Magazine Autres sports

Foot US : Dans la légende

Publié le 13 janvier 2010 par Vinz

Dimanche 10 janvier, les Arizona Cardinals reçevaient les Green Bay Packers lors du tour de wild-card dans la conférence Nationale. Après un combat onirique, les deux formations se quittaient sur le score de 51-45, un record en play-offs.

GB-Ari
Il est de ces moments de sport que l’on oublie pas. Des performances uniques qui restent à jamais gravées dans les mémoires. Ce que les Américains aiment à appeler les « Where were you games », ces matchs d’exception qui font l’histoire d’une discipline. Le spectacle offert hier soir par les deux formations possède tous les ingrédients pour entrer dans cette catégorie. Celle des rencontres de légende.


Deux quarterbacks au sommet de leur art

Avant le coup d’envoi, nombreux étaient ceux qui prédisaient le chant du cygne de Kurt Warner. Sous contrat pour encore une saison avec les Cardinals, le quarterback vétéran (38 ans), victime d’une nouvelle commotion cette année, a en effet laissé entendre que ces play-offs pourraient être ces derniers. Pour autant, à en juger sa prestation d’hier, Warner n’a rien perdu de sa vista l’âge venant. Au contraire, il a réalisé face à la deuxième meilleure défense de la Ligue l’une des prestations les plus abouties de sa carrière. Les chiffres parlent pour lui : 29 sur 33 à la passe pour 379 yards, cind touchdowns, pour un rating de 154,1, deuxième meilleure évaluation de l’histoire en play-offs. Il a littéralement disséqué la secondaire des Packers, gratifiant ses cibles de caviars, notamment au centre du terrain. Mieux, il a su garder son sang froid dans le money time, maintenant son équipe à flot en seconde période, alors que le momentum avait résolument changer de côté.

En face, son jeune homologue Aaron Rodgers (26 ans), présenté comme le successeur désigné de Bret Favre, n’a pas à rougir de sa performance pour sa première rencontre de play-offs. Le seul regret qu’il puisse envisagé est d’avoir mis un quart-temps avant de débuter son match (intercepté sur sa première tentative de passe). Par la suite, il a su prendre la mesure de la défense adverse, pour offrir un véritable récital. Il finit avec un 28 sur 42 à la passe pour 422 yards (record de la franchise en play-offs) et quatre touchdowns (pour une interception). Lorsque son équipe, menée de 21 points, était au bord du chaos, il a su trouver les solutions pour ramener les siens dans la course, avec une classe et un brio insoupçonnés. Un futur grand, qu’on se le dise.

Un scénario hitchcokien

Au terme des quinze premières minutes survolées par les Cardinals, l’affaire semblait entendue. 17-0 et une domination outrageuse qui ne laissaient guère augurer d’une rencontre serrée. Malgré une réaction d’orgueil de la part des Packers, Arizona continuait sur sa lancée, atteignant la pause avec une marge confortable (24-10). Quand au retour des vestiaires Kurt Warner se connectait avec Larry Fitzgerald pour un nouveau touchdown de 33 yards, les espoirs des Packers flirtaient avec le néant (31-10).

C’est alors que Green Bay entamait sa remontée fantastique. Une passe de Rodgers réceptionnée à une main par Jennings dans l’en-but, un coup de pied court récupéré suivi d’un nouveau touchdown moins d’une minute plus tard, relançaient les débats (31-24).
Fitzerald redonnait dans la foulée de l’air aux Cardinals, avant que Rodgers n’enchaîne deux runs gagnants, ramenant son équipe à égalité (38-38), ouvrant la porte à un final délirant.

Œil pour œil, dent pour dent. Warner trouvait Breaston pour un touchdown de 16 yards, avant l’égalisation des Packers à deux minutes du terme (45-45).
Dernier run. Arizona avançait, et mettait son kicker, Neil Rackers (16 sur 17 en saison régulière, 10 sur 10 dans les 40 yards), en position idéale pour sceller la victoire. 34 yards, six secondes à jouer. Le ballon était bien frappé, s’élevait… mais passait à gauche des poteaux. Il était écrit que ce match hors du commun ne pouvait se contenter d’un dénouement aussi quelconque.

Les deux équipes s’engageaient donc dans une prolongation aux confins du suspense. Le toss remporté par les Packers, ceux-ci entamaient leur série des 20 yards. Sur la troisième tentative, l’improbable se produisait. Rodgers, sous la pression d’un blitz menée par la défensive des Cards, était sacké par le defensive back Michael Adams. Ce même Michael Adams, au supplice tout le match, qui déclarait en fin de match : « Même Ray Charles aurait pu voir que je passais une sale soirée », faisait perdre le contrôle du ballon au quarterback de Green Bay. Karlos Dansby récupérait le cuir et convolait avec lui jusque dans l’en-but, provoquant le délire dans tout le stade.
Il fallait définitivement s’attendre à tout dans cette rencontre, et c’est finalement une action défensive qui a fait basculer le sort de la partie. L’illusoire avait pris ses quartiers en Arizona hier soir…


Une rencontre déjà dans l’histoire

L’affrontement offert hier par les deux équipes est sans aucun doute le match le plus spectaculaire de l’ère de la NFL moderne. L’entraîneur des Cards, Ken Whisenhunt, ne s’y trompe d’ailleurs pas quand il déclare qu’il s’agit d’un « des plus beaux matchs jamais disputé en play-offs ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 96 points inscrits (record en play-offs), 62 first downs, 1 024 yards gagnés par les deux équipes, pour 10 touchdowns.

Au-delà, le scénario ébouriffant, renversant, presque romanesque, finit d’entériner ce Cardinals-Packers au panthéon des plus grandes rencontres. De celles qui nous font comprendre pourquoi nous aimons tant le sport.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines