Magazine Beaux Arts

Maxence Rey, les Bois de l'ombre

Publié le 06 octobre 2009 par Jérôme Delatour
Maxence Rey, Les Bois de l'ombre (cl. Jérôme Delatour - Images de danse)
Maxence Rey, Les Bois de l'ombre (cl. Jérôme Delatour - Images de danse)
Pour son premier solo, encore tout juste ébauché, Maxence Rey a choisi un beau titre énigmatique ; à l'instar de sa coiffe étrange, évasée comme la couronne de la sublime Nefertiti. Baroque, lisse, son costume rappelle Goude et Decouflé, le glamour propre des années frime. Mais dans son regard monumental, je préfère croiser l'oeil surréel des korè archaïques, mieux celui d'une cariatide, soutenant un temple invisible.

Maxence Rey, Les Bois de l'ombre (cl. Jérôme Delatour - Images de danse)
Maxence Rey, Les Bois de l'ombre
(cl. Jérôme Delatour - Images de danse)

Sa tête semble porter ce poids immense et son oeil nous jeter un sort. Nous sommes dans la théâtralité, un jeu de gestes et de pupilles. Maxence Rey cherche, dit-elle, "à être au plus près de l’humain dans sa fougue à être en vie, dans sa vulnérabilité et sa fragilité face à la mort". J'ai senti tout autre chose, ou j'ai senti la même chose par d'autres chemins. Cette coiffe intrigante, ces poses raides, ce violent clair-obscur composent une figure hiératique, hors du temps et de la vie. A peine quelques mouvements triviaux tentent-ils de troubler cette image et de la rendre plus humaine. Vissée sur sa chaise, elle chuchote des choses inaudibles. Je ne démords pas du passé. C'est une sibyle, une de ces simples femmes par qui le monde caché parlait en les faisant trembler, un intercesseur.

Maxence Rey, Les Bois de l'ombre (cl. Jérôme Delatour - Images de danse)
Maxence Rey, Les Bois de l'ombre
(cl. Jérôme Delatour - Images de danse)

Maxence Rey a beaucoup travaillé avec Isabelle Esposito, et cela se voit. De cette dernière je ne connais qu'un fragment de solo, mais avec lequel la parenté me paraît évidente : une femme, singulière, statique sur une chaise, habitant une sorte de monde parallèle, étrange. Attendons de voir quelle direction Maxence prendra désormais.

L'avis de Guy Degeorges

Les Bois de l'ombre, de Maxence Rey, en répétition à Mains d'Oeuvres le 4 septembre 2009.

Retrouvez ici les répétitions des Bois de l'ombre en images

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Un tapis en bois ?

    tapis bois

    Le bois c’est beau, c’est chaud, c’est agréable à toucher et à regarder. Grande tendance déco en ce moment, il fait son come back un peu partout et envoie un pe... Lire la suite

    Par  Lovny
    CONSO, CÔTÉ FEMMES, CULTURE, DESIGN ET ARCHITECTURE
  • Le tombeau d'étoiles (Maxence Fermine)

    tombeau d'étoiles (Maxence Fermine)

    Maxence Fermine écrit ici un roman inspiré de faits réels survenus à son grand-père pendant la Seconde Guerre Mondiale dans cette Savoie où il vit à nouveau... Lire la suite

    Par  Alexandra
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • Le Labyrinthe du temps de Maxence Fermine

    Labyrinthe temps Maxence Fermine

    Il est des mondes improbables qui pourtant nous prennent et nous guident à jamais... Un archimandrite, Vassili Evangelisto, demande à devenir l’envoyé du Tsar d... Lire la suite

    Par  Goliath
    CULTURE, LIVRES
  • "Le Labyrinthe du temps" de Maxence Fermine

    Labyrinthe temps" Maxence Fermine

    "La vie est un labyrinthe inextricable, et chaque être perdu dans sa solitude erre en silence pour chercher une issue au tragique destin de son existence. Lire la suite

    Par  Fanyoun
    CULTURE, LIVRES
  • Sculptures en bois

    Sculptures bois

    aux détails parfaits de Ricky Swallow. Australie. Lire la suite

    Par  Lilavert
    BEAUX ARTS, TALENTS
  • Un léger passage à vide, Nicolas Rey

    léger passage vide, Nicolas

    Rey... comme Alain ? Une petite notice biographique s'impose. Nicolas officie actuellement dans Star Mag comme chroniqueur. L'émission que pilote Éric Naulleau... Lire la suite

    Par  Clementso
    CULTURE, LIVRES
  • Un léger passage à vide (Nicolas Rey)

    léger passage vide (Nicolas Rey)

    Cher Nicolas R., Cher Nicolas R., t’es con. tu m’as fait pleurer un samedi matin à 9h. Faut le faire, parce que le samedi matin à 9H, c’est pas une heure pour... Lire la suite

    Par  Patrice Roulive
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Jérôme Delatour 206 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines