serré. Je pencherai pour Mauer qui a franchi un cap malgré une absence d’un mois en début de saison.

Cy Young (meilleur lanceur). Les Cardinals de Saint-Louis pourraient encore rafler la mise avec soit Adam Wainwright, soit Chris Carpenter. Je choisirai le second qui méritera aussi le prix du retour. Attention quand même à Tim Lincecum (San Francisco) qui est dominateur et qui est un cauchemar pour les frappeurs (261 strikeouts et 0.202 de moyenne accordée aux frappeurs) Dans la Ligue Américaine, C.C. Sabathia semble favori mais il ne remportera pas le titre. Soit Zach Greinke (Kansas City) soit Felix Hernandez (Seattle) gagnera la récompense et je mise sur le deuxième (1er ex-aequo pour les victoires, 2ème pour l’ERA).

Rookie de l’année. Rick Porcello de Detroit remportera le trophée dans la Ligue Américaine, même si Gordon Beckhma (White Sox) est un concurrent sérieux.J.A. Happ des Phillies pourrait bien rafler la mise dans la Ligue Nationale, même si Tommy Hanson d’Atlanta est un challenger sérieux.

Le suspens de la semaine

MLB Semaine 26 : fin de la saison régulière.
MLB Semaine 26 : fin de la saison régulière.

Il s’agit du duel entre les Tigers de Detroit et les Twins du Minnesota. Les deux équipes se retrouvaient en début de semaine puis affrontaient respectivement les White Sox de Chicago et les Royals de Kansas City. Je vous propose de suivre ce duel durant toute la semaine. Les Tigers disposaient d’une avance de deux victoires.

La première rencontre le lundi est reportée et se dispute mardi. Elle est très serrée comme on pouvait s’y attendre. Le score est de 1-1 à la fin des 9 manches réglementaires. En 10ème, les Twins marquent deux points et prennent une avance déterminante. Le circuit de Granderson contre le stoppeur Joe Nathan redonne l’espoir à Detroit mais on en reste là et les Twins s’imposent 3-2. L’écart n’est plus que d’un match.

Deuxième rencontre du mardi : les Tigers en danger, prennent les choses en main et se constituent rapidement une avance conséquente. Avec en particulier un circuit de Miguel Cabrera, ils mènent 5-0 après 5 manches. Les Twins reviennent en 6ème avec deux points marqués et avec deux autres inscrits en 8ème, ils ne sont plus qu’à un point (4-5). Le deuxième circuit de la journée de Curtis Granderson (son 30ème de la saison) donne un peu d’air car les Twins marquent encore une fois en neuvième mais n’iront pas plus loin. Par cette victoire 6-5, les Tigers reprennent deux points d’avance.

Mercredi, troisième rencontre de la série. Les Twins marquent deux points en première manche (2-0). Les Tigers veulent se mettre à l’abri et assomment l’ancien Indian Carl Pavano par quatre points en deuxième (4-2) puis par un double de 3 points d’Ordoñez en cinquième qui chasse le vétéran. La marque n’évolue plus (7-2). Le titre de division se rapproche pour les Tigers qui ont alors 3 matches d’avance.

Jeudi. Une victoire signifie la qualification pour les Tigers et ils prennent les devants 1-0 en deuxième manche. Les Twins jouent leur saison sur ce match et sont déterminés à l’image de leur receveur Joe Mauer, meilleur frappeur de la Ligue et candidat très sérieux pour être élu MVP de l’Américaine. En troisième, Minnesota marque trois points et en quatrième ajoute un quatrième point. Le match bascule en huitième quand les Twins marquent à nouveau quatre points. Les Tigers ne peuvent en inscrire que deux. Minnesota s’impose 8-4 alors qu’une polémique éclate sur l’attitude de Joe Mauer, dont on soupçonne d’avoir donné des indications (par des signes) quant aux propres signes du receveur des Tigers à son coéquipier qui frappait, alors qu’il était sur les sentiers. Ceci dit, les renseignements n’étaient pas les bons (et Mauer fait toujours les mêmes gestes). Ce genre de chose apparaît bien évidemment quand la tension est grande et une bagarre a éclaté quand Jeremy Bondermann des Tigers a atteint intentionnellement Delmon Young. Minnesota n’est plus qu’à deux matches.

Vendredi. A Chicago, contre les White Sox, les Tigers doivent gagner la série pour se qualifier. C’est bien mal engagé. Ils sont lessivés 8-0 par Jake Peavy, qu’on retrouve après pas mal de mois de galère et un transfert aux White Sox. Quant aux Twins, ils plient rapidement le match, avec un grand chelem de Delmon Young. Ils se retrouvent avec une avance de 10-0 après 4 manches contre Kansas City. Mais les Royals reviennent et font peur à leurs hôtes, obligeant le releveur Joe Nathan à lancer pour un 46ème sauvetage. Le score final est de 10 à 7 et les Twins ne sont plus qu’à une victoire des Tigers.

Samedi. Les Twins doivent affronter le potentiel candidat au Cy Young Zach Greinke. Et ils n’arrivent pas à le déjouer jusqu’en 6ème manche. Ils marquent 4 fois et la rencontre semble jouer. Les Royals reviennent par un home run de Jacobs en 7ème (1-4) puis égalisent avec 3 points en 8ème manche (4-4). Le 31ème circuit de la saison de Michael Cuddyer en fin de 8ème donne la victoire aux Twins 5-4. Les Tigers connaissent le résultat avant de jouer mais ils subissent la loi des lanceurs de Chicago. Carlos Quentin des White Sox claque son deuxième circuit de la série et participe à la victoire 5-1 contre Detroit. Les Tigers et les Twins sont à égalité.

Dimanche. Toute une saison se joue sur un match. En cas d’égalité, les deux équipes se retrouvent pour un match de barrage mardi à Minneapolis au Metrodome (qui est plein à craquer pour ces matches) qui fermera ses portes à l’issue de la saison. Tigers et Twins ont joué avec beaucoup de détermination. Detroit mène rapidement au score avec 3 circuits inscrits. Le retour en fin de match des White Sox de Chicago pimente celle-ci mais Detroit l’emporte par 5 à 3. Dès lors, les Twins, qui commençaient leur match une heure après, avaient la pression contre Kansas City. Mais celle-ci retombait assez vite : 7-0 après trois manches et 5 circuits réussis pour une victoire finale de 13 à 4 qui permet à l’équipe de Minneapolis d’arracher le match de barrage, qui aura lieu à domicile car ils ont gagné 11 des 19 rencontres entre les deux formations. Mais les Twins ont perdu l’an passé un même barrage, contre les White Sox. L’histoire se répétera-t-elle ?

La semaine des Indians de Cleveland (et la fin de la galère aussi).

Les Indians terminent leur saison régulière par des matches contre les Sox : la blancheur à domicile et la rougeur à l’extérieur

Lundi. Les White Sox n’ont pas eu trop de problèmes grâce à la performance de leur lanceur John Danks, qui n’a accordé que 3 coups sûrs dans un match complet. Il a toutefois dû accorder un seul point, marqué par le circuit de Choo en 7ème manche, c’est le 19ème de la saison pour le Coréen qui finit fort et a réussi 2 des 3 coups contre Danks. Sinon, Aaron Laffey est crédité de la défaite malgré une bonne sortie : il a pourtant accordé 3 points dans la deuxième manche en remplissant les sentiers puis en accordant deux simples et en atteignant un lanceur adverse. En neuvième les White Sox ajoutent 3 autres points contre Jensen Lewis et s’imposent tranquillement 6-1.

Mardi. La pluie a reporté la rencontre au mercredi.

Mercredi et programme double. Le coup de balai attendu est annoncé avant la fin de la saison. Eric Wedge est débarqué et les entraineurs aux différents postes suivront aussi, même s’ils pourraient rester sous la direction du nouveau manager. Ils géreront les affaires courantes d’ici dimanche. Il faut dire qu’avec un bilan pareil et une seule participation en séries (finale de Ligue en 2007) depuis 2003, le bilan d’Eric Wedge est bien modeste. Mark Shapiro reste pour le moment en place et les Indians paieront la dernière année de contrat au manager dont le message n’est plus passé. Sans doute aussi, les difficultés à développer les jeunes ont définitivement coûté sa place à Wedge qui me semblait déjà menacé depuis bien longtemps.

Le premier match s’est bien passé : les Indians marquent deux points en deuxième manche. Les White Sox de Chicago ont momentanément réduit l’écart à une longueur en début de quatrième mais en fin de la même manche, les Indians marquent deux fois (dont un deuxième point pour LaPorta). En sixième, Hafner frappe son 16ème circuit de la saison. Score final 5-1 et une bonne dernière sortie pour Fausto Carmona (1 point en 5 coups sûrs sur 7 manches) dont la saison a été calamiteuse (5 victoires et 12 défaites).

Le deuxième match a vu les White Sox limités encore à un seul point. Justin Masterson a lancé un match complet (9 manches, 4 coups sûrs, 1 point et 12 retraits au bâton) pour sa meilleure sortie depuis son arrivée dans l’Ohio il y a deux mois. Le souci c’est que l’attaque des Indians a été muette : 4 coups sûrs aussi mais pas enchaînés dans une même manche. Score final 1-0 pour les White Sox qui gagnent le dernier match des Indians au Progressive Field.

Jeudi. Premier des quatre matches contre les Red Sox de Boston. La série est anecdotique car Boston n’a rien à gagner ni à perdre dans cette série. Les Indians cherchent seulement à éviter la dernière place. Blessé après sa dernière sortie contre les Yankees, le lanceur des Red Sox John Lester a retrouvé ses moyens : en 6 manches 1/3, il a limité les Indians à deux coups sûrs pendant que Carlos Carrasco accordait trois points et 9 hits en 3 manches 1/3, avant d’être lui-même blessé. Sur le reste du match, la relève en second des Indians a fermé la porte mais l’attaque n’a rien produit. Boston s’impose facilement 3-0.

Vendredi. Attention les Yankees et les Angels, Dice-K est de retour. Le japonais Matsuzaka, que je considère comme le meilleur lanceur droitier au monde, revient en forme après trois mois d’absence en raison d’une blessure et de pépins physiques en début de saison. Il a limité les Indians à 6 coups sûrs et 2 points en 6 manches, dans la lignée de ses dernières (bonnes) sorties. Cleveland ne l’a pris en défaut qu’en cinquième manche lorsque l’équipe a marqué deux fois et eu cinq coureurs sur les sentiers. Mais autrement, l’attaque de Boston a fait l’essentiel dès le début du match en marquant 4 points contre Sowers qui a quitté après la troisième manche (dont un point produit par Victor Martinez l’ancien du club). Deux autres points en septième assurent la victoire des Red Sox 6-2 alors que les Indians battent un nouveau record de défaites consécutives, mais à l’extérieur, avec 13. Cette saison, ils n’ont gagné que 30 fois en 79 matches en déplacement.

Samedi, les Indians entament la rencontre avec beaucoup de détermination : ils marquent deux points d’entrée même si les Red Sox réduisent la marque sur un home run du MVP 2008 Dustin Pedroia. En début de deuxième, Cleveland ajoute deux nouveaux points et mène 4-1. Mais ensuite, c’est la catastrophe : Aaron Laffey connaît bien des difficultés depuis le début du mois de septembre (comme toute l’équipe), il remplit les bases, puis accorde un simple d’un point (2-4), commet une feinte irrégulière (ou balk) qui réduit encore la marque (3-4), accorde un simple qui égalise (4-4) puis Victor Martinez l’ex-Indian frappe un grand chelem qui porte la marque à 8-4 pour les Red Sox. Laffey cède sa place. En troisième, le cauchemar continue avec un autre circuit de deux points, 10-4 pour Boston. Les Indians réduisent le score : Choo frappe son 20ème circuit de la saison (ce sera le seul joueur de Cleveland dans ce cas cette année) pour revenir à 6-10 en septième et un autre circuit des Red Sox en huitième clôt la marque par 11 à 6.

Dimanche, le dernier match de la saison. La fin de la galère. Eric Wedge pour sa dernière envoie Tomo Okha au monticule, c’est dire le niveau des lanceurs partants (en fait cela aurait dû être David Huff mais il n’avait pas assez récupéré). Le match commence pourtant bien : premier frappeur de la rencontre, Luis Valbuena envoie la balle dans les tribunes (son 10ème HR de la saison) ; un ticket pour lui en 2010. Mais les Red Sox marquent trois points en fin de première manche et un autre en deuxième. La troisième est glorieuse pour les Indians : 5 points marqués, (But sur balles les bases remplies pour LaPorta, simple de deux points pour Peralta, double de deux points pour Marte qui fait marquer les deux précédents cités). Tout cela aurait été joli mais la pire équipe au monticule du baseball majeur (et surtout chez les partants) a bien illustré la saison de misère qu’elle a connu : Boston marque respectivement 1, 2 et 5 points dans les manches 4, 5 et 6. Le simple de Michael Brantley envoie l’autre rookie Trevor Crowe à la maison, c’est le dernier point de la saison des Indians qui s’inclinent 12-7. Une quinzième défaite consécutive à l’extérieur qui « améliore » le record.

La semaine se termine avec une seule victoire en sept matches. La saison, elle, s’achève avec un bilan de 65 victoires et 97 défaites, soit le plus mauvais total depuis 1991 (les Indians avaient alors perdu 105 matches). C’est aussi la première fois depuis 2003 (et les 94 défaites) que les Indians ont encaissé 90 revers. Et en restant dans les statistiques, c’est le 5ème total de défaites sur une saison dans l’histoire de la franchise. Tout est à reconstruire. On va chercher du côté de l’entraineur des lanceurs des Red Sox pour bâtir et pour former ces jeunes qui ont du talent, enfin surtout dans le champ parce qu’au monticule c’est un peu plus suspect.

Analyse rapide de la saison des Indians.

Comment expliquer une telle déroute ? Un départ calamiteux (5 défaites) qui plombe la saison, l’incapacité de revenir en alignant des séries de victoires (elles n’ont eu lieu qu’au mois d’août) , la faible profondeur de l’équipe en particulier chez les lanceurs : Cliff Lee a été meilleur à chaque sortie mais a été aussi abandonné par son attaque, derrière c’était un peu la misère. La relève a bousillé quantité d’avances pendant la première moitié de la saison avant de s’ajuster. En attaque, l’équipe a manqué de constance : capable de mettre 22 points aux Yankees mais de multiplier les matches avec 0 ou 1 point, en particulier quand Lee lançait. Les difficultés financières (16 millions de $ de pertes)  et les échéances contractuelles ont poussé les dirigeants à transférer leurs meilleurs éléments (Lee, Martinez –dont le départ a aussi pesé au sein du groupe car c’était un leader-, DeRosa, Garko, Francisco, Pavano, Betancourt en particulier) pour des jeunes espoirs.

De plus, les blessures n’ont pas épargné l’équipe. Grady Sizemore a joué toute la saison blessé et l’a d’ailleurs terminée 3 semaines avant les autres. Jake Westbrook, Adam Miller, Scott Lewis, Anthony Reyes étaient des lanceurs partants désignés : ils n’ont pas lancé (à part 4 manches pour Lewis et quelques matches pour Reyes). La profondeur manquait de talent et d’expérience malgré les progrès de David Huff (11 victoires, le meilleur total d’un lanceur), la bonne saison d’Aaron Laffey qui a flanché sur la fin. Et puis certains autres joueurs n’ont pas produit ce qu’on attendait d’eux : Hafner a été économisé mais son rendement reste limité, Shoppach a été faible en attaque, Peralta n’a pas été très tranchant. De plus, la défense n’a pas été au sommet non plus. Kerry Wood n’a que 20 sauvetages mais sur 25 tentatives seulement (une misère pour un releveur). Le gaucher Rafael Perez a connu une mauvaise saison tout comme Jensen Lewis même s’il s’est rattrapé un peu sur la fin. Et ne parlons pas de Fausto Carmona qui ressemble de plus en plus à un bide après une saison de 19 victoires en 2007. D’ailleurs, il me semble que les Indians en soient encore restés à cette terrible finale de Ligue contre Boston où, après avoir mené 3 victoires à 1, ils ont perdu 4-3 sans avoir eu la moindre chance de gagner un seul des matches restants.

Toutefois quelques signes d’espoirs sont entrevus : les jeunes comme LaPorta (très bon en septembre), Brantley se sont affirmés dans le dernier mois ; Luis Valbuena a fait une bonne saison et a poussé Peralta au troisième but. Choo (20 HR, le meilleur joueur des Indians en attaque cette année) et Asdrubal Cabrera ont franchi un cap en étant les piliers de l’équipe. Reste à confirmer pour Andy Marte. Chez les lanceurs, on a trouvé un trio de releveurs tout à fait viable : Chris Perez (sans doute le futur releveur numéro un, Tony Sipp, Joe Smith. L’arrivée d’un Justin Masterson n’est pas mauvaise. La saison prochaine il sera installé comme partant. Par contre, Carlos Carrasco semble encore trop juste.

Mais tout ça ne fera pas le printemps en 2010. L’année prochaine risque d’être transitoire. On cherchera peut-être à garder de l’argent pour faire resigner Sizemore (en 2012) à moins de le transférer. L’équipe sera rajeunie et doit gagner de l’expérience. Avec un nouveau manager et sans doute quelques nouveaux instructeurs puisqu’avec Eric Wedge, les entraineurs n’ont pas été reconduits pour le moment. Et je ne crois pas que l’équipe fera ses emplettes sur le marchés des agents libres cet hiver, enfin pas pour de gros noms.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine