Magazine Environnement

Ils existent, je les ai connus III et fin

Publié le 06 novembre 2007 par Francis Vayeur
ou Il était une fois des marteaux (suite des billets du 12/10/07 et 21/10/07)

- Il y a celui qui a toujours froid et qui quitte un peu avant les autres à la pause de midi pour aller allumer le feu. Généralement cela ne sert d'ailleurs à rien car comme il n'est pas fumeur il n'a rien pour allumer ses brindilles.
- Il y a celui qui aime le confort et qui ne prétend pas rester au bois pour manger ses tartines. Celui-là a droit à un repas chaud à la maison et revient après-midi lourdement lesté et généralement un peu maussade pour terminer la journée.
- Il y a l'ingénieur qui a décidé qu’après tout lui aussi pouvait tenir un marteau. Celui-là n'utilise pas le même vocabulaire que vous. Il crie « 10 » au lieu de « 100 » et quand il est loin on ne sait pas si c'est un « 6. Celui-là quand on le fait répéter, on dit « S'il vous plaît ? »
- Il y a le méticuleux : celui-la il vérifie si la marque du lion est bien visible et il cogne toujours au moins deux fois sur chaque flache.
- Il y a le p'tit nouveau : il demande toujours " Et celui-là je le prends ? " Et on lui répond invariablement " C'est à toi d’voir ! ".
- Il y a le feignant : lui, il marche en ligne droite. Il ne crie pas, il marmonne. 55 ou 135, il met une seule flache. Il guette la première goutte de pluie.
- Il y a l’exubérant : celui-là sifflote toute la journée et répète sans cesse « Mais comme c'est beau ! »
- Il y a celui qui a fait un autre métier avant : il évoque sans cesse le passé en disant " Quand j'étais... ". Et tous les autres pensent : Qu’esse t'attends pour y retourner ?
- Il y a le pensionné : il passait là par hasard. Il vous regarde, un petit sourire aux lèvres puis vous quitte au bout d'un moment en disant " Bon c'est pas tout ça, j’ai l'apéro qui m'attends. Allez salut ! Celui-la on rêve de l'étrangler.
- Il y a l'ouvrier forestier qu'a été réquisitionné : lui, il a l'ingénieur sur le dos (quand il est là) qui lui dit quel arbre prendre. C'est pas la journée qu'il préfère, l'ouvrier forestier.
Et puis il y a tous les autres. Il y a moi. Il y a vous. La liste serait longue de nos petits travers.
A chaque marteau un homme, à chaque homme un marteau.
Le forestier belge n°71 1997


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francis Vayeur 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte