Magazine Société

Capital et Banque Centraux ou Décentralisés ?

Publié le 05 octobre 2009 par Galuel
Une monnaie à Banque Centrale fonctionne ainsi :
On met un capital C en garantie dans la Banque, qui alors édite une monnaie M qui gage ce capital. Chaque portion de la monnaie correspond à une part du capital.
Problème : on ne peut pas demander d'intérêts sans augmenter la monnaie en circulation et donc en recapitalisant continûment au rythme de l'intérêt demandé, sinon l'intérêt demandé excèdera la quantité de monnaie disponible. Si je demande 5% / an d'intérêts en monnaie + le capital au final, je dois avoir dans l'économie M + 5% / an, en monnaie, sinon ça ne marche pas.
L'astuce consiste alors à dire, qu'en fait tout le monde ne demande pas à transformer la monnaie émise par capital immobilisé dans la Banque en même temps (sauf quand ça arrive !, cf toute la réalité historique), et donc on peut éditer plus de capital monétaire M, créant ainsi une pyramide de type martingale. Tôt ou tard, forcément, les agents économiques se demandent d'où vient cette monnaie, et comprennent que c'est de la fausse monnaie purement et simplement, plus il y en a de distribuée, et moins le capital immobilisé vaut dans cette même monnaie.
Si je dis que le ratio C / M vaut 1/10, je dois alors recapitaliser à 1,1C, pour éditer 11 M, ça marche si C a une "valeur" stable, mais ça c'est illusoire. Rien n'assure que C a une valeur intrinsèque, et tout démontre le contraire. D'ailleurs la plongée de titres toxiques, c'est quoi sinon se rendre compte que C ne vaut pas du tout ce qu'on croyait que ça valait ? Ca signifie donc qu'on édité que de la fausse monnaie.
Sur le long terme, même en recapitalisant, ça n'est pas vraiment stable. Le doute subsistera toujours quant à la qualité de la monnaie éditée par la Banque, car son capital quel qu'il soit a une valeur discutable.
Par contre, si on réfléchit de manière décentralisé, ce n'est plus du tout la même chose !
Capital et Banque Centraux ou Décentralisés ?
Univers en expansion : l'espace augmente partout de façon décentralisé, pourtant les corps s'attirent localement... La monnaie augmente globalement partout (dividende monétaire), bien qu'elle ait tendance à se concentrer localement (intérêt du capital). Seules deux forces antagonistes, expansionisme global et attraction locale permettent l'équilibre. Hors cet équilibre c'est l'effondrement (déflation) ou la dispersion (inflation).
En effet, on part du principe que c'est l'homme, l'individu, qui non seulement est détenteur du capital, mais est le seul susceptible de créer de la valeur, et l'apprécier, et donc de l'échanger (quoi d'autre ? Une Banque avec des murs, des coffres, un logo ? Allez négocier avec un mur !).
Dans ce cas, la création de valeur est globale, elle est diluée dans l'ensemble de la société, au niveau du travail de chaque individu. Dès lors, j'augmente la quantité de monnaie qui gage l'ensemble de ce capital en expansion, sur l'ensemble des individus qui constitue la société. La création de valeur long terme ayant été mesurée à environ 5% / an, je dois créer 5% de monnaie supplémentaire / an, à répartir entre tous les individus.
Ainsi la création monétaire décentralisée, gage de façon dense et au plus près la création de valeur long terme de la société. Il n'y a plus AUCUN risque déflationniste systémique, et plus AUCUN risque inflationniste systémique non plus, tout est parfaitement connu, c'est 5% / an, ni plus, ni moins, on peut commencer à travailler réellement et abandonner les temps monétaires concentrationnaires et mensongers pour entrer dans le temps monétaire universel et transparent.
Mais c'est pas pour tout de suite, encore une ou deux petites crises avant d'y être... Sans la compréhension de la nature de la monnaie, rien ne peut se faire.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Lutter ou cogérer avec le capital ?

    Conduite par Chérèque une délégation de la direction de la CFDT vient de faire une tournée dans les entreprises des 22 régions. Le but ? Lire la suite

    Par  Forrestgump54
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Obama réforme la banque

    À la suite de sa perte de « super majorité », B.Obama a annoncé une réforme des banques. Il y aurait deux mesures : Faire payer les banques pour les frais de... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    SOCIÉTÉ
  • FMI et Banque Mondiale

    Dans ce petit film, tout est expliqué le plus simplement. Et pourtant on comprend tout de suite la catastrophe que peut faire ces deux organismes, et surtout... Lire la suite

    Par  Nusquama
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • L’idéal du capital

    L’idéal capital

    Que le monde serait beau sans les fonctionnaires syndiqués! L’offre et la demande s’appliqueraient à tous les aspects de la vie sociale. Lire la suite

    Par  Politicoblogue
    INFO LOCALE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Banque et risque

    La gestion prudente du risque par une banque serait une question de culture observe The Economist (et aussi : A matter of principle). Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    SOCIÉTÉ
  • capital 3 - travail 0

    capital travail

    Paquet fiscal, bouclier fiscal, défiscalisation des successions, suppression de diverses taxes sur le capital... Avec ce sévère régime néo-libéral, pas... Lire la suite

    Par  Despasperdus
    CULTURE, SOCIÉTÉ
  • "Erreur de la banque en votre faveur"

    "Erreur banque votre faveur"

    Hier j’ai poursuivi mon périple de cinéphile avec "Erreur de la banque en votre faveur" de Michel Munz et Gérard Bitton. Et je dois avouer que j’ai passé un trè... Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE

A propos de l’auteur


Galuel 1946 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine