Magazine Poésie

Que serais-je sans toi (Louis Aragon)

Par Arbrealettres

horloge_dali

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu’il fait jour à midi, qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne
Tu m’as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N’est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

(Louis Aragon)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nocturne (Louis Aragon)

    Nocturne Dans la forêt dans les buissons Se sont envolés les soupçons Les vers luisants les étoiles Se sont accrochés dans les voiles De la nuit odorante Vois... Lire la suite

    Le 28 mai 2010 par   Arbrealettres
    POÉSIE
  • Au bout de mon âge - Louis Aragon

    Pierre Olivier Vannier - Another movie Au bout de mon âge Qu'aurais-je trouvé Vivre est un village Où j'ai mal rêvé Je me sens pareil Au premier lourdaud... Lire la suite

    Le 30 mars 2010 par   Khanouf
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • LOUIS ARAGON - HOMMAGE A Missak MANOUCHIAN

    ...Tout avait la couleur uniforme du givreÀ la fin février pour vos derniers momentsEt c'est alors que l'un de vous dit calmementBonheur à tous Bonheur à ceux... Lire la suite

    Le 21 avril 2013 par   Ruedelapoesie
    POÉSIE
  • LOUIS ARAGON - Heureux celui qui meurt d'aimer

    Ô mon jardin d’eau fraîche et d’ombreMa danse d’être mon cœur sombreMon ciel d’étoiles sans nombreMa barque au loin douce à ramerHeureux celui qui devient... Lire la suite

    Le 30 juin 2013 par   Ruedelapoesie
    POÉSIE
  • Louis Aragon - Les Yeux et la mémoire. Extrait de "II. Que la vie en vaut la...

    C'est une chose étrange à la fin que le mondeUn jour je m'en irai sans en avoir tout ditCes moments de bonheur ces midis d'incendieLa nuit immense et noire aux... Lire la suite

    Le 09 septembre 2011 par   Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • L'étrangère de Louis Aragon

    Il existe près des écluses, un bas quartier de bohémiens Dont la belle jeunesse s'use à démêler le tien du mienEn bandes on s'y rend en voiture, ordinairement a... Lire la suite

    Le 27 septembre 2009 par   Mango
    CULTURE, LIVRES
  • Best of…

    Vu le nombre de sollicitations et autres confusions, j'ai effacé les pages dédiées à mes poètes préférés… Cependant, je n'ai pas pu m'empêcher de garder les... Lire la suite

    Le 08 avril 2009 par   Marialou
    POÉSIE, TALENTS

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Arbrealettres 400 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines