Magazine Blog

Juan Carlos visite Sebta et Melillia, les plus vieux bastions du colonialisme!

Publié le 05 novembre 2007 par Naim N

carte-map-colonisation-espagnole-de-ceuta-melilla-et-les-iles.jpg

   Contre toute attente, vu l'excellence des relations maroco-espagnoles, le roi espagnol Juan Carlos commence aujourd'hui une visite officielle de Ceuta et Melilla, deux villes situées au nord du Maroc et occupées par l'Espagne depuis cinq siècles. C'est la première fois que l'actuel roi d'Espagne y met les pieds. La dernière visite officielle d’un monarque espagnol remonte à 1927, quand le grand-père de Juan Carlos, Alphonse XIII, s’y était rendu.
   Le timing de ce voyage n'est pas anodin puisque le Royaume du Maroc célèbre ces jours-ci le 32ème anniversaire de la marche verte, évènement symbolique par lequel le Maroc a récupéré son sahara qui était occupé par...l'Espagne. Par ce geste déplacé, cette dernière essaie d'instaurer un fait accompli colonial. A l'approche des élections législatives espagnoles, José Luis Rodriguez Zapatero et son parti socialiste jouent la carte de la fibre nationaliste en obligeant Juan Carlos à effectuer la visite officielle. Voilà une initiative que le Parti populaire n'a jamais réussi à faire, et bien évidemment ne peut jamais critiquer !
   Aussi surprenant que cela puisse paraître, la réaction du Maroc a été, cette fois-ci, très vigoureuse: le rappel de l'ambassadeur à Madrid, et l'envoi de communiqués vifs de la part du gouvernement. Les parlementaires s'y sont mis également puisqu'ils organisent un sit-in devant l'ambassade d'Espagne et une séance plénière sera même consacrée à cette visite. La séance sera marquée par des interventions du Premier ministre, des présidents de groupes parlementaires et des représentants des formations politiques.
   Cependant, soyons réalistes! Si le Royaume du Maroc a plusieurs cartes à jouer (pêche, émigration, liens économiques...), sa marge de manœuvre reste très limitée. Les négociations entre le Maroc et le Polisario sont toujours dans un tunnel et l'Espagne peut encore jouer un rôle. Le Maroc marque donc le coup en attendant d'être en mesure de demander solennellement la libération de Sebta, Melillia et les îles méditerranéennes devant la quatrième Commission des Nations Unies, spécialisée dans les affaires de décolonisation, et pourquoi pas, la Cour Internationale de Justice.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Naim N 2875 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines