Magazine Animaux

L'alsace à l'honneur avec Laetitia

Par Maaxtal
Laëtitia Becker, jeune biologiste strasbourgeoise, réhabilite des louveteaux orphelins en Russie  

Dans ces yeux bleu glacier se lit une détermination tranquille. Laëtitia Becker nourrit une passion pour les loups. Et la jeune femme de 26 ans n’a pas hésité à quitter son Alsace natale pour s’installer dans le Nord de la Russie pour étudier "ces animaux magnifiques".

"Jusqu'à - 30 °C l'hiver"
"Je vis dans un village de cinq habitants. 80% du territoire est composé de forêt boréale, couverte de neige entre novembre et avril. Il peut faire jusqu’à - 30 °C l’hiver." Mais cela ne décourage pas la jeune femme, venue pour la première fois il y quatre ans dans la station Christy Les, à 450 kilomètres de Moscou, soutenir le projet du biologiste Vladimir Bologov : réhabiliter les louveteaux et les réintroduire dans la nature.

En Russie, on estime qu’il y a entre 30 000 et 40 000 loups. Ils sont considérés comme nuisibles, et les chasseurs reçoivent une prime pour chaque capture… quand l’Etat est en fonds. « En ce moment, ils ne reçoivent plus rien. Alors quand ils trouvent des louveteaux dan les tanière, ils nous les apportent », explique Laëtitia.

Réapprendre la vie sauvage
Le projet de Christy Les consiste à récupérer ces jeunes loups dans de vastes enclos au cœur de la forêt et à leur apprendre la vie sauvage grâce à des loups adultes. Quand ils ont un an, ils sont relâchés. Pendant ce temps, Laëtitia et les autres biologistes peuvent étudier dans un cadre privilégié les comportements de ces prédateurs. "J’ai un attrait pour les loups, car ce sont des animaux sociaux, qui ont beaucoup d’interactions, qui jouent entre eux".
"Je veux prouver que cette méthode de réintroduction marche, explique Laëtitia. Car il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas ailleurs avec d’autres espèces de canidés menacés, lycaon, loup rouge, loup du Mexique…"
Son association Lupus Laetus collecte des fonds pour aménager les enclos des louveteaux, mais aussi pour doter de colliers GPS les animaux relâchés dans la nature, afin d’assurer un suivi.

"Le loup peut se débrouiller tout seul"
Concernant la présence de loups en France, Laëtitia est mesurée. "Il faut arriver à un compromis. C’est une guerre sans fin entre les bergers et les écolos."  Pour elle, chasser un petit nombre de loups chaque année (cinq ou six sur une centaine), comme le prévoit la dérogation de la convention de Berne, n’est pas une menace. "l faut que le loup comprenne que l’homme est un danger. Mais il n’a pas besoin d’avoir un espace protégé. Le loup est suffisamment opportuniste et intelligent pour s’adapter et se débrouiller tout seul."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maaxtal 294 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines