Magazine Culture

La dernière croisade, Véronique Anger

Par Clementso

La dernière croisade, Véronique AngerHeureusement qu’elle n’avait pas vu Avatar lorsqu’elle a fait éditer son livre sinon elle y aurait certainement vu, là aussi, une figuration allégorique du Culte de la Nature dans l’arbre ancestral vénéré par les Na’vi, et donc, l’expression de ses craintes écolo-religieuses.
Parce que Véronique ANGER a décidé qu’une nouvelle religion était en train de supplanter toutes les autres avec ses prêtres, ses dogmes, ses mises au ban des malheureux ayant fauté, ses excommunications des mal-pensants (ou mal-écologisants). Elle a établi un dogme à son tour : les écolos sont les ayatollahs de demain matin. Ceux qui vont nous faire porter la burqa du tri sélectif des déchets. Ceux qui vont proclamer des fatwas contre les gaspilleurs de carburant dans leurs énormes 4 x 4.
Et tout son bouquin ne cesse de répéter cette incantation à l’encontre de tous les intégristes de tous crins qui veulent plier le monde à leur vision monomaniaque de l’écologie. De tous ceux qui donnent une image noircie, négative et pessimiste d’un monde dans lequel l’omniprésence du gaspillage est en train de nous jeter. Image apportée en soutien à leur appel à l’impérieuse nécessité d’une repentance et du choix d’une vie de contrition.
La dernière croisade, Véronique AngerCertes, je n’ai, pas plus que Véronique ANGER, envie de prendre mes douches à l’eau froide (encore qu’en été, ce n’est ni gênant, ni désagréable…). Mais je suis un peu excédé par ces bureaux où la climatisation est à 19°C en été car la chaleur extérieure est insupportable et à 25°C en hiver car le froid du dehors n’est pas supportable ! Un peu de tempérance serait parfois bien de mise…
Y compris dans ses propos, car prêcher une « Dernière Croisade » contre les missionnaires de cette prétendue nouvelle religion qu’elle honnit, traduit de fait une totale absence de confiance dans les processus de contrôles démocratiques. À moins que ce ne soit parce qu’elle veut nous faire un coup d’État en envoyant tout ce qui est écolo au goulag. Pourtant, elle semble croire en toutes ces idées merveilleuses que promeuvent ces anges verts : le tri sélectif, les transports en commun, le manger bio, le boycott de l’eau minérale, snober le sèche-linge, recycler l’eau de pluie… Et tant d’autres. Sans rire, si elle met en pratique réellement tous les « commandements » qu’elle cite, je crois qu’elle est bien pire que moi ! Alors qu’ils sont nombreux, à la maison, à hurler contre mon intransigeance devant certains principes !
Étonnant plaidoyer qui refuse de voir autre chose qu’une démarche religieuse dans les discussions actuelles quant au « réchauffement de la planète ». Ses mots ne sont jamais assez forts pour exhorter à la vindicte : hérésie (quand on ne penserait pas écolo comme il faut), dogme religieux (pour exprimer les idées écolos), châtiment (quand il faudra bien expier toutes nos fautes), apôtres (pour identifier les promoteurs du discours écolo). J’en passe et des meilleures, notamment que « l’objectif est de faire en sorte que les citoyens effrayés pensent le moins possible par eux-mêmes et laissent les pleins-pouvoirs à des leaders pseudo-éclairés » !!!...
Je ne suis pourtant pas sûr que cela soit bien pire que de donner du crédit à ses affirmations journalistiques merveilleuses quand elle nous vante une « pastille révolutionnaire » qui, mélangée à un carburant, permettrait « de réduire de 30% (la) consommation de pétrole » dans les chaudières !!! Sans autre élément d’information, cela manque un peu de sérieux et ressemble trop à une poudre de perlimpinpin miracle.

La dernière croisade, Véronique Anger
De même, je ne suis pas sûr que le choix qu’elle fait implicitement au sujet des schistes bitumineux en mettant en balance « les emplois ou l’environnement » soit totalement compatible avec son discours, que j’avais cru convaincu, sur l’avenir et les performances des énergies renouvelables. Et pourtant, je suis tout de même bien d’accord avec elle lorsqu’elle énonce, au sujet des appareils électroménagers par trop énergivores, qu’« il serait logique que la solution vienne des fabricants, mais il est plus facile, en effet, de suggérer aux utilisateurs de se priver d’un confort… ». Pourquoi faut-il donc qu’elle ajoute « … devenu indispensable » ? Elle est décidément incorrigible.

La dernière croisade, Véronique Anger

Véronique Anger

Moralité ? Je pense que Véronique ANGER ne se trompe pas complètement de combat en rejetant l’intégrisme quel qu’il soit y compris écologiste, mais j’ai un peu peur que son combat ne soit mal engagé quand elle est prête à faire confiance aux pétroliers. Je suggère, pour s’en convaincre, de lire (ou relire) « Les 7 Sœurs » d’Anthony Sampson aux Editions Québec/Amérique, paru en 1979 ! Édifiant quant aux motivations des pétroliers dont G.W. Bush a continué à se faire le porte-drapeau).
Mais pourquoi faut-il qu’elle mette en balance l’Environnement pour les générations futures d’une part, et trouver une solution à la pénurie alimentaire qui frappe quasi un milliard d’êtres humains de l’autre ? N’est-ce pas un seul et même sujet ? Un seul et même combat ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par N'avii
posté le 06 mai à 20:06
Signaler un abus

Compléments

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Clementso 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines