Magazine Autres musiques

Slayer, World Painted Blood (American Recordings/Sony BMG)

Publié le 17 novembre 2009 par Laurent Gilot @metalincmag

Slayer, World Painted Blood (American Recordings/Sony BMG)Le moins que l’on puisse dire, c’est que, tout au long de sa carrière, Slayer n’a jamais fait concession. Alors, certes, sa musique n’a guère évolué depuis les années 80, faisant presque passer les quatre musiciens pour des conservateurs enferrés dans leurs croyances primitives. Mais, au sein du « Four of Thrash », Slayer restera le seul groupe qui a gardé une ligne directrice pure et dure tout au long de sa carrière longue de 30 ans. Même si Kerry King et Jeff Hanneman ne sont pas les guitaristes les plus souples et funky de la terre, ils n’en restent pas moins de formidables usines à riffs capables de vous charcuter en un rien de temps. Pour certains, après quelques passages à vide à la fin des années 90, le retour de Dave Lombardo sur l’album « Christ Illusion », en 2006, a été comme un détonateur et il a permis au groupe de redorer son blason ternis par des albums plus ou moins moyens (« God Hate Us All », « Diabolus In Musica ») . Dès les premiers accords de « World Painted Blood », on plonge dans l’univers de Slayer avec un morceau classique qui alterne passages rapides et heavy ravageurs avec un petit pont et un break presque rock. Puis « Unit 731″ est marqué par l’intensité du jeu de Lombardo (il assure le vieux !) et des paroles qui parlent d’une unité de recherche japonaise spécialisée dans les armes bactériologiques. Avec « Snuff », Araya évoque l’histoire d’un type qui tourne ses propres snuff movies et les diffusent sur Internet. On ne doute pas qu’une telle histoire pourrait un jour devenir réalité. Côté musique, beaucoup de changements de rythmes et des solos au démarrage, en plein milieu et à la fin. « Murder is my future » hurle Tom. Flippant. Entre un break heavy emblématique (« Beauty Through Order »), des passages presque « rock » (« Human Strain », « Americon », « Playing With Dolls »), des envies de renouer avec l’époque « Reign In Blood » (« Psychopathy Red », « Not Of This God »), au final, on se dit que la musique de Slayer tend vers l’intemporalité. Ses structures et ses motifs semblent interchangeables, se répètent à l’infini dans une sorte de litanie violente, de catharsis impossible, témoins de trois décennies d’horreur musicale, tellement en phase avec le monde dans lequel on vie. Oui, ce n’est pas très gai, mais c’est une réalité et Slayer la retranscrit à la perfection.

Laurent Gilot

Slayer, World Painted Blood (American Recordings/Sony BMG)
Sortie le 2 novembre 2009

www.myspace.com/slayer

En concert le 11 mars 2010 au Bataclan (Paris)

Lire également :
Slayer, “World Painted Blood” dévoilé
Slayer, concert au Zénith, nouveau single et nouvel album
Slayer, arrêt sur images
Slayer, l’enfer peut attendre

Slayer,Playing With Dolls Video (Part 1)

Slayer, Playing With Dolls Video (Part 2)

Slayer, World Painted Blood (Live in Brisbane 2009)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Laurent Gilot 608 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog