Magazine Culture

Arche de Zoé: Un scandale lourd de conséquences

Publié le 04 novembre 2007 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com

Le commentaire de Daniel RIOT pour RELATIO 

EN FINIR VRAIMENT AVEC "L'AFRIQUE DE PAPA"

Voyage-éclair, opération sauvetage : « Sarko-Assistance » peut afficher une belle réussite : rapatrier en Europe celles et ceux qui ont été embarqués dans le scandale de Zoé malgré eux, les trois journalistes français et les hôtesses de l’air. Bravo et merci pour eux. Même si l’on peut ironiser sur le fait que le chef de l’Etat, omniprésent, joue ainsi personnellement les « stewarts » dans l’avion du retour. En communication, c’est le geste qui compte le plus. Et le Président tchadien a dû apprécier cette (première) attention qui sera suivie par d’autres, notamment en février lors d’une visite officielle annoncée avec opportunité.

Nous n’avons pas encore pris la pleine mesure des dégâts provoqués par le scandale de « l’Arche de Zoé ». Sur plus d’un terrain et à plus d’un niveau…En France, en Afrique et ailleurs. A court terme, le sort des personnes encore retenues par les autorités tchadiennes et, surtout, des enfants au cœur de cette affaire n’est pas réglé. Mais ce ne sont pas là les seuls drames humains à soulager.

DES ADOPTIONS PLUS DIFFICILES ENCORE 

>>>En Europe, les gens qui voulaient adopter un enfant et qui ont été apparemment dupés doivent être dans une double souffrance : celle d’un espoir déçu et celle d’avoir été bernés. Une plainte vient d’être déposée et des femmes crient leur douleur. Pire : alors que les procédures d'adoption d'enfants étrangers relèvent déjà du parcours du combattant pour les familles françaises (et européennes d’ailleurs), Marie-Claude Arnauld, vice-présidente de l'association "Enfance et famille d'adoption" chargée de l'adoption internationale, déplore à juste titre "l'amalgame" fait entre cette affaire et d’autres… Cela est "très triste parce que ça va rendre l'adoption dans certains pays difficile, voire impossible dans certains cas".

>>>En Afrique, de vrais orphelins qui auraient besoin de secours effectifs risquent de pâtir davantage encore en raison des difficultés supplémentaires que vont rencontrer les ONG humanitaires dignes de ce nom. Pire : cette association « tricheuse » jette le discrédit sur l’aide humanitaire si indispensable en l’absence d’un « ordre mondial » inexistant…sauf pour les profiteurs de « l’économie casino » et du « fric-commerce »

PLAIES AFRICAINES

C’est clair : L'affaire de L'Arche de Zoé a déjà rouvert bien des plaies en Afrique, où le trafic d'enfants est encore fort répandu et où l'esclavagisme, resté dans la mémoire collective, existe encore sous des formes variées…

Le président tchadien (qui a tout intérêt à faire monter les enchères politiques, stratégiques, géopolitiques et financières en jouant sur des fibres sensibles) a mis les points sur les « i », d’entrée : « Est-ce que c'est pour vendre (les enfants) à des pédophiles? Ou bien pour enlever leurs organes afin de les revendre? », s'est-il publiquement interrogé…

Son opposition n’est pas en reste : « Les négriers d'hier modernisent la méthode. Aujourd'hui, les Européens passent par les humanitaires véreux: « nous venons pour sauver les enfants de la mort certaine »... Et hop, on en profite pour enlever les enfants », a déclaré l'un de ses responsables.

DES TRAFICS ....ET DES COMPLICES

On peut toujours rétorquer que le gouvernement tchadien (ainsi que d’autres) ne fait pas de gros efforts pour enrayer les trafics d’enfants dans et partir du pays, ou que quelques autorités de quelques pays sont les premières à en profiter (comme elles « taxent » une partie de l’aide humanitaire), les agissements de l’association « l’Arche de Zoé » sont bel et bien scandaleux. Ils auraient tort de ne pas en tirer parti, à tous points de vue….

Première mesure africaine qui peut en entraîner d’autres : le président du Congo a annoncé la suspension des procédures d'adoptions internationales d'enfants dans son pays « Le cas de l'Arche de Zoé, actuellement poursuivie pour trafic d'enfants tchadiens, nous interpellent tous. Ce qui est arrive au Tchad peut également arriver dans d'autres États africains (…) Cette affaire est une véritable coïncidence car elle intervient quelques jours seulement après l'adoption de 17 enfants congolais par des familles espagnoles », a déclaré un ministre, précisant que des démarches officielles allaient être entreprises par le Congo afin de vérifier la situation de ces enfants actuellement établis en Espagne.

Déjà en août dernier l'Association des droits de l'homme et de l'univers carcéral (ADHUC), avait mis en garde les autorités congolaises contre un réseau de trafic d'enfants vers l'Europe, organisé par l'ONG espagnole ADIC (Association pour l'adoption des enfants congolais).

DES MAGISTRATS CORROMPUS

Cette décision satisfait le président de l'ADHUC, Loamba Moké, qui demande aux gouvernements de "s'impliquer désormais sur la situation en prenant des mesures pratiques de lutte contre ce fléau".

Il a également mis en cause des magistrats et des avocats, qui représentent ces ONG: "L'ADIC par exemple est représentée au Congo par trois magistrats. Dans ces conditions, on comprend aisément la facilité avec laquelle ces procédures d'adoption aboutissent", affirme-t-il, jugeant que "la présence des magistrats dans ces réseaux rend ainsi difficile la lutte contre le trafic illicite des enfants".Sur le fond, c’était inévitable, l’équipée de l’Arche de Zoé au Tchad relance un débat déjà ancien sur l’action humanitaire, ses limites, ses contours, et son instrumentalisation par les politiques.

LES DIVERGENCES DE FOND KOUCHNER/BRAUMAN

Les acteurs de ce débat se connaissent depuis très longtemps, puisqu’ils ont été à l’origine même de l’idée des ONG humanitaires, ce mouvement des "French Doctors", parti de France pour essaimer dans le monde entier. Il se trouve que je connais et estime les deux. Et que les arguments des deux, agités depuis au moins 20 ans,  sont fondés sans que l'on puisse trouver un compromis acceptable.Difficultés des vrais dissensus! 

>>>>L’un deux, Bernard Kouchner, qui a franchi bien des frontières illégalement pour de « bonnes causes », est devenu ministre des Affaires étrangères d’un président de droite qui pratique un « humanitaire politique » plu qu’une « politique humanitaire ». Il incarne, aujourd’hui, le principe de l’ingérence humanitaire dans un cadre étatique, donc de le respect des souverainetés nationales, ce qui soulève évidemment bien des questions.

>>>>L’autre, Rony Brauman, ancien Président de Médecins sans frontières, garde sa liberté d’intellectuel et de médecin engagé depuis trois décennies dans cette action qui se veut « humanitaire » au sens premier du terme, donc sans faire de distinctions entre celles et ceux qui ont besoin d’aides pour tenter de survivre, indépendemment des considérations géopolitiques et des arrières pensées idéologiques ou politiques. Il se montre de plus en plus critique envers un interventionnisme politique qui se cache derrière le concept humanitaire et plaide pour un retour aux sources.

POLTIQUE HUMANITAIRE OU HUMANITAIRE POLITIQUE

L’affaire de l’Arche de Zoé donne à Rony une force supplémentaires à ses arguments. Il ne se prive pas d'en tirer parti faire haut et fort, avec son calme naturel et son sens de la pédagogie,  sur les plateaux de télévision (aujourd’hui encore sur la Cinq).

Depuis des mois, Brauman critique ceux qui, comme Kouchner, agitent le mot de "génocide" au Darfour, et prétend qu’une intervention militaire ne règlera rien. Il dénonce la « responsabilité morale » de ceux qui, à force de parler de génocide, ont poussé des humanitaires amateurs comme l’Arche de Zoé, à cette action contestable au Tchad et au Soudan qui provoque aujourd’hui une crise complexe.

Et (pire) il soupçonne Bernard Kouchner de s’être laissé séduire par le « discours néo conservateur » américain qui brandit l’étendard démocratique et les droits de l’homme pour intervenir sur tous les points du globe. Quitte, la fin justifiant les moyens,à mettre entre parenthèses la démocratie chantée et les droits de l’homme « universels » proclamés…

La guerre en Irak a amplifié, bien sûr, le fossé (devenu océan) entre ces deux courants. Les « frenchs Doctors » en désaccord sur les diagnostics et sur les remèdes…

LE POIDS DE LA "FRANCAFRIQUE"

Au-delà, la volonté affirmée par Sarkozy d’en finir avec la « Fancafrique », avec « l’Afrique de papa » comme le clame Yadé Rama avec une belle force de conviction dans la voix exige encore de sérieux efforts pour qu’elle se traduise dans les faits. A Paris et ailleurs. L’enquête réclamée par Fillon (c’est la moindre des choses) à Kouchner et à Morin ne suffira pas… L’une des meilleures solutions consisterait non à nous décharger sur l’Europe mais à  jouer de plus en plus la carte européenne (et non plus seulement nationale) sur le continent africain. Mais là ce serait (encore) une autre révolution…

Daniel RIOT


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :