Magazine Culture

whatever works

Publié le 05 octobre 2009 par Aymeric
Whatever_works Souvent le débat médiatique fonctionne avec une déprimante prévisibilité.
D’un sujet complexe, on fait un titre choc, ultra simplifié, orienté tout autant, véritable appeau aux réactions automatiques qui ne se font jamais prier.
Nous avons récemment eu un beau cas d’école (sic) avec l’affaire de l’expérimentation des cagnottes à Créteil pour stimuler l’assiduité des élèves.
Expérimentation que Le Parisien du 2 octobre résume à "De l'argent pour les bons élèves."
Il est certain que, présenté comme ça, on aura de l’outrage en veux-tu en voilà, majoritairement sur l’air du « chassons les marchands du temple ».
Oui, parce que l’Education Nationale tient finalement chez nous beaucoup moins du mammouth que de la vache sacrée.
C’est intouchable, on tourne autour, on chante ses vertus, on dénonce ses sacrilèges.
Attitude folklorique certes, distrayante sans doute, mais totalement vaine si on place non plus sur le plan de la métaphysique mais des résultats.
Lorsqu’il s’agit de penser le problème de l’éducation, je raisonne en mécréant.
Si on se pose comme objectif, simple, de fournir aux enfants plus de connaissances et de culture qu’ils n’en auraient eu dans leur milieu de départ, tout ce qui marche me convient.
De ce point de vue quelqu’un comme Esther Duflo aura certainement plus fait que ne  le ferons jamais tous les Meirieu et Brighelli du monde pour que, bien pleines ou bien faites, les jeunes têtes ressortent de l’école le plus richement pourvues (sic) possible.
(Voici deux heures d’une conférence d’Esther Duflo consacrée à l’éducation, n’hésitez pas à regarder, c’est réellement passionnant, je vous assure.)
Au lieu d’arriver avec son idée de l’école idéale qui réglerait les problèmes pour les siècles des siècles, il me parait nettement plus constructif de tenter de procéder par petites avancées et l’étude des  raisons pour lesquelles elles ont été possibles.
Et il se trouve que oui, parfois, dans certaines conditions les systèmes d’incitation par la récompense (sous forme de bourse, récompense directe à l’élève ou aux parentes) a un impact positif sur la présence en cours et les résultats scolaires.
On pourra m’objecter que ceci ne règle pas le problème du contenu des cours.
C’est vrai mais pour apprendre il faut déjà être présent et motivé pour l’être.
On me répondra sans doute encore que la motivation pécuniaire corrompt irrémédiablement l’élève mais ce serait retomber dans la métaphysique et je préfère raisonner brutalement.
Pour revenir aux cagnottes, le relatif succès de mesures similaires ailleurs n’est évidemment pas une garantie qu’il en aille de même à Créteil.
Mais, si les barrages sont érigés avant même que l’expérience ne soit menée à son terme et correctement évaluée, comment avoir une chance, jamais, d’améliorer quoique ce fut ?
Au fond, c’est peut-être justement ça, le principe de l’expérimentation même, que ne supportent pas nos experts autoproclamés.
Si des propositions sont testées et évaluées, il deviendra plus difficile de gloser en toute liberté sur ce que devrait être un système parfait ?
Insupportable, il est vrai.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Whatever Works

    Whatever Works

    L'histoireBoris Yellnikoff est un génie de la physique qui a raté son mariage, son prix Nobel et même son suicide. Désormais, ce brillant misanthrope vit seul,... Lire la suite

    Par  Ffred
    CINÉMA, CULTURE
  • WHATEVER WORKS de WOODY ALLEN

    WHATEVER WORKS WOODY ALLEN

    VIDEOVoilà sorti des archives, un scénario de 30 ans, que Woody Allen s'est décidé à tourner, ce qui confère à ce nouvel ouvrage du maître de la dérision un... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CINÉMA, CULTURE
  • J'ai vu vendredi à Vienne:"Whatever works"(Fête du cinéma)

    J'ai vendredi Vienne:"Whatever works"(Fête cinéma)

    Boris Yellnikoff est un génie de la physique qui a raté son mariage, son prix Nobel et même son suicide. Désormais, ce brillant misanthrope vit seul, jusqu'au... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    CINÉMA, CULTURE
  • Whatever works par Lady Pénélope

    Whatever works Lady Pénélope

    Effet de crise ou coup de génie ? L’excellent Woody Allen exhume un scénario vieux de près de 30 ans, le dépoussière et en fait son dernier petit bijou. Ou... Lire la suite

    Par  Orange Mecanique & Lady Penelope
    CINÉMA, CULTURE
  • Whatever works - New-York est revenu!

    Whatever works New-York revenu!

    On l'avait presque oublié, celui-là. Le new-yorkais névrosé, celui qui parle à la caméra, celui qui a des théories sur tout, le mégalomane attendrissant. Lire la suite

    Par  Timotheegerardin
    CINÉMA, CULTURE
  • "Whatever works" de Woody Allen

    "Whatever works" Woody Allen

    Après des films aussi divers et réussis que « Match point », « Scoop », « Le rêve de Cassandre », « Vicky Cristina Barcelona » qui se sont enchaînés au rythme... Lire la suite

    Par  Sandra.m
    CINÉMA, CULTURE
  • Whatever works

    Whatever works

    Ce dernier Woody m'aura fait rire du début à la fin. Le héros, Boris, est un génie de la physique, misanthrope, caustique, terrifié par la mort. New yorkais san... Lire la suite

    Par  Pralinerie
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Aymeric 1898 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines