Magazine

Six pieds sous terre

Publié le 10 novembre 2009 par Sébastien Michel
Ray French,
éd. Fleuve noir, 442 p.
A partir de 19 € sur Amazon.fr
Ça commence par ce trait saillant de Thatcher mis en exergue : Un homme de vingt-six ans qui prend encore le bus peut considérer sa vie comme un échec... Le roman se promet d'être social et violemment revendicateur. Chose dûe donc. L'ultime façon aujourd'hui de manifester sa révolte à l'égard des puissants qui spolient et crisent à tout va : l'auto-séquestration souterraine. C'est en tous les cas le choix d'Aidan quand il apprend la délocalisation de l'usine de sa ville du pays de Galles. A six pieds sous terre, on entendra plus haut ses protestations contre des licenciements abusifs...
Six pieds sous terre
Les pompes funèbres lui vendant des boîtes trop chères, le militant trouve une solution plus économique : un cercueil bio qu'il enterre dans son jardin. Et voilà la plante rouge qui sème ses idées, d'abord au pub du coin. Aidan, le prolo des profondeurs réussira-t-il « là où le gouvernement, les syndicats et Taffia's Talking Shop ont échoué ?» C'est que la mise en bière du gréviste fait un tabac et vite couler dans les journaux plus d'une pinte d'encre. Installé dans son futton, le gréviste des abysses observe avec son périscope ce petit monde qui s'agite autour de sa mort sociale : combien de victimes encore au nom de la mondialisation ? Pour faire passer l'amère pilule de cette vérité qui dérange (encore une), l'auteur anglais, bien inspiré par le travail de ses compatriotes (Full Monty and co), a eu la bonne idée d'instiller une bonne dose d'humour. Jamais une once de déprime dans cette dépression sociale qui fait partout tempête. La satire sociale est piquante, suffisamment pour tenir le lecteur en haleine et lui laisser le bon goût d'avoir lu une œuvre juste.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Stefan Wul ou la grandeur de l'évidence (1)

    Né en 1922, exerçant la dentisterie (l'expression est de lui) en Normandie, Stefan Wul fait, dans la science-fiction française, figure de mythe. Lire la suite

    Le 06 février 2012 par   Zebrain
  • Le champ du potier, polar d'Andrea Camilleri

    Pause sicilienne en plein cours de lecture d’un pavé de 600 pages … avec le dernier livre traduit en français d’Andrea Camilleri : le Champ du potier. Lire la suite

    Le 19 janvier 2012 par   Mpbernet
  • « Demain j’arrête ! » de Gilles Legardinier

    Attention, cet homme sait lire dans les pensées des filles et même avec une certaine poésie... A travers la vie palpitante et sacrément déjantée de sa... Lire la suite

    Le 29 décembre 2011 par   Seb322
    INFO LOCALE
  • La forme de l'eau, polar d'Andréa Camilleri

    La forme de l’eau, c’est celle du récipient dans lequel on la verse … Logique, non ? Comme la vérité, elle s’adapte donc au cadre. Lire la suite

    Le 26 décembre 2011 par   Mpbernet
  • Sauve qui peut ! (5)

    Les Oripeaux du space opera Cela dit, il serait vain d'espérer trouver au fil des aventures de Jord Maogan l'évocation « cohérente et continue [de] l'histoire d... Lire la suite

    Le 21 décembre 2011 par   Zebrain
  • Sauve qui peut ! (4)

    Une période de mutation Débutée en 1968, achevée en 1972, la courte saga de Jord Maogan s'inscrit dans une époque très particulière de la collection... Lire la suite

    Le 20 décembre 2011 par   Zebrain
  • 10 questions à Zebda

    Je m'en suis vanté il y a quelques heures à peine: la semaine passée, pendant ma dernière semaine de vacances, j'ai fait deux trucs un peu... Lire la suite

    Le 01 septembre 2014 par   Filou49
    CHANSON FRANÇAISE, CULTURE, MUSIQUE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Sébastien Michel 61 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog