Magazine Séries

(UK) Spooks (MI-5), series 8, épisode 3

Publié le 16 novembre 2009 par Myteleisrich @myteleisrich
spooks803a.jpg

Ce troisième épisode continue sur la lancée du précédent : pas de réelle originalité, mais une efficacité jamais démentie, d'où se dégage une sourde tension qui laissera le téléspectateur happé par l'histoire, jusqu'au dénouement et au dernier choc final. En résumé, Spooks fait du Spooks dans ce que la séria a de plus éprouvant : tout y est, de la situation de crise à la mort d'un des personnages principaux, nous abandonnant essouflés et le coeur serré en fin d'épisode.

It feels like old times, non seulement en raison du scénario, mais aussi parce que Ruth est officiellement de retour au MI-5. Quasi-instantanément, c'est la reconstitution du duo qu'elle formait avec Harry, qui s'empresse de lui confier déjà des secrets qu'il n'a pas encore partagé avec le reste de son équipe. Leur relation a toujours été particulière ; et, avec cet épisode, on revient un peu à son fondement. J'aime beaucoup la façon dont cette complicité se recrée presque naturellement à l'écran. Et vu toutes les épreuves que l'équipe doit traverser depuis quelques épisodes, j'avoue que retrouver Ruth apporter une certaine stabilité qui n'est pas pour me déplaire. S'adapter aux nouveaux personnages est toujours un processus plus long que de reconnecter avec des anciens, auxquels on s'était déjà attaché. Bref, au sein d'un MI-5 un peu déshumanisé par ses pertes, cela apporte une touche appréciable pour le téléspectateur.

spooks803f.jpg

Mais le retour de Ruth va pourtant se dérouler dans, sans doute, les pires conditions que l'on pouvait imaginer. Harry, décidé à enquêter discrètement sur les bruits entendus par le ministre britannique concernant des réunions secrètes entre gens importants souhaitant apporter un changement radical à l'ordre mondial tel qu'il existe actuellement, a envoyé Ros surveiller la rencontre, à Londres, d'un groupe non-officiel, le Bendorf group, composé des plus puissants industriels. Mais, sans avertissement de menace préalable, la situation échappe rapidement à tout contrôle : des assaillants armés prennent tous les participants en otage. Ils s'enferment alors dans la panic room construite par le propriétaire des lieux, dans le but de tenir une série de simulacres de procès, censés juger les actions répréhensibles et immorales de ces hommes d'affaires peu scrupuleux, prêts à sacrifier la stabilité politique d'un pays et le sort de ses populations pour mener à bien leur business.

Si le concept de la prise d'otage a déjà été traité dans Spooks (les épisodes 5.06 et 5.07 reviennent notamment très vite à l'esprit), l'originalité réside ici dans les moyens d'exécution du plan des kidnappeurs. Non contents de prétendre s'ériger en tribunal de l'opinion, ils diffusent les séquences du procès à charge grâce aux technologies modernes et appellent les internautes à voter sur la culpabilité ou l'innocence de l'homme dont ils exposent les torts, produisant des documents particulièrement compromettants qui vont rapidement inquiéter d'autres gouvernements, à commencer par les Etats-Unis. Les scénaristes jouent sur les codes de la télé-réalité, exacerbant le voyeurisme malsain du public en ligne, qui non seulement assiste aux évènements par la vidéo, mais en plus y participe activement en "votant" pour le verdict. Coupable ou Innocent. Taper 1, taper 2. Le tout sous le regard impuissant des autorités.

spooks803c.jpg

Mais plus, que cette tension prenante, ce que l'on retiendra de l'épisode, ce sont des histoires humaines ; celles de nos héros, encore une fois touchés de plein fouet par la tragédie. Les agents du MI-5 réussissent en effet de justesse à empêcher un bain de sang et à sauver une partie des otages. Le chef des kidnappeurs, le plus déterminé d'entre eux, n'entendait cependant pas permettre une issue heureuse. Il avait fait poser des bombes dans le sous-sol, de façon à conclure tout cela dans le sang, si jamais cela tournait mal. Lorsque son entreprise bien huilée se désagrège, grâce au travail de sape de Ros et à l'intervention posée de Jo, il se saisit de la commande de contrôle des explosifs. La scène qui suit paraît alors durer une éternité, comme si le temps s'était arrêté. Devant son poste, on oublie de respirer. Ros n'a d'autre choix que d'abattre l'extrémiste à bout portant, tandis que ce dernier est immobilisé par une Jo intuitive, qui a eu une réaction réflexe pour essayer de le neutraliser, mais qui n'a pu lui enlever la commande. La balle tuant le criminel transperce également Jo qui s'effondre, elle-aussi, morte sur le coup. Le dernier regard échangé entre Ros et Jo, qui ont fait la même analyse de la situation, est d'une telle intensité, qu'il bouleverse le téléspectateur avant même que le choc de la brutalité de la scène ne nous atteigne et vienne nous briser le coeur. Une mort violente, nous prenant au dépourvu, dans la  plus pure tradition de la série. Et donc encore une perte pour le MI-5, au sein d'une équipe qui se dissout sous nos yeux.

spooks803e.jpg

Bilan : Un épisode nerveux et tendu, qui recycle la situation déjà connue de la prise d'otage, en ajoutant un élément dramatique supplémentaire avec ce jugement via internet dont la sentence est immédiatement exécutée. Mais ce que l'on retiendra surtout de l'ensemble, ce sont ces dernières minutes et cette scène où tout s'est arrêté une seconde, tandis que Jo et Ros échangeaient un dernier regard. Spooks fait du Spooks, avec beaucoup de sérieux. Sans être exceptionnel, l'épisode est solide et très éprouvant. Les dernières minutes, d'une intensité rare, qui resteront gravées dans nos mémoires, suffisent à nous laisser choqués et interdits devant le petit écran.


NOTE : 8/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines