Magazine Brico

Ça va réellement sentir... la rose !

Par Marc Chartier

Illustration : www.aunomdelarose.fr

Des fleurs utilisées dans le traitement des eaux usées

L'équipe conjointe des professeurs Kazuya Yoshida (Nara Institute of Science and Technology) et Kazumasa Hirata (Université d'Osaka) a mis au point une méthode permettant d'éliminer la toxicité de certaines substances chimiques contenues dans les eaux usées, grâce à des ... roses.
Des roses miniatures ont été placées dans une solution de nonylphénol (C15H24O), exposée à une lumière fluorescente. La solution a alors perdu sa toxicité par l'action d'une enzyme contenue dans la racine des fleurs. Cette méthode permet de réduire en 24 heures la concentration de nonylphénol d'une solution, dont la valeur initiale était 1000 fois supérieure à celles rencontrées dans la nature, à 5% et d'atteindre quasiment 0% en 48 heures. Dans le cas de l'octylphénol (C14H22O), on obtient une réduction de 95% en 48 heures.
Le nonylphénol et l'octylphénol sont des substances biodégradables, mais persistantes, pouvant être toxiques pour les organismes vivants, affectant les sécrétions androgènes chez de nombreuses espèces animales, dont les poissons. Ces substances diminuent la quantité de spermatozoïdes des individus mâles, pouvant menacer certains écosystèmes marins.
Les chercheurs ont mis en culture hydroponique des roses miniatures dans une usine de retraitement des eaux usées de la région du Kansai (Kyoto-Osaka-Kobe) afin d'étudier plus en détail le potentiel détoxifiant de la fleur, avec pour objectif la commercialisation du procédé dans quelques années.

Source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/51584.htm


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marc Chartier 397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog