Magazine Psycho

Canaliser son agressivité grâce au sport

Publié le 15 novembre 2009 par Benjamin Magras

agressivite sport

On a tendance à croire que le sport permet de canaliser un trop plein d’énergie, seulement, est-ce vraiment le cas ? Le sport est-il réellement un exutoire pour les plus impulsifs d’entre nous ? N’entretient-il pas, au contraire, une certaine forme de hargne et si oui, est-ce vraiment si mauvais ? Fitéo s’est penché sur la question.

L’agressivité en question

Un comportement agressif émerge généralement d’un contexte de vie où règnent des facteurs stressants (problèmes familiaux, de santé, de travail, ou psychologiques). Si une personne est agressive contre elle-même ou contre autrui, plusieurs éléments vont être mis en cause comme la fatigue, l’éducation ou le milieu social dans lequel elle vit. Le sport ne peut pas être l’unique cause de l’apparition d’un comportement agressif, mais comme le souligne Luc Collard dans son livre « Sport et agressivité », il peut, dans certains cas, l’accentuer.

Le sport : un combat

Ce professeur d’EPS à l’Université de Picardie souligne que le sport fait appel à une logique presque animale. Gagner un match, c’est symboliquement éliminer l’autre, le détruire; ce qui fait inévitablement appel à l’agressivité. Mais cette agressivité peut être de deux types : soit elle est légale c’est-à-dire que les règles du jeu permettent sa présence, soit elle est illicite et dans ce cas, elle fait souvent appel à la violence verbale ou gestuelle. L’agressivité légale est nécessaire au bon déroulement du match. Elle permet, en effet, d’impressionner le rival et de donner plus de puissance aux gestes sportifs. Seulement, elle doit aussi être mesurée, et chez les adolescents, cela peut parfois s’avérer difficile.

agressivité sport

Des études qui font face aux idées reçues

Plusieurs études tendent à prouver que la pratique de certaines activités physiques entretiendrait voire accentuerait l’agressivité. Des chercheurs ont par exemple comparé l’attitude de deux groupes de jeunes entre 15 et 16 ans, l’un pratiquant des sports de combat et de force, l’autre non. Au bout de deux ans de pratique, les jeunes qui avaient pratiqué un sport de combat avaient plus souvent eu recours à la violence, utilisé une arme, commis des actes de vandalisme ou séché les cours que dans l’autre groupe.

Une autre étude montre que lorsqu’un sport est pratiqué régulièrement, le degré d’agressivité du sportif reste constant même s’il pratique, de façon occasionnelle, un autre sport moins violent. Cette étude consiste à interchanger le sport de 3 groupes (rugbymen, handballeurs et basketteurs). Le constat montre que les rugbymen restent les plus violents et ne parviennent à gagner que les matchs de rugby. Les basketteurs, habitués à une pratique sans contact physique, remportent l’épreuve de basket et de handball face aux rugbymen. Quant aux handballeurs plus modérés, ils réussissent le plus de matchs.

Bien choisir son sport

Il est important d’adapter son sport en fonction de sa personnalité et de ses besoins. Une personne trop inhibée aura plutôt tendance à aller vers des sports non compétitifs, dans un groupe où elle pourra se fondre, ou seule pour éviter l’autre. Pourtant, contrer cette tendance par un sport plus social pourrait renverser la tendance. Dans le cas inverse, pour réellement canaliser l’agressivité d’une personne, il faudrait non pas qu’elle choisisse un sport de combat ou d’équipe, qui fait appel à la vivacité et au déchaînement, mais plutôt un sport où on prône le respect d’autrui ainsi que la maîtrise du corps et de l’esprit. Il faut aussi souligner que les sports très intenses fatiguent très vite, et que contrairement aux idées reçues, le sportif ne sera pas nécessairement plus serein. Il peut au contraire devenir irascible.

En résumé

Le sport reste un excellent moyen de faire le vide et de se débarrasser des tensions. Seulement, nous ne réagissons pas tous de la même manière d’où la nécessité d’adapter son sport à son tempérament. Inutile de pratiquer un sport stressant si l’on a besoin de s’extraire d’angoisses. Inutile aussi de se tourner vers des sports violents si l’on est fréquemment irritable ou nerveux. Le sport peut aider à pondérer nos points faibles à condition qu’il soit choisi en conséquence et correctement pratiqué.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benjamin Magras 410 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines