Magazine Informatique

Gopher, le rongeur qui a failli faire disparaître le Web

Publié le 01 novembre 2007 par Olivier Roumieux

Le terrible GopherIl y a eu de la vie en ligne avant le Web. Qui se souvient aujourd'hui de Gopher, au début des années quatre-vingt dix, alors que ce protocole était considéré par beaucoup comme le prototype de la bibliothèque universelle ?
Retour sur l'histoire d'un des plus sérieux concurrents du Web.

La scène originelle se déroule en l'an de grâce 1991, sur le campus de l'université du Minnesota.
« Les différents fiefs de l'université n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur la meilleure façon de construire un système d'information à l'échelle du campus, explique Paul Lindner, un des créateurs de Gopher (1). Un comité avait été réuni et au bout de neuf mois ils sont revenus avec un protocole qui ne satisfaisait personne.
Je travaillais alors au service de la micro-informatique et aidait les utilisateurs à se servir des Mac et PC de l'époque. Nous avions vraiment besoin d'un moyen de publication en ligne simple et facile. Nous avons pris la décision de construire notre propre système en contournant celui du comité.
Après trois semaines de nuits et de week-ends de boulots, nous avions développé les logiciels clients et serveurs pour Unix, Mac et PC, ainsi qu'un service de recherche qui fonctionnait sur une station NextCube. Nous avons profité des deux mois suivants pour développer du contenu et tout ce dont avait besoin l'utilisateur lambda.
Du côté du campus, les choses ne se déroulèrent pas aussi bien. Pendant un temps nous avons dû appeler le système le Consultant Gopher afin que l'on ne considère pas comme le système officiel de l'université.
Cela commença à changer quand d'autres universités choisirent Gopher pour leur propre système d'information. »

un livre gigantesque

Gopher et son interface
Voyons maintenant comment l'on présentait Gopher en 1995 dans un des premiers ouvrages français traitant de l'Internet (2) :
« Gopher, développé par l'université du Minnesota, est un système d'information réparti. Au départ, il a été conçu comme un service d'information de campus mais, très rapidement, il s'est imposé sur tout l'Internet.
Gopher considère le réseau Internet comme un livre gigantesque dont les pages sont constituées par l'information diffusée par des machines coopérantes (les serveurs). Un lecteur (le client) n'est pas obligé de lire tout le livre, il peut se contenter de lire des pages qui l'intéressent en utilisant éventuellement des mécanismes de recherche. Gopher permet de feuilleter les pages du livre au hasard et d'écorner celles qui présentent un intérêt particulier, de façon à suivre ensuite leur évolution. On présente souvent Gopher comme un outil de navigation tant sa capacité pour la « promenade » dans l'Internet est grande.
Gopher fonctionne en mode client-serveur. Le serveur est responsable de la diffusion de l'information, le logiciel client interroge un serveur pour accéder aux données publiées. Les documents à diffuser sont présentés sous la forme d'une arborescence ; des menus successifs invitent à les consulter.
Des méthodes simples peuvent être utilisées pour masquer la localisation de l'information, ce qui signifie qu'un document paraissant être diffusé par un serveur peut n'être qu'un lien (transparent) vers la source réelle de l'information. Cette technique est généralement bien comprise par tous ceux qui ont une pratique (même légère) des systèmes de gestion de fichiers les plus couramment utilisés (MS-DOS, Unix).
Un serveur Gopher indique la nature de l'information qu'il délivre, c'est au client demandeur de reconnaître ce qu'il a reçu et de réagir en conséquence. De cette façon, Gopher permet de diffuser une grande variété de documents incluant des images, des fichiers de sons, des fichiers binaires. (...)
Les serveurs Gopher sont classés par pays. En France, le serveur du campus de Jussieu à Paris tient à jour et diffuse une liste de serveurs francophones. Il en est de même dans tous les pays d'Europe : un serveur en Suède gère et diffuse une liste des serveurs nationaux européens... L'ensemble des serveurs mondiaux est ainsi répertorié et simplement accessible par navigation. Les serveurs Gopher sont également classés par thèmes. (...)
Plusieurs millions de serveurs Gopher coopèrent aujourd'hui sur l'Internet, toutefois Gopher est maintenant largement concurrencé par World Wide Web. Les serveurs existants vont continuer à vivre, mais Gopher n'est plus à conseiller pour la création de nouveaux services d'informations. »

réduction de la complexité

Cet extrait montre à quel point Gopher était novateur pour son époque. Bien que le protocole HTTP existât déjà, c'est au travers de Gopher que les internautes de la première moitié des années quatre-vingt dix découvrirent la navigation. Pouvoir parcourir plusieurs documents au travers de liens, sans même connaître leur localisation précise est assurément une étape importante dans le développement de la cyberculture. Un des premiers efforts dans un démarche de réduction de la complexité. La simplicité fut le mot clé du succès initial, tant sur le plan de l'installation du serveur et du client, que sur celui des tâches remplies. Gopher se résume en une arborescence de menus que l'on parcourt jusqu'à ce que l'on trouve ce que l'on cherchait. Du FTP (File Transfer Protocol) amélioré, avec des libellés plus clairs que des noms de fichiers, et des liens inter-serveurs.
On en vient à parler de Gopherspace pour nommer l'ensemble des serveurs tournant sous Gopher : à l'automne 1994, selon la RFC 1689, on compte 4 800 serveurs tournant sous Gopher, 1 200 sous FTP et seulement 600 sous le protocole HTTP du Web (3) et pour mieux s'orienter, un service de recherche est créé sous le nom de Veronica (Very Easy Rodent-Oriented Netwide Index to Computerized Archives). Encore un rêve de geek !

« Qui a tué Gopher ? »

Alors que s'est-il passé pour qu'aujourd'hui il soit très difficile de trouver encore un serveur Gopher ? « Qui a tué Gopher ? » pour reprendre l'expression de Rohit Khare qui a enquêté sur la disparition de Gopher et le succès concomitant du Web (c'est en avril 1995 que le Web aurait dépassé en usage Gopher sur le réseau principal NSFnet). Plusieurs explications ont été avancées... sur le Web.
Malgré le fait que les deux protocoles étaient tous les deux relativement limités au départ sur un plan technique, il semble que HTTP ait su rapidement repousser ses limites et proposer une plus grande ouverture technique. Une fonctionnalité décisive fut sans conteste l'URL (Uniform ressource locator), adresse universelle permettant d'accéder au protocole du Web mais également à tous les autres protocoles existants.
Mais selon le père du HTTP lui-même, Tim Berners-Lee, l'explication technique n'est pas suffisante : « C'est juste à ce moment-là, le printemps 1993, que l'université du Minnesota décida qu'il serait demandé un coût de licence pour certains utilisateurs de Gopher. Comme le logiciel s'était répandu très largement, l'université souhaitait proposer une licence annuelle. Le navigateur, et le fait de surfer, resterait gratuit, ainsi que le serveur pour les organisations à but non-lucratif et le monde éducatif. Mais tous les autres utilisateurs, et en particulier les sociétés, devraient payer pour utiliser le logiciel serveur. Ce fut perçu comme un acte de trahison dans la communauté académique et parmi les internautes. Même si l'université n'a jamais facturé un centime, le fait qu'elle ait annoncé qu'elle se réservait le droit de le faire signifiait qu'elle avait franchi la limite. Utiliser cette technologie était trop risqué. L'industrie s'est débarrassé de Gopher comme d'une patate chaude. » (4)
Autre explication lue : Gopher ne pouvant afficher directement les images (on recourait à un logiciel auxiliaire), les sociétés investissant le Net au milieu des années quatre-vingt dix préférèrent largement le Web pour initier la vague des bannières publicitaires. »
Mais pour finir laissons la parole à Paul Lindner : « Tout a changé à la fin de 1993. Le navigateur web Mosaïc a été rendu disponible pour Windows et Mac. Avec Mosaïc vous pouviez afficher des pages web avec de jolies images, en plus de tous les sites web existants. C'était très impressionnant et rapidement sont arrivées de nouvelles fonctionnalités souhaitées par les utilisateurs. »
Et là je parle pour l'avoir vécu : c'est certain que lorsque vous ouvriez pour la première fois Mosaïc, tous les autres logiciels d'accès au Net faisaient pâle figure, même le pauvre Gopher !
A lire sur legrenier : Mosaic de souvenirs
(1) http://www.sixapart.com/about/news/2006/08/digging_up_info.html (traduction approximative par legrenier).
(2) François Dagorn, « Gopher », in L'Internet professionnel, CNRS Editions, 1995.
(3) Rohit Khare, Who killed Gopher : an Extensible Murder Mistery, 23 décembre 1998
http://www.ics.uci.edu/~rohit/IEEE-L7-http-gopher.html
(4) Tim Berners-Lee, Weaving the Web, HarperBusiness, 2000 (traduction approximative par legrenier).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Master Web 2.0

    Master

    Dans la série des quiz orientés web, après le CSS Quiz, voici le Web 2.0 Degree, un petit questionnaire qui permet de tester vos connaissances sur le “Web... Lire la suite

    Par  Chase
    BLOG, HIGH TECH, INFORMATIQUE, INTERNET, MUSIQUE, A CLASSER
  • Web 2.0 ?!

    Après avoir passé une très bonne soirée chez Van, je cherchais une bonne explication pour définir le “Web 2.0” afin de compléter mon avis. Lire la suite

    Par  Chase
    BLOG, HIGH TECH, INFORMATIQUE, INTERNET, MUSIQUE, WEB2.0
  • Etude Web 2.0 - Sofres

    Un étude Sofres appelé " MARQUES ET WEB 2.0, MYTHES ET REALITES " a retenue mon intérêt.Voici quelques questions posées constituant un bref extrait de ce... Lire la suite

    Par  Camille Jourdain
    EMARKETING, FOCUS EMPLOI, INFORMATIQUE, INTERNET, MARKETING & PUBLICITÉ, WEB2.0
  • Web 2.0

    est un terme souvent utilisé pour désigner ce qui est perçu comme une transition importante du World Wide Web, passant d'une collection de sites Web à une... Lire la suite

    Par  Aymen |eon|
    INTERNET, WEB2.0
  • Intérêts d'un site web

    La mise en place d'un site web peut être motivée par plusieurs raisons : Le besoin de visibilité : un site web, dans la mesure où il fait l'objet d'une bonne... Lire la suite

    Par  Aymen |eon|
    INTERNET, PROGRAMMATION
  • Generateur web 2.0

    Pour commencer la semaine je vous ai trouvé 2 sites a tendance 2.0 qui vous génèrent des trucs sympas et relativement utile pour ceux d'entres vous qui... Lire la suite

    Par  Jeremy Charlot
    INTERNET, WEB2.0
  • Wong Wide Web!

    Wong Wide Web!

    Mister-wong gère vos favoris en ligne, dans une interface agréable et surtout française, ce qui est de mon point de vue son principal avantage face aux autres... Lire la suite

    Par  Plouceur
    HUMOUR, INSOLITE, INTERNET, RSS

A propos de l’auteur


Olivier Roumieux 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog