Magazine Société

Familles

Publié le 31 octobre 2007 par Jlhuss

par Arion

Des quatre coins de l’absence ils viennent à l’appel de la fête pour reprendre leur place dans le réseau des longues mémoires. Pendant quelques heures ils se palpent, s’assurent, se rassurent, se recomposent dans un cercle de bienveillance qui trompe les solitudes. La table d’un grand repas est leur radeau d’un jour dans l’immensité des dérives, leur feu de camp dans la nuit des sables.

Tensions et tendresses fusionnent dans l’exubérance de malaxer une pâte commune. Ils trouvent dans les rires, les élans, les fusées volubiles, les pauses mélodieuses, une profondeur que l’amitié n’offre pas. Au chaud des filiations et des alliances, ils bercent vaguement un rêve de fusion ; ils oublient qu’ils sont étranges, étanches, chacun serré dans le faisceau des forces qui l’animent, et ni père ni sœur n’y peut rien.

Ils croient se tenir, ils s’effleurent ; se connaître, ils se supposent. Et quand ils quittent la table des agapes, le jardin des flâneries ; que se referment les portails, claquent les portières, s’agitent les mains, ils emportent dans les regards comme un reflet des petites flammes soufflées aux bougies des desserts. Pièces montées, démontées, familles, saveur du temps.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine