Magazine Europe

Van rompuy-martens-leterme (cd&v) : le vaudeville bhv

Publié le 23 novembre 2009 par Mj1729

VAN ROMPUY-MARTENS-LETERME (CD&V)

LE VAUDEVILLE  BHV  OU LE POUVOIR

PROGRAMMÉ ! 

art_89869
art_89859

BHV un non-évènement politique ?

Un jeu de rôle stratégique pour couronner un Premier ministre belge comme président du Conseil européen du Traité de Maastricht, un exercice de style d'avant l'heure, pour s'exercer avant les problèmes de l'union des 27 dirigeants ?

Le président du Conseil permanent Herman Van Rompuy était désigné d'avance depuis décembre 2007, moment où le Roi le fît renaître politiquement et comme cheval de bataille pour une concertation européenne autour du laboratoire que constitue notre pays au niveau européen !

Notre politique est sous le joug des banquiers de l'oligarchie de l'Empire (la City de Londres et Wall Street), nos Hauts représentants de la politique belge et européenne sont réduits au stade de marionnettes des conglomérats financiers de la mondialisation qui sont les vrais décideurs.

Wilfried Martens propose une procédure de négociations pour les problèmes institutionnels, mais c'est du tout cuit d'avance avec l'unanimité d'excellente entente entre les partis durant ce week-end : « ce sera le retour d'Yves Leterme », sans crise immédiate sur les dossiers communautaires (que l'on dit explosifs ?), y aura-t-il seulement crise maintenant que... ?

« Il faudra faire comme Van Rompuy, mais sans Van Rompuy », mais « Leterme, c'est du pareil au même que Van Rompuy » car Van Rompuy  n'a pas donné la victoire en 2007 à son parti démocrate chrétien flamand (CD&V),n'a pas solutionné BHV au sujet de la scission d'arrondissement (et non de la fin de la Belgique), ni mis en application le Budget fédéral de crise, il n'aura fait que passer et on le présente comme un champion des compromis à la Belge.

Rien n'est plus faux, le jeu a été calmé en Belgique, car il y avait cette cerise sur le "gâteau européen" pour sa place de président du Conseil (il devait être chef de gouvernement, cela valait mieux que Leterme), l'homme providentiel sous l'emprise de l'axe franco-allemand (Sarkozy- Merkel).

Après avoir céder sa place à Herman Van Rompuy (CD&V) en décembre dernier à l'issue de 20 mois de crise politique, Yves Leterme( CD&V) sera de retour au gouvernement dès lundi , après les faux-semblants de Martens (CD&V) qui aura joué une dernière fois l'accompagnateur du Roi en décidant les formations des têtes pensantes du gouvernement ; tout va donc rentré dans l'ordre pour la scission BHV sans crise politique supplémentaire après le départ du Premier ministre intérimaire Van Rompuy à l'Europe pour janvier prochain, car « les petits Belges sont maintenant devenus grands » à la tête de la présidence de l'UE même de façon symbolique...

Pas de crise donc pour les fêtes de noël royale et politique, ni même en janvier pour ne pas faire ombrage à l'empereur européen Herman VRP intronisé, il fallait bien y penser, donc les présidents des partis des gauches comme des libéraux se sont tous mis d'accord pour que cela se règle très vite.

La Belgique a peur du retour d'Yves Leterme (CD&V), monsieur 800.000 voix qui pourrait à nouveau ébranler la stabilité du pays, mais ce retournement de situation, qui n'a rien d'exceptionnel, car monté de toute pièce, est digne d'un vaudeville sur le compte du communautaire BHV, que nous concocte tout le monde politique belge, capable de tous les mensonges de la planète, en feignant d'ignorer toutes nouvelles résolutions pour combattre la crise financière (comment relancer l'économie et assainir les Banques avec les produits toxiques qui continuent à exister et à se développer), ils gagnent du temps en faisant croire que tout va pour le meilleur des mondes et que la crise est derrière nous, mais c'est le jeu des Banquiers qu'ils accomplissent... !

C'est très malicieux, pensant que le peuple belge sera dupe, mais ils en sont réduits à gouverner par la manigance très peu démocratique aux yeux des citoyens pour le seul profit des argentiers pas pour le peuple.

Va-t-on connaître une nouvelle crise de régime en Belgique alors que Herman Van Rompuy aurait été choisi par hasard par les Européens, le Premier ministre d'un gouvernement CD&V de l'ombre, n'aura fait que passer l'espace d'une dizaine de mois pour étouffer la "Fortisgate" (dont la Justice a été déjouée par des conflits d'intérêt touchant la séparation des pouvoirs, Leterme qui démissionne pour revenir après l'orage, mais pas les banquiers coupables nullement inquiétés par la justice et la politique)  et camoufler la dette publique colossale de l'Etat belge (dont le Budget n'est toujours pas voté) soumis à l'arrogance de l'oligarchie financière de Londres et de New York ?

Le choix politique du gouvernement CD&V de ce lundi ne sera rien d'autre qu'un  leurre de plus dans les consensus à la Belge, l'art politique d'être manipulé royalement dans la continuité mais jusqu'à quand... ?

phpThumb_generated_thumbnailjpg



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mj1729 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte