Magazine Focus Emploi

Rentabiliweb, la guérilla marketing au sens propre

Publié le 15 novembre 2009 par Chapitre5.com

Rentabiliweb, la guérilla marketing au sens propre

crédit photo: Stéfan

Very Bad Buzz pour Rentabiliweb et sa filiale Mailorama ce weekend à Paris.

Une opération bâclée de guérilla marketing visant à distribuer 100.000 euros en cash au Champ de Mars a tourné à l’émeute après l’annulation à la dernière minute de celle-ci.

Depuis quelques semaines, la société Rentabiliweb annonçait à grand renfort d’affichage web une distribution historique de cash sur le Champ de Mars pour assurer la promotion de son nouveau site Mailorama (site qui vous rémunère pour regarder et lire des pubs…).
Le buzz prend doucement et l’information circule à la vitesse grand W.
Malgré les mises en garde de la préfécture qui craint des débordements, l’organisateur maintient son rendez-vous et promet de distribuer pas moins de 100.000 euros en billets de 5 à 500 euros.

Samedi 14, des milliers de personnes (environ 20.000 selon les estimations) se présentent donc sur le Champ de Mars pour obtenir quelques billets.
Coincés et compressés contre quelques barrières, méchamment cornaqués par quelques dizaines de vigiles dépassés, l’opération prend rapidement l’allure d’une distribution de riz dans un camp de réfugiés.
Le public s’échauffe, l’ambiance tourne doucement au vinaigre, jusqu’au coup de sifflet final. Victime de son “succès”, Rentabiliweb décide à la dernière seconde d’annuler l’opération pour des raisons de sécurité… (elle prétendra par la suite avoir annulé l’opération sous la contrainte de la méchante police parisienne).

Ulcéré de s’être ainsi déplacé pour des prunes et fort mécontent de la façon dont il s’est vu traiter, le public s’est fortement échaudé et la manifestation bon enfant a tourné court pour devenir une véritable émeute urbaine dans un quartier peu habitué à ce genre de débordements.

Scènes de violence physique, bus caillassés, voiture retournée, Rentabiliweb peut désormais se vanter d’être le premier site web a avoir appliquer au sens propre le concept de guérilla marketing.
La folie aura régné quelques heures avant que la police ne parvienne à calmer les esprits les plus agités et arrêter les casseurs.

Bourde sur bourde

Loin de présenter leurs excuses à celles et ceux qui ont été victimes de violences physiques et de dégradations  matérielles ou simplement flouées dans leur espoir de gagner facilement un petit billet, la société fustige dans son communiqué de presse en date du 14 novembre ces abrutis de français qui ne savent pas se tenir, en déclarant “être consterné de voir qu’une opération festive et, encore une fois bon enfant, peut être organisée sans aucun trouble à l’ordre public au Canada ou aux Etats Unis, mais ne peut apparemment pas l’être en France.
Pouvait-on faire plus insultant pour les nombreuses victimes de l’incompétence de rentabiliweb ?

Rentabiliweb éspère sauver les meubles en reversant  les fonds prévus pour la distribution au Secours Populaire… Comme c’est facile… A part changer de nom, on imagine mal comment cette entreprise pourra relever son image souillée pour longtemps (le pire est-il à craindre ?).

En voulant à tout prix créer le buzz, Rentabiliweb n’a pas hésité à aller très loin, trop loin à travers une opération baclée, totalement irresponsable et qui en dit long sur le peu de considération accordés aux internautes par celle-ci.

Bonus

Le cash back est un outil de street marketing né en 2008 avec Bill le renfloueur qui avait deversé plus de 500.000 dollars à New York, générant ainsi un buzz planétaire gràce à une opération parfaitement pensée et maîtrisée, ou bien encore Planète réduction, qui s’était offert une belle exposition pour quelques dizaine d’euros.


Distribution de billets dans la rue en Plein Paris !


par planete-reductions-com

Bill le renfloueur
par Ptite_Mule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chapitre5.com 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte