Magazine Culture

Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean

Par Milichan

Bon pour commencer, je doit vous parler d'un challenge littéraire auquel je me suis inscrite  pour 2010 (on peu commencer dès maintenant mais bon). "Lire en VO" le titre veu tout dire. Le principe est donc simple, il suffit de lire le plus possible de livre en langue originale... j'ai bien sur choisis l'anglais bien que mon niveau ne soit pas très éllevé. J'ai pourtant l'habitude de lire dans cette langue du coup je me suis dit que que ça serais un challenge plutot intéréssant.
Tous les types de livres sont accepté donc je commence avec quelque chose de tout simple... un comics... mais scénarisé par Neil Gaiman tout de mème. Ajoutons a ça un Dave McKean imprétionant et vous avez un petit chez d'oeuvre.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
A savoir que c'est un histoire complète. Un comics donc dans la style super héros. Mais si on y retrouves quelques grand personnages connus comme Lex Luthor, Batman, le Jocker, Ivy, Double face, le monstre des marais et bien d'autre (certain sont la en tant que personnages secondaire mais ça ne fait rien ils sont qund mème la), l'histoire est loin d'ètre classique. Un petit résumé donc pour vous présenter un des point qui font que cette histoire est loint d'ètre classique (résumé écrit par moi, c'est une première).
L'histoire commence par une des enquète de la super héroine Black Orchid. Jusque la rien de bien original. sauf que durant son enquète, celle çi est tué lors d'une explosion. Au mème moment, dans un jardin féérique née la soeur de Black Orchid. Elle ne sais ni qui elle est, ni ce qu'elle est, ni pourquoi elle est la. Elle décide alors de partir a la découverte du passé pour savoir qui est Black Orchid et découvrir ainsi ça propre identitée.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Je ne sais pas trop comment vous le présenter différement... il est tout de mème peu commun de faire mourir le super héros dès les premières page. Surtout qu'as partir de la ce n'est plus de lute contre le crime dont on parle mais seulement d'une recherche dans le passé. Le scénario est parfait... Neil Gaiman nous sert ici une belle histoire qui sort de l'ordinaire mais ou chaque chose est placé la ou il faut quand il faut... du très grand art.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Et tout ça nous est ammené par un graphisme magnifique (je vous laisse voir je n'ai pas peu m'empécher d'ajouter beaucoup d'image dans ce post). Les pages sont  toutes plus belles les unes que les autres au point que deux lectures ne sont pas superflues... en effet j'était tellement absobée par les dessin a la première lecture que j'ai eu du mal a suivre complètement les dialogues.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Dave McKean nous offre un mélange de peinture, collage photo  au milieu desquels ce grèphe quelques fois des retouches PC. Les couleurs sont tantos flach tanto grises parfois mème noire. C'est parfois très blanc, vide, parfois très charché. Mais cela colle toujours avec justesse au scénario rendant bien chacun des moment de l'histoire. Les personnages que nous conaissons déja prènent une toute autre dimention sous son trai (j'ai tout particulièrement été imprétionée par son batman qui est telle une ombre dans les rues de gotam.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Les transition entre les moments et les lieux m'ont tout particulièrement marqué, que ce soit le passage des bareau de prison qui ce transforme en bambou, ou tout simplement les étincelles d'un tir de pistollet qui deviennent poisson dans un aquarium. Ici Gaiman et McKean prouvent que leur maitrise est parfaite et nous font aloisir passer d'un lieu a un autre, d'un temps a un autre sans nous laisser quiter ne serais-ce qu'un instant l'embiance qu'ils ont crée.
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Quand au personage de Black Orchid je l'ai découverte dans ce tome... ne la conaissant pas je me suis un peu renseigné pour découvrir que c'était un personnage déja existant elle aussi. Dans ça première version, elle est née en 1973. Elle possède plusieurs pourvoir tels que le vol , une grande force, une résistance aux balles mais surtout une grande capacitée de déguisement. En général ses histoire sont construites de façon a ce qu'on ne sécouvre que tout a la fin de l'aventure dèrière quel personnage elle ce cachais (souvent des femmes aveun petit role comme une servante ou une secrétaire).
Ses origine ne sont jamais révéllé et c'est donc Gaiman et Mc Kean qui ont revisiter le personnage et qui révèle par la mème ses origines dans ce tome. Tome qui pour l'information date tout de même de 1988. La Black Orchid de Gaiman sera reprise plus tard pour en faire encore une troisième version. Mais bon il n'est pas utille d'avoir lu les avanture de l'orchidée noire pour comprendre et de tout fasson ce tome ce suffit a lui mème
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean
Pour finir parlons un peu du niveau d'anglais... je l'ai trouvé un peu dur (dur n'est pas le mots, disont que je suis habituée donc pour moi ça allais mais je ne suis passure que ce soit très simple quand mème)... enfin on comprend tout mais j'ai due tout de mème relires plusieurs fois certain passages pour bien comprendre (je croi que j'était parfois un peu distraite par les graphismes).
En résumé c'est tout de même un gros coup de coeur pour cette petite merveille. Seul défaut qui a tout de mème son importance, son prix. La version en anglais m'as couté 22 euros ce qui est tout de mème éllevé. Je me suis rasurée en me disant que ça devais venir des frai de port. Jusqu'aux moment ou j'ai vu le prix de la nouvelle édition qui vien de sortir en français et qui coute la modique somme de 44 euros (mème si l'édition est superbe je trouve que ça ne justifie pas un tel prix).
Black Orchid de Neil Gaiman et Dave McKean

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Milichan 7762 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines