Magazine France

La flamme de la révolte brûle encore parmi les bonzes birmans

Publié le 01 novembre 2007 par Willy
Hier, la première manifestation de bonzes en Birmanie depuis la fin septembre a confirmé que le mouvement de contestation n’est pas détruit malgré un mois de répression tous azimuts. Une centaine de bonzes a défilé calmement hier matin dans la ville de Pakokku, à 350 km au nord de Rangoun, en chantant des prières bouddhiques traditionnelles, avant de réintégrer leur monastère. C’est dans cette ville – un des deux centres importants de formation des bonzes du pays, avec Mandalay – que s’était allumée, début septembre, l’étincelle qui avait ensuite enflammé le pays.

La sangha (la communauté monastique) a été laminée par la répression. Des centaines de bonzes ont été arrêtés, forcés à quitter le froc, interrogés et humiliés par leurs geôliers. «Nous suspectons un usage fréquent de la torture. Les conditions sanitaires dans les centres de détention sont épouvantables. Il y a un manque de soins et de médicaments», indique un enquêteur d’Amnesty international après une mission de deux semaines. Win Shwe, un militant de la Ligue nationale pour la démocratie, le principal parti d’opposition, est mort pendant un interrogatoire le 27 septembre. L’ambassade britannique à Rangoun estime qu’entre 2 000 et 2 500 personnes étaient encore détenues à la fin octobre, parmi lesquelles de nombreux moines.

Prises d’otages. Ces dernières semaines, beaucoup de familles ont retiré leurs enfants qui étudiaient dans des monastères de peur qu’ils soient inquiétés par les autorités birmanes ou impliqués dans une nouvelle vague de révolte. Seules quelques centaines de bonzes résident encore dans le monastère Mahagandhayon, à Mandalay, le plus grand du pays ; il comprend habituellement 1 400 étudiants en religion. Les leaders des manifestations de septembre sont en prison ou sont passés dans la clandestinité. Pour faire pression sur ces fugitifs, la police pratique des prises d’otages : le père d’U Gambira, un des dirigeants de l’Alliance des bonzes de Birmanie, la principale organisation derrière le mouvement de protestation, a été emprisonné ainsi que la mère adoptive de Ashin Kovida, l’initiateur des premières manifestations cet été.

Impardonnable. Mais si le mouvement des jeunes bonzes est en déroute, le sentiment de colère engendré par les violences commises contre les religieux est plus vif que jamais, tant au sein de la communauté monastique que parmi les laïcs. Pour un bouddhiste, tirer sur un bonze est un acte impardonnable. Une tâche que les généraux au pouvoir ne pourront jamais effacer. Traditionnellement, les leaders du pays, de l’époque des rois jusqu’à la dictature actuelle en passant par les chaotiques années de démocratie entre 1948 et 1962, ont toujours cherché à légitimer leur pouvoir par la religion bouddhique. Les violences de septembre se sont traduites par un processus brutal de délégitimation.

Après un séjour en Birmanie fin octobre, l’universitaire américain David Steinberg, un expert du pays, estimait que «le sentiment de haine envers le régime est devenu si profond qu’il pourrait annoncer de nouveaux mouvements de manifestations». Depuis septembre, la junte a toutefois essayé de regagner les faveurs de la sangha en multipliant les donations d’argent, de nourriture et autres cadeaux à des bonzes importants. Mais, selon des témoins, des sacs de riz restent empilés aux portes de certaines pagodes – un signe de défiance des moines qui refusent de se laisser acheter.

Souffrance. Malgré l’absence de leader et d’organisation véritablement structurée, la flamme de la révolte continue et continuera à brûler au sein de la communauté des moines du pays pour une simple raison : les enseignements même de la religion commandent de s’opposer à ce qui est injuste et à ceux qui provoquent la souffrance d’autrui. «Leur responsabilité est d’aider à amoindrir la souffrance des gens. Pour eux, c’est une obligation religieuse», indique Khin Omar, présidente du Réseau pour la démocratie et le développement, une organisation birmane basée en Thaïlande.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les bonzes et la jeunesse birmanes : l’énergie du désespoir

    La «révolte safran» couleur de la toge des bonzes en colère qui secoue la Birmanie depuis le 18 août pourrait être le début d’importants bouleversements dans... Lire la suite

    Par  Willy
    ENFANTS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Silence pour la Birmanie ?

    Aujourd'hui jeudi 4 octobre, de nombreux blogueurs ont décidé de se taire pour défendre la démocratie en Birmanie, et convaincre la milice gouvernementale que c... Lire la suite

    Par  Nicolas S.
    BD, BLOG, INTERNET, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • C’est pas ma faute !

    Depuis quelques années, l’expression ” responsable mais pas coupable ” est utilisée régulièrement en particulier dans la presse, par des personnes ayant pour... Lire la suite

    Par  Daniel Valdenaire
    HUMEUR, LIVRES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • L'Europe face aux JO de Pekin : cette flamme qui brûle...

    L'Europe face Pekin cette flamme brûle...

    Savoir ce que l’on veut. Savoir aussi assumer ce qui a été décidé. Savoir encore et surtout tirer parti de manière positive en faveur de la mondialisation des... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • C’est con

    D’avoir pendant des années défié la mort sur un bolide à quatre roues qu’il fallait faire passer sur des routes trop étroites, trop sinueuses, trop dangerueses... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER
  • C’est l’histoire d’une fraise

    C’est l’histoire d’une Fraise. Une Fraise.com pour être exact. Son créateur s’appelle Patrice Cassard et vit dans le chaudron stéphanois. Au début de tout une... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER
  • La Birmanie? C’est super grave, y’a des bonzes qui sont à moitié nus...

    Et balablabla ouinnnn les pôv birmans vous vous rendez compte, les méchants juntistes militaires ils font rien qu’a les emprisonner, les torturer pour leur... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog